MICHEL DE CÉZÈNE (mort en 1342)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ministre général de l'ordre des Franciscains, appartenant à la tendance des spirituels. Né à Cesena, Michel fait ses études à Paris (1315-1316), où il devient maître en théologie ; il est élu ministre général des Frères mineurs au chapitre général de Naples, en 1316. Il essaie d'abord de réconcilier les deux camps adverses (les spirituels et les Frères de la communauté) qui, à l'intérieur de l'ordre, s'opposent au sujet du principe de la pauvreté. En 1322, présidant le chapitre général à Pérouse, Michel de Cézène prend le parti des spirituels, se prononçant pour la pauvreté absolue : c'est la « thèse de Pérouse », laquelle se trouve contraire aux décisions dogmatiques de Jean XXII ; elle est condamnée comme hérétique, l'année suivante (1323), par la bulle Cum inter nonnullos. En 1327, Michel est convoqué à la cour pontificale d'Avignon, d'où il s'enfuit, en 1328, pour gagner la cour de Louis de Bavière, adversaire du pape. Jean XXII destitue Michel de Cézène de sa charge de ministre général et l'excommunie. Le chapitre général de Perpignan, à son tour, l'expulse de l'ordre. Jusqu'à sa mort, Michel de Cézène séjourne dans un couvent de Munich, avec plusieurs spirituels dont le plus célèbre est le philosophe Guillaume d'Ockham. C'est à celui-ci qu'il laissera son sceau généralice. Les spirituels continuent de soutenir le parti de Louis de Bavière contre le pape, en accusant d'hérésie Jean XXII, puis Benoît XII.

—  Edina BOZOKY

Écrit par :

Classification


Autres références

«  MICHEL DE CÉZÈNE (mort en 1342)  » est également traité dans :

FRATICELLES

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 1 100 mots

L'appellation de fraticelles, de l'italien fraticelli , désigne les dissidents les plus radicaux de la faction dite « spirituelle » qui, dans l'ordre franciscain, oppose à l'aile conventuelle ou orthodoxe la volonté de pratiquer la pauvreté volontaire selon la règle intangible de saint François. Bien que, dans sa condamnation, Jean XXII applique le terme à l'ensemble des spir […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fraticelles/#i_12506

JEAN XXII, JACQUES DUÈSE ou D'EUZE (1245-1334) pape (1316-1334)

  • Écrit par 
  • Decima L. DOUIE, 
  • Universalis
  •  • 961 mots

Né en 1245 dans une famille bourgeoise aisée de Cahors, Jacques Duèse, ou D'euze, étudie le droit canonique et le droit romain à Paris et Orléans. Chancelier de Charles II d'Anjou en 1309, il est créé cardinal en 1312. Élu pape à Lyon le 7 août 1316 pour succéder à Clément V sous le nom de Jean XXII, il va faire d'Avignon la résidence permanente du Saint-Siège. Les premières années de son pontif […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-jean-xxii/#i_12506

OCKHAM GUILLAUME D' (1290 env.-env. 1349)

  • Écrit par 
  • Maurice de GANDILLAC, 
  • Jeannine QUILLET
  •  • 6 684 mots

Dans le chapitre « Le « venerabilis inceptor » »  : […] Né à Ockham, dans le Surrey, Guillaume devient franciscain à une date que nous ignorons. Étudiant à Oxford, il y commente le Livre des sentences de Pierre Lombard entre 1318 et 1320. Il ne sera jamais maître en théologie, mais seulement inceptor , c'est-à-dire simple candidat à la maîtrise, titre qu'on interprétera ensuite en appelant Guillaume le « véné […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guillaume-d-ockham/#i_12506

Pour citer l’article

Edina BOZOKY, « MICHEL DE CÉZÈNE (mort en 1342) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/michel-de-cezene/