CRÉPEAU MICHEL (1930-1999)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né en 1930 à Fontenay-le-Comte (Vendée), avocat, membre du Parti radical dès l'âge de dix-huit ans, Michel Crépeau est élu maire de La Rochelle (Charente-Maritime) en 1971. Il le restera jusqu'à son décès. Dès 1973, il met en place la première zone piétonne de France et, en 1974, un système de vélos à la disposition de la population. Ce pionnier de l'écologie municipale innove encore en 1997 avec la « journée sans voitures ».

Élu député de la Charente-Maritime en 1973 (il ne sera battu qu'une seule fois, en 1993), Michel Crépeau a participé un an plus tôt à la fondation du Mouvement des radicaux de gauche (M.R.G.), scission de l'ancien Parti radical, où se retrouvent ceux qui refusent l'alliance centriste pour jouer la carte de l'Union de la gauche. Il succède d'ailleurs à Robert Fabre en 1978 à la présidence du M.R.G., et c'est tout naturellement qu'il se présente au nom de ce parti comme candidat à l'élection présidentielle de 1981.

François Mitterrand lui reprochera un temps ce qu'il considère comme une dissidence. Mais le score modeste obtenu par Michel Crépeau, 2,2 p. 100 des voix, se révélera précieux pour la victoire du candidat socialiste. La rancœur ne dure guère d'ailleurs. Michel Crépeau sera membre de tous les gouvernements de 1981 à 1986, d'abord comme ministre de l'Environnement (1981-1983), puis comme ministre du Commerce et de l'Artisanat (1983-1984), comme ministre du Commerce, de l'Artisanat et du Tourisme (1984-1986), enfin deux mois comme garde des Sceaux (févr.-mars 1986) en remplacement de Robert Badinter qui vient d'être nommé à la présidence du Conseil constitutionnel.

Depuis lors, Michel Crépeau passe pour un allié inconditionnel du Parti socialiste. Il échoue au congrès d'Avignon (octobre 1986) dans sa tentative de reprendre la présidence du M.R.G. qu'il avait quittée cinq ans plus tôt pour entrer au gouvernement. [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Les derniers événements

France. Victoire de l'opposition de gauche aux élections législatives et nomination de Lionel Jospin comme Premier ministre. 1er-19 juin 1997

. et U.D.F. élisent respectivement à leur présidence Jean-Marc Ayrault, Alain Bocquet, Michel Crépeau, Philippe Séguin et François Bayrou (Force démocrate). Le 12, l'Assemblée nationale élit à sa présidence, au second tour, Laurent Fabius (P.S.), déjà titulaire de ce poste entre juin 1988 et janvier […] Lire la suite

France. Polémique autour des arrêtés municipaux interdisant la mendicité. 4-20 juillet 1995

Le 4, Michel Crépeau (Radical), maire de La Rochelle, publie un arrêté qui interdit la mendicité ainsi que le stationnement prolongé, dans les lieux publics, « de personnes ou d'animaux qui gênent le libre passage des piétons ». Les municipalités de Pau, de Tarbes, de Perpignan, de Valence […] Lire la suite

France. Nomination de Robert Badinter à la présidence du Conseil constitutionnel et remaniement ministériel. 19 février 1986

Badinter provoque un remaniement du gouvernement : Michel Crépeau devient ministre de la Justice et Jean-Marie Bockel, secrétaire d'État au Tourisme, le remplace au ministère du Commerce, de l'Artisanat et du Tourisme. D'autre part, Paul Legatte, qui était membre du Conseil constitutionnel, remplace […] Lire la suite

France. Annonce de la composition du gouvernement Fabius. 19-23 juillet 1984

industriel ; Paul Quilès ajoute les Transports à l'Urbanisme et au Logement ; Michel Crépeau est chargé du Tourisme en plus du Commerce et de l'Artisanat. Cinq ministres conservent leurs attributions : Claude Cheysson (Relations extérieures), Robert Badinter (Justice), Michel Rocard (Agriculture […] Lire la suite

France. Troisième gouvernement Mauroy. 20-24 mars 1983

Fabius, qui détenait le portefeuille du Budget prend celui de l'Industrie et de la Recherche ; Michel Crépeau passe de l'Environnement au Commerce et à l'Artisanat. Les ministres communistes, Charles Fiterman (Transports) et Marcel Rigout (Formation professionnelle) conservent leurs attributions. Outre […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bruno DIVE, « CRÉPEAU MICHEL - (1930-1999) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 décembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/michel-crepeau/