MOSSADEGH ou MUṢADDAQ MUḤAMMAD HIDĀYĀT dit (1881-1967)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Issu d'un milieu social aisé et cultivé, Mossadegh fait ses études à Téhéran. En 1896, il est contrôleur des impôts dans la province du Khorassan. Après dix années de service au ministère des Finances, il part à l'étranger. Étudiant à l'École des sciences politiques de Paris, il poursuit des études de droit en Belgique et en Suisse. En 1914, il publie sa thèse à Paris : Le Testament dans le droit musulman. C'est à cette époque que Mossadegh prend conscience de l'ingérence des puissances étrangères dans les affaires de son pays, notamment en matière d'exploitation des gisements de pétrole. En 1901, un monopole d'exploitation, couvrant les cinq sixièmes du pays, avait été accordé à un Anglais, sir William Knox d'Arcy, et, avant la Première Guerre mondiale, ce monopole était passé aux mains de la Compagnie anglo-iranienne des pétroles, à 53 p. 100 britannique. En 1919, pour assurer ses privilèges, Londres oblige la Perse à signer une convention plaçant le gouvernement de Téhéran sous le contrôle de conseillers britanniques ; Mossadegh adopte alors une position nationaliste. De retour à Téhéran en 1915, il est membre de la commission de contrôle de l'Assemblée législative ; deux ans plus tard, il est sous-secrétaire au ministère des Finances. En 1921, après le coup d'État de Reza khān Pahlavi, Mossadegh est ministre de la Justice dans le gouvernement de Sa‘īd Ziā al-din, puis est nommé gouverneur général de la province du Fārs. Déjà, il songe à nationaliser les pétroles. Ministre des Finances en 1921, il occupe le poste de ministre des Affaires étrangères en 1922, en même temps que celui de gouverneur de l'Azerbaïdjan. Membre des majlis (chambres basses) de 1923 à 1927 et participant activement à l'élaboration et à la mise en place de réformes faites sur le modèle de celles de la Turquie de Mustafa Kemal, il entre en désaccord avec le shāh, couronné empereur en 1925, et s'écarte du pouvoir. Méfiant à l'égard de son réformisme, Reza shāh le fait emprisonner à Téhéran, puis le transfère [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  MOSSADEGH ou MUSADDAQ MUHAMMAD HIDAYAT dit (1881-1967)  » est également traité dans :

BAZARGAN MEHDI (1907-1995)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 320 mots

Homme politique iranien né en septembre 1907 à Téhéran, mort le 20 janvier 1995 à Zurich. Fils d'un marchand azéri, Mehdi Bazargan étudie la thermodynamique et l'ingénierie à l'École centrale de Paris. De retour en Iran, il enseigne l'ingénierie à l'université de Téhéran et devient doyen du collège de technologie. Sous le gouvernement du Premier m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mehdi-bazargan/#i_31662

IRAN - Histoire et politique

  • Écrit par 
  • Christian BROMBERGER, 
  • Robert MANTRAN
  • , Universalis
  •  • 22 380 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Le règne de Mohammad Reza »  : […] Lorsque se déclencha la Seconde Guerre mondiale, l'Iran se déclara neutre et le demeura jusqu'à la fin du mois d'août 1941. L'attaque allemande contre l'Union soviétique, le 22 juin 1941, fit de l'Iran le lieu de jonction des Britanniques et des Soviétiques, pour une fois alliés dans ce pays contre un ennemi commun. En effet l'Iran était la voie l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/iran-histoire-et-politique/#i_31662

MUḤAMMAD REZA PAHLAVI (1919-1980) shāh d'Iran (1941-1979)

  • Écrit par 
  • Jean-Charles BLANC
  •  • 1 361 mots
  •  • 2 médias

Muḥammad Reza (Rīza) est le fils aîné de Reza shāh. Élevé à l'École des cadets, il reçoit une éducation française et poursuit ses études en Suisse de 1931 à 1936. À son retour en Iran, son père l'initie à la vie politique et, tout en fréquentant le collège militaire de Téhéran, il se prépare au rôle d'héritier du trône. Son père ayant abdiqué en 1 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/muhammad-reza-pahlavi/#i_31662

Pour citer l’article

Jean-Charles BLANC, « MOSSADEGH ou MUṢADDAQ MUḤAMMAD HIDĀYĀT dit (1881-1967) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mossadegh-musaddaq/