MORT À CRÉDIT, Louis-Ferdinand CélineFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Au-delà du naturalisme

Dès sa sortie, le roman fit scandale et déchaîna la critique : Céline ne respectait même pas le monde enchanté de l'enfance ; il montrait un mépris absolu de la vie et de ses idéaux ; il faisait preuve d'un naturalisme outrancier, n'appréhendant l'homme que dans ses fonctions digestives ou génitales. Bref, il racontait des choses sales et il les racontait salement : « C'est pas les étrons qui manquaient sur notre dallage et devant la porte. Avec tout le monde qui passait, y avait tant de glaviots répandus que ça en devenait gluant. » L'extrême crudité du livre répugnait, même si certains osaient un rapprochement avec Rabelais, d'autant que l'éditeur de Céline, Denoël, avait refusé d'imprimer certains passages, jugés trop obscènes, qu'il avait laissés en blanc.

Mais, ce qu'on reprochait le plus à l'auteur, c'était de ne défendre aucune thèse et de ne délivrer aucun message. Voyage au bout de la nuit avait plu parce qu'il remplissait cette fonction : pamphlet anticapitaliste pour les uns, épopée humaniste pour les autres. Mort à crédit, à une époque où les menaces de guerre s'accumulaient sur l'Europe et où on attendait des intellectuels qu'ils s'engagent, ne proposait rien, sinon une totale révolution du langage, une « petite musique » détonante. Plus tard, Céline explicitera son projet dans les Entretiens avec le Professeur Y (1954).

Certes, Voyage au bout de la nuit avait déjà ouvert la voie et fait entrer le langage parlé dans le langage écrit. Mort à crédit va beaucoup plus loin en faisant éclater la syntaxe traditionnelle du français : la phrase et la ponctuation classiques disparaissent, pour céder la place à un continuum de petites unités de sens séparées les unes des autres par trois points de suspension. À la construction raisonnable et raisonnée du discours succède une énonciation pulsionnelle qui semble l'immédiate mise en mots du flux de la pensée et dont la finalité est de restituer, dans son état le plus pur, une émotion.

Être un « styliste » de l'émotion, un « coloriste de mots », telle sera l'ambition de Céline pour qui le romancier, au xxe siècle, n'a plus vocation à narrer des histoires ou à émettre des idées. Cette conception nouvelle de l'art romanesque entraîne une autre manière de lire. Le lecteur cesse d'être l'observateur passif d'une intrigue, pour devenir l'interlocuteur d'un narrateur qui le prend à témoin et l'implique dans ses réactions affectives. Face à cette interpellation, le lecteur n'a d'autre ressource que de se réfugier dans un rire complice et parfois gêné. Livre glauque et scabreux, anti-roman d'éducation, Mort à crédit est aussi un livre comique, parent de ces grandes œuvres de dérision et de désillusion que sont, au xxe siècle, l'Apprenti de Raymond Guérin (1946) ou Le Tambour de Günter Grass (1959).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : agrégé de lettres modernes, ancien élève de l'École normale supérieure

Classification

Autres références

«  MORT À CRÉDIT, Louis-Ferdinand Céline  » est également traité dans :

CÉLINE LOUIS-FERDINAND

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 5 006 mots

Dans le chapitre « De Destouches à Céline »  : […] Louis, Ferdinand, Auguste Destouches – c'est à sa grand-mère maternelle, Céline Guillou, qu'il empruntera son nom de plume – naît le 27 mai 1894 à Courbevoie et cette origine ne sera pas sans conséquences sur son œuvre : tout comme la Provence chez Giono et le Bordelais chez Mauriac, la région, la faune et la langue parisienne seront les éléments fondamentaux de sa thématique et, pour une part, de […] Lire la suite

CÉLINE LOUIS-FERDINAND - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Jean-François PÉPIN
  •  • 533 mots

27 mai 1894 Naissance à Courbevoie, en banlieue parisienne, de Louis Ferdinand Destouches, nom de baptême de Céline. 1899 Sa famille s'installe passage Choiseul, à Paris. Elle y restera huit ans. 1900 Exposition universelle de Paris. 1912 S'engage pour trois ans dans un régiment de cuirassiers. 1914-1918 Première Guerre mondiale. Le 27 octobre 1914, Céline est blessé au bras droit. Il reçoit […] Lire la suite

Les derniers événements

1er-30 avril 2014 Ukraine. Occupation de villes de l'est par les prorusses

accorde un crédit de 17 milliards de dollars à Kiev.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Philippe DULAC, « MORT À CRÉDIT, Louis-Ferdinand Céline - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/mort-a-credit/