MOUSSORGSKI MODEST PETROVITCH

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Modest Petrovitch Moussorgski

Modest Petrovitch Moussorgski
Crédits : Bettmann/ Corbis

photographie

Boris Godounov

Boris Godounov
Crédits : Hulton Getty

photographie


Moussorgski incarne l'image de la Russie éternelle, avec ses troubles, ses complexités, sa richesse de fonds et d'inspiration reproduite par le mode d'expression qui lui est le plus naturel : la musique. Il n'en reste pas moins un musicien extrêmement personnel, même au sein du petit groupe slavophile que l'on est convenu d'appeler le groupe des Cinq. Les recherches de langage qu'il s'est imposées, autant que cette originalité, ont ouvert au monde de l'art des voies nouvelles que les musiciens du xxe siècle ont explorées à l'envi. Il peut sembler paradoxal de voir en lui l'homme d'une synthèse, parce que l'on a coutume de considérer que la synthèse doit s'opérer, comme c'est le cas chez Bach, au moyen d'une vaste et longue prospection des formes. La musique de Moussorgski réalise une synthèse d'un tout autre ordre, par l'accord qu'elle propose des différents caractères du chant populaire russe, qu'il soit profane ou religieux, d'un sens de la couleur commun à la plupart des grands musiciens russes du xixe siècle, et de conceptions dramatiques d'une hardiesse sans précédent. Au-delà du pittoresque, il a découvert le secret dont la recherche hantait les nationalistes slaves de son temps, qu'ils fussent musiciens, poètes ou philosophes : un « ton » russe, dépouillé des vestiges des cultures française, allemande et italienne que des générations d'artistes européanisants avaient implantées en Russie aux dépens d'une expression autochtone véridique.

Modest Petrovitch Moussorgski

Modest Petrovitch Moussorgski

Photographie

Le compositeur russe Modest Petrovitch Moussorgski (1839-1881) en 1875. 

Crédits : Bettmann/ Corbis

Afficher

Un jeune aristocrate russe

Modest Petrovitch Moussorgski, né à Karevo, reçut l'éducation d'un fils de hobereaux. Quelques faits sont à retenir qui joueront un grand rôle dans l'évolution de l'homme et du musicien ; ses aptitudes précoces pour la musique, considérée par ses proches comme un art d'agrément ; l'influence de sa niania, nourrice traditionnelle dont les contes fécondent son imagination ; un attachement profond pour sa mère qui lui a légué une vive sensibilité et ses goûts poétiq [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  MOUSSORGSKI MODEST PETROVITCH (1839-1881)  » est également traité dans :

MOUSSORGSKI MODEST PETROVITCH - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Christian MERLIN
  •  • 267 mots
  •  • 7 médias

9 mars (ancien style) / 21 mars (nouveau style) 1839 Modest Petrovitch Moussorgski naît à Karevo, dans le district de Pskov.1863-1866 Moussorgski travaille à un opéra, Salammbô, sur un livret de lui-même d'après Flaubert, qui restera inachevé.1866-1867 Il compose Une nuit sur le mont Cha […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moussorgski-reperes-chronologiques/

BORIS GODOUNOV (M. P. Moussorgski)

  • Écrit par 
  • Christian MERLIN
  •  • 223 mots
  •  • 1 média

Créé au théâtre Mariinski de Saint-Pétersbourg le 27 janvier (ancien style) / 8 février (nouveau style) 1874, Boris Godounov – opéra en un prologue et quatre actes sur un livret du compositeur d'après le drame historique d'Alexandre Pouchkine – confère ses lettres de noblesse à la représentation du peuple sur une scène d'opéra. Plus encore que Bori […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/boris-godounov/#i_24943

CHALIAPINE FIODOR (1873-1938)

  • Écrit par 
  • Alain DUAULT
  •  • 944 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Vers une dimension moderne »  : […] Chaliapine va alors se révéler. Méphisto du Faust de Gounod, Ivan Soussanine d' Une vie pour le tsar de Glinka, Dossiféï de La Khovanchtchina de Moussorgski, Ivan le Terrible de La Pskovitaine et le Viking de Sadko de Rimski-Korsakov, Holopherne de Judith d'Alexander Nikolaïevitch Serov, il impose ses personnages autant par sa voix de basse e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fiodor-chaliapine/#i_24943

CHRISTOFF BORIS (1914-1993)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 624 mots
  •  • 1 média

Le prénom et la taille colossale de Boris Christoff le prédestinaient à incarner le rôle-titre de Boris Godounov de Moussorgski, qu'il a marqué de son empreinte, en digne successeur de Chaliapine. Boris Kirilov, dit Christoff, naît à Plovdiv, en Bulgarie, le 18 mai 1914, et est élevé dans la tradition de l'art choral slave. Son père est soliste da […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/boris-christoff/#i_24943

CINQ GROUPE DES, musique russe

  • Écrit par 
  • Michel-Rostislav HOFMANN
  •  • 698 mots

Cénacle musical qui, autour de Mili Balakirev, réunissait César Cui, Alexandre Borodine, Modest Moussorgski et Nicolaï Rimski-Korsakov. Il est connu sous deux étiquettes : en France, on l'appelle généralement le « groupe des Cinq » russe ; en Russie, le « puissant petit groupe ». La seconde appellation est due à Vladimir Stassov (1824-1906), éminen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/groupe-des-cinq-musique-russe/#i_24943

DARGOMYJSKI ALEXANDRE SERGUEÏEVITCH (1813-1869)

  • Écrit par 
  • Michel-Rostislav HOFMANN
  •  • 490 mots

Les musiciens russes affiliés au groupe des Cinq et leurs disciples se sont réclamés d'un « père » spirituel, Glinka, et d'un « parrain », Dargomyjski. « Un petit homme en redingote bleu ciel et gilet rouge, affligé d'une invraisemblable voix de fausset », tel apparaissait à ses contemporains Dargomyjski, fils de riches gentilshommes campagnards (l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexandre-sergueievitch-dargomyjski/#i_24943

MESURE, musique

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS, 
  • Nicole LACHARTRE
  •  • 4 071 mots

Dans le chapitre « Le système classique »  : […] Dans la musique classique occidentale notée avec une assez grande précision, la partition d'une œuvre est divisée en parties égales par des barres de mesure ; les valeurs, notes ou silences, comprises entre ces barres constituent la mesure ; celle-ci comprend un nombre fixe (généralement entre deux et sept) de subdivisions appelées temps. Un chiff […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mesure-musique/#i_24943

OPÉRA - Histoire, de Peri à Puccini

  • Écrit par 
  • Jean-Vincent RICHARD
  •  • 9 136 mots
  •  • 32 médias

Dans le chapitre « L'épanouissement russe et d'Europe centrale »  : […] À la suite de Glinka, l'opéra russe va trouver avec Alexandre Borodine (1834-1887) un premier vrai maître. Le Prince Igor (créé en 1890) présente des qualités expressives qui, tout en prenant en compte des thèmes folkloriques, se fondent dans un sens étonnant de la mélodie. Mais c'est avec Modeste Moussorgski (1839-1881) que l'art lyrique russe a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/opera-histoire-de-peri-a-puccini/#i_24943

Tableaux d'une exposition, MOUSSORGSKI (Modest Petrovitch)

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 492 mots

Dans le chapitre « Auteur »  : […] Moussorgski, musicalement autodidacte, fait en 1856 la connaissance de César Cui et de Mili Balakirev, les deux premiers membres du futur groupe des Cinq, qui prônent un art authentiquement russe. Son «instrument» de prédilection est la voix, pour laquelle il compose des chœurs, des mélodies et son chef-d'œuvre, l'opéra Boris Godounov . Dépressif, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tableaux-d-une-exposition-moussorgski-modest-petrovitch/#i_24943

Pour citer l’article

Myriam SOUMAGNAC, « MOUSSORGSKI MODEST PETROVITCH », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/modest-petrovitch-moussorgski/