Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

MÉLANGE, physico-chimie

Réunion de deux ou de plusieurs substances qui présente simultanément les propriétés suivantes :

Les dimensions des constituants sont petites devant celles du produit final ;

Les constituants du mélange sont sans action physique ou chimique réciproque profonde ;

La séparation des constituants du mélange s'effectue à l'aide de procédés physiques simples ne mettant généralement en jeu que des quantités d'énergie faibles en regard des masses séparées.

On distingue traditionnellement les mélanges homogènes, où le produit final ne comporte qu'une seule phase, et les mélanges hétérogènes, où le produit final en compte plusieurs.

Cette classification ne définit pas d'échelle d'homogénéité. Si l'on considère les deux cas limites du mélange hétérogène, celui de la prépondérance de la phase dispersante sur la phase dispersée (cas d'une bouffée de fumée dans l'air) et celui de l'extrême division de la phase dispersée (cas de la vase agitée dans l'eau), on constate que l'aspect du produit final est celui d'un mélange homogène, cela indépendamment de la nature des phases en présence. Il en résulte que la notion d'homogénéité est une notion dépendant du point de vue adopté, microscopique ou macroscopique ; il apparaît également que les notions d'homogénéité et d'hétérogénéité sont d'une nature telle qu'il y a passage continu de l'une à l'autre.

Homogénéité et hétérogénéité sont deux notions complémentaires l'une de l'autre, à la différence d'isotropie et d'anisotropie, qui s'excluent mutuellement.

Il existe par conséquent un passage continu du mélange le plus hétérogène à la solution par l'intermédiaire d'une succession d'états définis, chacun d'entre eux étant continûment déductible de celui qui le précède et de celui qui le suit. Dans l'ordre décroissant de la taille des particules de la phase dispersée, on rencontre ainsi, successivement, la suspension, la suspension colloïdale, puis les différents types de solutions : solution non dissociée et solution solide, solution dissociée et solution ionique.

On parvient ainsi à la limite de la notion de mélange, celle où les deux aspects microscopique et macroscopique se rejoignent et où apparaissent des phénomènes d'interaction entre phases : phénomènes physiques (diminution de volume du mélange eau et méthanol, élévation de température du mélange eau et acide sulfurique) ou chimiques (hydratation).

— Pierre MOYEN

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Pierre MOYEN. MÉLANGE, physico-chimie [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Autres références

  • ANALYTIQUE CHIMIE

    • Écrit par et
    • 8 885 mots
    • 4 médias
    ...stationnaire au cours de la traversée de la colonne : il avance dans la colonne à une vitesse apparente qui lui est propre. Ainsi, les constituants d'un mélange pénétrant en même temps à une extrémité de la colonne, ressortent, l'un après l'autre, à l'autre extrémité. L'efficacité de ce procédé est telle...
  • AZÉOTROPE MÉLANGE

    • Écrit par
    • 112 mots

    Mélange présentant la propriété d'avoir une température d'ébullition unique et définie pour une composition déterminée ; un mélange azéotrope, ou un azéotrope, présente alors certaines propriétés physiques, qui sont celles des corps purs, et notamment la propriété d'avoir la même composition en phase...

  • CHIMIE - Histoire

    • Écrit par , et
    • 11 186 mots
    • 7 médias
    – Les méthodes fournissant l'analyse des constituants d'un mélange – extraction liquide-liquide, chromatographie, diffusion à travers des membranes, résines échangeuses d'ions...
  • CHROMATOGRAPHIE

    • Écrit par , et
    • 17 040 mots
    • 8 médias
    Toute chromatographie est fondée sur la notion de distribution différentielle d'un soluté dans deux phases non miscibles. Le principe, schématisé sur la figure 1 dans le cas d'un mélange de deux constituants A et B, est généralisable sans peine à un nombre plus grand de solutés et à des systèmes plus...
  • Afficher les 14 références