MONOGRAMMISTE DE BRUNSWICK (XVIe s.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un tableau du musée de Brunswick, Le Repas des conviés, monogrammé, a permis d'attribuer quelques tableaux religieux anversois du xvie siècle à un maître anonyme : le Monogrammiste de Brunswick. On identifie principalement cette personnalité controversée depuis 1884 à deux peintres : Jan van Hemessen et Jan van Amstel, dont il semble pourtant qu'il faille distinguer les œuvres. Jan Sanders van Hemessen, dont on possède des œuvres datées entre 1531 et 1560, est un artiste épris de contrastes et de mouvement jusqu'à l'excès (Tobie, musée du Louvre ; L'Enfant prodigue, musées royaux des Beaux-Arts, Bruxelles). Jan van Amstel, dit Jean de Hollande, passait, lui, pour un excellent paysagiste ; il fut l'initiateur de Bruegel. Deux tableaux seulement lui sont attribués : La Montée au calvaire (Louvre) et Le Déluge (coll. part., Bruxelles). On a aussi avancé les noms de Mayken Verhulst, belle-mère de Pieter Bruegel, et peintre célèbre de cette époque, et d'Hendrix van Cleve chez qui Hemessen fit son apprentissage, et dont on ne connaît aucune œuvre, mais ces hypothèses sont peu fondées.

On peut seulement affirmer que le Monogrammiste fut un peintre de compositions religieuses à l'époque de Bruegel. Le tableau éponyme, dont le monogramme pourrait bien désigner le donateur plutôt que l'auteur, est inspiré par la parabole du festin, d'après saint Luc, où les pauvres sont invités à prendre part au banquet. La présence insolite de médecins suggère que l'artiste était familier des milieux médicaux anversois. Une plasticité lumineuse caractérise cette œuvre attachante, autour de laquelle on regroupe L'Entrée du Christ à Jérusalem (Stuttgart), Le Golgotha (Bâle) et Le Sacrifice d'Abraham (Louvre).

—  Jean-Marie MARQUIS

Écrit par :

Classification

Autres références

«  MONOGRAMMISTE DE BRUNSWICK ( XVI e s.)  » est également traité dans :

NÉERLANDAISE ET FLAMANDE PEINTURE

  • Écrit par 
  • Lyckle DE VRIES
  •  • 10 165 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Les genres : portrait et paysage »  : […] La plus grande innovation iconographique est certainement l'apparition des genres qui sont indépendants du contexte de l'art religieux du xv e  siècle. On a déjà remarqué que le paysage indépendant s'est développé à partir des arrière-plans des retables. Une même tendance a stimulé l'art du portrait qui avait commencé, avec hésitation, à mener avec Van Eyck sa vie propre : maintenant, au lieu des […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Marie MARQUIS, « MONOGRAMMISTE DE BRUNSWICK (XVIe s.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 avril 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/monogrammiste-de-brunswick/