MOTIF, peinture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans le langage de métier, le motif désigne pour les peintres le sujet d'un tableau : « travailler sur le motif », c'est se placer en présence d'un modèle, la toile vierge devant en principe devenir le miroir, plus ou moins fidèle, du spectacle contrôlé par le peintre. « Les miroirs devraient apprendre à réfléchir avant de nous renvoyer notre image », disait Jean Cocteau. Boutade d'un « surréalisant » et d'un poète sans doute, mais réflexion plus grave d'un peintre qui connaît le métier dans toutes ses pratiques. En réalité, le miroir, moins réfléchissant que déformant peut-être, est ici l'œil, la main, le cœur surtout du peintre plutôt que la toile recevant ses impressions, car c'est lui le véritable et le seul intercesseur.

Le motif ne désigne pas la « figure » ; ni le portrait ni le nu ne se fait d'après un motif : il s'inspire d'un modèle. Quand on dit motif, on pense essentiellement paysage, et ce sont les paysagistes qui vont le plus sûrement « au motif ». La nature morte, portrait des objets immobiles pour les uns, paysage composé d'objets pour les autres, doit à cette ambiguïté l'équivoque de s'identifier parfois à un motif.

Le motif suppose en peinture l'immobilité (on fixe un motif) : le chevalet ne bouge pas devant un paysage immobile, et si la lumière qui baigne celui-ci risque de changer, le peintre désire avant tout en fixer, le plus vite possible, l'état donné à un moment précis pour en souligner tous les rapports essentiels : couleur et valeur. Ce n'est pas le moindre paradoxe d'un mot qui indiquait à l'origine le mouvement, « qui met en mouvement » que de désigner ici le mouvement arrêté, la fixation d'un instant, la « pose » pour l'éternité toute relative d'une impression éminemment subjective. En fait, le paradoxe n'est qu'apparent, car le mouvement existe bel et bien : le motif n'est-il pas le mobile du choix du peintre ? Pourquoi placer son chevalet ici plutôt que là après l'avoir promené sans doute en bien des endroits ? Le mouvement se situe par rapport au pe [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  MOTIF, peinture  » est également traité dans :

ENTRELACS

  • Écrit par 
  • Martine Hélène FOURMONT
  •  • 321 mots

Motif plus ou moins complexe de rubans tressés. L'entrelacs fait partie du répertoire ornemental de l'Assyrie. Il orne un cylindre syro-cappadocien du ~ II e  millénaire (coll. Newell) ainsi que les chefs-d'œuvre toreutiques du début du ~ I er  millénaire, retrouvés à Ziwiyé et Kalar Dasht et conservés au musée de Téhéran. En Grèce, l'art dit « ori […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/entrelacs/#i_36832

NATURE MORTE

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 5 707 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La « table servie » : un thème international »  : […] De l'inventaire du réel entrepris par les maniéristes, et de l'étalage de victuailles à la Aertsen (qui lui-même rappelle le xenion antique) procède un thème appelé à s'internationaliser entre 1600 et 1620, celui de la « table servie », disposition aérée, le plus souvent en vue plongeante, de comestibles et de vaisselles – « déjeuner », « dîner », « dessert », « collation »  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nature-morte/#i_36832

Pour citer l’article

Guy BELOUET, « MOTIF, peinture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/motif-peinture/