MORT DE JEAN-SÉBASTIEN BACH

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le 28 juillet 1750, Jean-Sébastien Bach meurt à Leipzig. Musicien universel, il est considéré comme un point de départ auquel se référeront tous ses successeurs. Son approche de la musique, essentiellement polyphonique – sa maîtrise de la fugue n'a jamais été égalée – met un point final à l'expression baroque au travers d'une œuvre qui a touché à tous les genres, sauf à l'opéra. La première partie de sa vie est principalement consacrée à l'orgue, dont il est un virtuose accompli. Après un séjour à Arnstadt (1703-1707), il est attaché à la cour de Weimar (1708-1717) ; son univers s'élargit à la découverte des maîtres italiens. Entre 1717 et 1723, à la cour de Köthen, il se consacre principalement à la musique instrumentale. Mais l'essentiel de son œuvre est écrit à Leipzig, où il est cantor de l'église Saint-Thomas (1723-1750) : sa musique religieuse – cantates, passions, pièces pour orgue – connaît un épanouissement proche de la perfection où le choral luthérien occupe une place privilégiée.

Jean-Sébastien Bach, dernier compositeur baroque

Jean-Sébastien Bach, dernier compositeur baroque

photographie

La mort du compositeur allemand Jean-Sébastien Bach, en 1750, marque la fin de la période baroque en musique. 

Crédits : Photos.com/ Jupiterimages

Afficher

—  Alain PÂRIS

Écrit par :

  • : chef d'orchestre, musicologue, producteur à Radio-France

Classification

Pour citer l’article

Alain PÂRIS, « MORT DE JEAN-SÉBASTIEN BACH », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mort-de-jean-sebastien-bach/