ÉGÉE MER

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les diversités régionales

L'évolution actuelle unifie les destinées administratives de l'Égée grecque, mais elle en maintient les diversités géographiques. C'est sans doute sur les rivages septentrionaux et centraux que les spécificités sont les moins affirmées et que le monde égéen entretient les solidarités les plus évidentes avec les régions continentales proches. Au large des côtes thraces, Samothrace a été une île d'émigration vers la république fédérale d'Allemagne, comme toute la Grèce du Nord. Thasos, île longtemps verte, est avant tout un lieu de villégiature pour les habitants de Thessalonique, tout comme les sites pittoresques de la Chalcidique, où se mêlent, sur un front maritime pratiquement ininterrompu, résidences secondaires et grands complexes hôteliers pour clientèle fortunée et cosmopolite (Porto Karras, Sami). Mais c'est aux environs de la capitale grecque, de l'Eubée méridionale aux côtes d'Attique et aux îles proches du Saronique (Salamine, Égine) ou des côtes péloponnésiennes (Hydra, Spetsai) que l'influence urbaine est la plus sensible. Routes à circulation rapide, trafic continu de car-ferries, d'hydroglisseurs font de toute la région un prolongement maritime de l'agglomération urbaine athénienne, allongeant les banlieues autour des axes de circulation (corniche du cap Sounion), étendant les zones industrielles dans les plaines littorales (golfe d'Éleusis) et multipliant les zones de loisirs.

Île d'Hydra, Grèce

Photographie : Île d'Hydra, Grèce

Vue du village d'Hydra sur l'île grecque du même nom, construit en amphithéâtre autour de son port. 

Crédits : George Grigoriou/ The Image Bank/ Getty Images

Afficher

Au contraire, l'Égée méridionale et orientale est un monde plus divers, éclaté en guirlandes insulaires, éparpillé en des dizaines d'îles de toutes tailles, qui gardent chacune les traces d'une histoire propre et de particularités locales vivaces. La distinction la plus nette est celle qui sépare les îles de terriens des îles de marins et, parfois à l'intérieur d'une même île, les bourgades agricoles des localités ouvertes sur la mer. Traditions terriennes à Mytilène, où l'olivette couvre tout l'est de l'île, opposant, fait très rare en Grèce, grands propriétaires agrariens et prolétariat agricole et microfundiaire. Mais aussi traditions terriennes des communautés catholiques de Syra ou de Tinos s'adonnant aux cultures de primeurs (concombres) pour le marché athénien et ayant abandonné de longue date aux orthodoxes les préoccupations maritimes ou mercantiles, ou encore villages de l'intérieur à Santorin, cultivant amoureusement sur une terre sans eau vignes et tomates à fruits minuscules, quand les gens de la mer, perchés au-dessus de la caldeira (effondrement volcanique), ont toujours regardé vers des horizons plus lointains. Lorsque les vocations maritimes sont plus affirmées et plus exclusives, que les familles d'armateurs ont créé depuis longtemps des filières d'embarquement sur la marine marchande au long cours, les sociétés insulaires sont souvent plus autonomes et plus fières, plus fermées aussi à l'étranger, assurées de revenus extérieurs importants, souvent réinvestis en appartements à Athènes (Andros, Chios).

Ce sont l'inégale pénétration touristique et la diversité de ses formes qui ont introduit dans ces îles égéennes, au-delà des renversements démographiques, de nouvelles différenciations. Tantôt l'exploitation est méthodique et rationnelle : tourisme de luxe, un rien sophistiqué, à Mikonos, chaînes hôtelières et charters pour Scandinaves à Rhodes, bateaux de croisière des grands périples circum-méditerranéens débarquant leurs passagers pour quelques heures à Santorin. Tantôt, et dans les îles les moins peuplées, des groupes étrangers, notamment italiens ou français, ont établi de véritables bases de vacances (Ios). Tantôt, et plus classiquement, s'était développé un tourisme populaire chez l'habitant louant à une clientèle étrangère de jeunes ou de nationaux des chambres avec des formes d'habitat légères et inconfortables (Paros, Naxos). Mais rapidement, l'exigence de la demande et la réponse de l'offre se sont élevées pour multiplier les petites unités hôtelières de qualité, qui tranchent avec la bétonnisation du littoral espagnol, italien ou même du Sahel tunisien. Plus rares ont été les expériences entreprises par l'Office national du tourisme grec pour restaurer une architecture traditionnelle et l'ouvrir aux estivants (Santorin). En tout cas, le tourisme est devenu la véritable industrie égéenne, supplantant les restes d'industrialisation passée (savonneries ou tanneries de Mytilène) ou les efforts de décentra [...]

Naoussa, Grèce

Photographie : Naoussa, Grèce

Le petit port de Naoussa, sur l'île de Paros, dans l'archipel des Cyclades. 

Crédits : Photodisc World Landmarks and Travel V60

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Grèce : carte physique

Grèce : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Église, île de Santorin, Grèce

Église, île de Santorin, Grèce
Crédits : Anastasios71/ Shutterstock

photographie

Olymbos sur l'île de Karpathos, Grèce

Olymbos sur l'île de Karpathos, Grèce
Crédits : J. L. Stanfield/ National Geographic/ Getty

photographie

Île d'Hydra, Grèce

Île d'Hydra, Grèce
Crédits : George Grigoriou/ The Image Bank/ Getty Images

photographie

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-Ouest-Nanterre-La Défense

Classification

Autres références

«  ÉGÉE MER  » est également traité dans :

CHIOS

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 1 117 mots
  •  • 1 média

Avec une superficie de 858 km 2 , Chios (Scio ou Chio, depuis le Moyen Âge), séparée de la côte turque par un détroit de 7 kilomètres, est la cinquième île de la mer Égée. Montagneuse au nord (1 297 m) et vallonnée au sud, elle présente dans sa partie centrale une plaine très fertile (Cambos) où est installé depuis l'Antiquité le chef-lieu de l'île (Chios). Cité prospère, dotée d'une marine de gue […] Lire la suite

CRÈTE

  • Écrit par 
  • Pierre-Yves PÉCHOUX
  •  • 484 mots
  •  • 1 média

La plus grande île de Grèce (8 331 km 2 , 258 km de longueur sur 56 km de largeur), la Crète s'étend d'ouest en est aux confins méridionaux du monde égéen. Les chaînes montagneuses qui couvrent la plus grande partie de l'île (mont Ida 2 456 m, Levka Ori 2 453 m), de direction ouest-est, appartiennent à l'ensemble plissé du système dinarique qu'on retrouve dans la zone occidentale de la Grèce conti […] Lire la suite

CYCLADES

  • Écrit par 
  • Pierre-Yves PÉCHOUX
  •  • 468 mots
  •  • 2 médias

L'archipel des Cyclades occupe le centre de la mer Égée. Résultat d'une série de fractures et de transgressions marines intervenues à la fin de l'ère tertiaire, les blocs émoussés de marbres et de schistes de ses îles ensoleillées, sèches et dénudées, prolongent les arcs orographiques de l'Attique et de l'Eubée du Sud, encadrés par des fossés qui les séparent à l'est des îles de l'Ionie (Chios, Sa […] Lire la suite

DINARIDES

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN
  •  • 5 738 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les Hellénides »  : […] Les Hellénides occupent une position péninsulaire entre la mer Ionienne à l'ouest et la mer Égée à l'est ; aussi leur façade maritime est-elle prépondérante et sous ces latitudes prend-elle l'aspect d'une côte méditerranéenne, ce qui en fait, concurremment avec la côte dalmate, un séjour de vacances privilégié. L'aspect des côtes, essentiellement dû à la tectonique plio-quaternaire, dépend de l' […] Lire la suite

ÉGÉEN MONDE

  • Écrit par 
  • Olivier PELON
  •  • 11 175 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Aperçu géographique »  : […] Il suffit de jeter les yeux sur une carte de la Méditerranée orientale pour s'apercevoir que le monde égéen est une des régions les plus morcelées qui soient. La mer Égée, qui en forme le centre, est parsemée d'une poussière d'îles plus ou moins organisées en archipels : vers le nord, au large de l'Eubée, les Sporades ; vers le sud, les Cyclades groupées autour de la petite île de Délos ; enfin, v […] Lire la suite

EUBÉE

  • Écrit par 
  • Pierre-Yves PÉCHOUX
  •  • 337 mots
  •  • 1 média

L'île d'Eubée (3 657 km 2 ) est reliée à la Grèce centrale par un pont mobile qui franchit le détroit de l'Euripe. Les heures de marée diffèrent d'une rive à l'autre, si bien que s'y produisent, en dépit d'un marnage faible, de forts courants de marée. En outre, grâce à un dense réseau de bacs, elle est mieux reliée aux côtes toutes proches de la Phtiotide, de la Béotie et de l'Attique que ne le s […] Lire la suite

EUROPE - Géologie

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • Pierre RAT
  •  • 10 015 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les chaînes alpines »  : […] Les chaînes alpines d'Europe forment deux ensembles : l'un, principal, est lié à la collision de l'Europe et de l'Afrique ayant cicatrisé la Téthys ; l'autre est l'ensemble pyrénéo-provençal. L'ensemble principal est à double déversement, avec : une branche alpidique , en marge du continent européen, déversée vers celui-ci, allant de Gibraltar à l'Asie Mineure par les cordillères Bétiques, les […] Lire la suite

GRÈCE - Espace et société

  • Écrit par 
  • Guy BURGEL
  •  • 6 411 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Des dissymétries régionales maintenues »  : […] L'ampleur des mutations géographiques, économiques, sociales et politiques qui ont affecté la Grèce depuis l'après-guerre a profondément bouleversé les équilibres géographiques et les paysages humains du pays. Pendant longtemps, le résultat d'ensemble a pu se résumer au partage entre un espace utile, concentrant sur un territoire restreint les hommes et les activités dynamiques, et des espaces pér […] Lire la suite

HÉRACLION

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 382 mots

Héraclion (ou Héraklion, Iraklion) est la principale ville portuaire de la Crête, la plus grande des îles de Grèce, et la capitale du département ( nomós ) d'Héraclion. Elle est située sur la côte septentrionale, au nord-ouest de l'ancienne capitale minoenne de Cnossos. Elle doit son nom actuel à l'ancien port romain Heracleum, dont l'emplacement est vraisemblablement identique au sien. Fondée […] Lire la suite

ITALIE - Histoire

  • Écrit par 
  • Michel BALARD, 
  • Paul GUICHONNET, 
  • Jean-Marie MARTIN, 
  • Jean-Louis MIÈGE, 
  • Paul PETIT
  •  • 27 454 mots
  •  • 42 médias

Dans le chapitre « Les résultats 1923-1933 »  : […] Le 24 juillet 1923, le traité de Lausanne reconnaissait officiellement, malgré les réserves grecques, la souveraineté italienne sur le Dodécanèse. Sous le nom d'îles italiennes de l' Égée, l'archipel (14 îles, 2 681 km 2 ) fut administré directement par le ministère des Affaires étrangères. Des autres promesses de Londres, seules furent tenues celles des Anglais concernant la rectification des fro […] Lire la suite

Les derniers événements

8-9 septembre 2020 Grèce. Incendie du camp de réfugiés de Moria.

De son côté, Athènes exclut le transfert des migrants sans abri vers la Grèce continentale et privilégie la construction de centres d’enregistrement fermés sur les cinq îles de la mer Égée qui abritent des camps. Une initiative franco-allemande permettra l’accueil de quatre cents migrants mineurs non accompagnés par une dizaine de pays européens, dont la Suisse et la Norvège, non membres de l’UE. […] Lire la suite

25-29 février 2020 Turquie – Grèce. Manifestations contre les migrants.

Les 25 et 26, des habitants des îles de Lesbos et Chios, dans la mer Égée, affrontent violemment les forces antiémeutes envoyées pour protéger la construction de nouveaux camps de migrants. Près de trente-huit mille migrants s’entassent dans les camps situés dans les îles égéennes. Le 28, au lendemain d’une attaque meurtrière contre ses soldats déployés en Syrie, la présidence turque indique qu’elle « n’a pas d’autre choix que de desserrer sa politique d’endiguement des réfugiés », en raison de l’absence de soutien européen à son offensive contre le régime de Bachar al-Assad et de la pression migratoire à ses frontières liée au conflit dans la province syrienne d’Idlib. […] Lire la suite

11-25 février 2016 Union européenne. Divisions sur le traitement de la crise migratoire.

Le 11, l’OTAN répond à la demande de l’Allemagne, de la Grèce et de la Turquie en annonçant sa participation à des missions d’information et de surveillance dans le cadre de la lutte contre les réseaux de passeurs actifs en mer Égée. Le 13, le Premier ministre français Manuel Valls, en visite à Munich, affirme dans un entretien accordé à la presse que la politique migratoire allemande, « qui était temporairement justifiée, n’est pas tenable dans la durée ». […] Lire la suite

14-15 mai 2010 Turquie – Grèce. Visite de Recep Tayyip Erdogan à Athènes

Recep Tayyip Erdogan participe avec son homologue grec Georges Papandréou au premier conseil stratégique bilatéral au cours duquel sont évoqués notamment la réduction des dépenses militaires et le différend territorial concernant les îles grecques de la mer Égée.  […] Lire la suite

31 janvier 1996 Grèce – Turquie. Conflit territorial en mer Égée

L'intervention du président américain Bill Clinton fait retomber la tension qui régnait en mer Égée depuis quelques jours en raison de la contestation par la Turquie de la souveraineté grecque sur l'îlot inhabité d'Imia, situé entre la péninsule turque de Bodrum et l'île grecque de Kalymnos. Athènes et Ankara acceptent de retirer leurs troupes déployées sur des îles voisines et de rappeler leurs navires de guerre qui croisaient au large de l'îlot contesté. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Guy BURGEL, « ÉGÉE MER », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/mer-egee/