MYRON D'ÉLEUTHÈRES (480 av. J.-C.?-440 av. J.-C.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Sculpteur et bronzier grec originaire d'Éleuthères (Attique), Myron eut une activité artistique à partir de ~ 450. Disciple d'Hagéladas d'Argos, chef de l'école argienne de bronziers, vers ~ 500, maître de Polyclète et père de Lykios, il est mentionné dans l'Histoire naturelle (XXXIV, 57) de Pline l'Ancien.

On attribue à Myron plus d'une vingtaine de chefs-d'œuvre, répartis dans divers sanctuaires. L'Hécate d'Égine est l'unique image de culte connue, les autres sont certainement des ex-voto : à l'Héraion de Samos, un groupe représentant l'introduction d'Héraclès dans l'Olympe ; Ladas athlète vainqueur en ~ 476 à Olympie, œuvre transportée à Rome ; Chionis de Sparte, deux fois vainqueur en ~ 448 et sculpté deux fois aussi ; Philippos Azan de Pellène, vainqueur en ~ 444 et plusieurs autres vainqueurs de pancrace ou de pentathlon olympiens ; un Dionysos d'Orchomène de Béotie, transporté par Sylla sur l'Hélicon ; un Zeus à l'Artémision d'Éphèse ; des Héraclès et une tête de Persée à Athènes, ces dernières œuvres étant controversées. Deux œuvres seulement nous sont connues par des copies romaines : Le Silène et le groupe d'Athéna et Marsyas. Dédié sur l'Acropole d'Athènes — et restitué par deux répliques —, ce groupe représente le moment dramatique où Athéna, venant de jeter la double flûte, se retourne vers Marsyas qui tentait de s'emparer de l'instrument et esquisse un mouvement de recul précipité. Il fut reproduit sur des monnaies athéniennes d'Hadrien et sur un vase attique conservé à Berlin. Le Discobole, l'œuvre la plus célèbre de Myron, est connu par une copie en marbre, la statue Lancelotti du Musée national de Rome, sculpture grecque datée de ~ 450 environ, et par des torses provenant de Castel Porziano (Musée national de Rome) et de la Villa Adriana (Vatican et British Museum). L'œuvre représente le jeune discobole (nommé Hyakinthos sur une pierre précieuse) prêt à lancer le disqu [...]

Le Discobole

Le Discobole

Photographie

Copie romaine dite "Discobole Lancelotti". L'original en bronze de Myron, daté de 450 avant J.-C., est perdu. Marbre. Musée national des Thermes, Rome. 

Crédits : Art Resource, New York/ Alinari

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages






Écrit par :

  • : assistant des fouilles d'Eboli (Campanie), moniteur à la bibliothèque de l'Institut d'art et d'archéologie de Paris

Classification


Autres références

«  MYRON D'ÉLEUTHÈRES (480 av. J.-C.?-440 av. J.-C.)  » est également traité dans :

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - Les arts de la Grèce

  • Écrit par 
  • Pierre DEVAMBEZ, 
  • Agnès ROUVERET
  •  • 18 509 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre «  Le classicisme »  : […] On a l'impression que jusqu'à cette époque aucune doctrine artistique ne s'était imposée ; que des modes, bien sûr, avaient parfois prévalu, mais que jamais, si éminente que fût sa personnalité, aucun maître n'avait dominé ses contemporains. C'est au contraire une sorte d'hégémonie que, pendant une vingtaine d'années, va exercer Phidias. Athénien de naissance, homme de confiance de Périclès, il e […] Lire la suite

Pour citer l’article

Alain MAHUZIER, « MYRON D'ÉLEUTHÈRES (480 av. J.-C.?-440 av. J.-C.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/myron-d-eleutheres/