MILLER MITCH (1911-2010)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Chef d'orchestre et producteur américain, Mitch Miller donna le ton de la musique populaire aux États-Unis après la Seconde Guerre mondiale et jusqu'à l'apogée du rock and roll, au milieu des années 1960. Il enregistra entre 1958 et 1962 une série de disques permettant de chanter à l'unisson – les paroles étant inscrites sur la jaquette –, dont dix-neuf albums se hissèrent dans les quarante meilleures places du hit-parade. Adaptant ce principe à la télévision, il devint l'animateur emblématique, avec son bouc et sa moustache, d'une célèbre émission américaine, Sing Along with Mitch (1961-1966), durant laquelle il invitait les téléspectateurs à entonner en chœur avec lui les paroles qui apparaissaient en surimpression sur l'écran.

Né le 4 juillet 1911, à Rochester, dans l'État de New York, Mitchell William Miller s'initie au piano à l'âge de six ans. Cinq ans plus tard, il est contraint de passer au hautbois, car c'est le seul instrument encore disponible dans l'orchestre de son école. En 1932, il sort diplômé de l'Eastman School of Music de sa ville natale. Recruté par C.B.S. Radio, il passe les onze années suivantes à jouer du hautbois au sein de l'Orchestre symphonique de la C.B.S. Nommé responsable du département musique populaire chez Mercury Records à la fin des années 1940, il dope le succès du label grâce aux tubes qu'interprètent Frankie Laine et Patti Page. Recruté comme directeur artistique chez Columbia Records en 1950, il découvre de jeunes talents et devient le producteur de nombreuses vedettes : Tony Bennett, Doris Day, Johnnie Ray, Johnny Mathis... Mitch Miller est à l'origine du succès de « tubes » comme, I Saw Mommy Kissing Santa Claus et Come on-a My House de Rosemary Clooney, mais aussi des chansons traditionnelles, comme la version de The Yellow Rose of Texas enregistrée en 1955 par son propre groupe, Mitch Miller and His Gang. Encourageant les artistes à interpréter des chansons légères, il entretient cependant des relations difficiles avec eux, en particulier avec Frank Sinatra, tandis que son dédain pour le rock empêchera la Columbia de travailler avec des chanteurs tels qu'Elvis Presley et Buddy Holly. Mitch Miller meurt le 31 juillet 2010, à New York.

—  Universalis

Classification

Pour citer l’article

« MILLER MITCH - (1911-2010) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/mitch-miller/