OHANA MAURICE (1914-1992)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

C'est une place à part dans la musique française qu'occupe Maurice Ohana, celle d'un indépendant qui a patiemment acquis ses lettres de noblesse après avoir suivi un parcours discret en marge des milieux officiels.

Il naît à Casablanca, le 12 juin 1914, d'un père originaire de Gibraltar et d'une mère andalouse. Il aborde le piano à Bayonne puis vient à Paris en 1933 pour y étudier l'architecture. Il travaille le piano avec Lazare-Lévy et l'harmonie et le contrepoint avec Daniel-Lesur à la Schola cantorum (1937-1940). Il commence une carrière de pianiste, interrompue par la guerre, pendant laquelle il porte l'uniforme britannique. Un séjour à Rome, en 1944, lui permet de se perfectionner avec Alfredo Casella à l'Accademia di Santa Cecilia. Il commence a composer pour son instrument (Trois Caprices, Sonatine monodique). En 1947, de retour à Paris, il est l'un des fondateurs du groupe Zodiaque, qui cherche à réagir contre la tutelle esthétique des différents systèmes en vogue pour privilégier une libre expression, démarche qui vise autant le postsérialisme que le néo-classicisme. Il conservera cette forme d'engagement tout au long de sa vie. Sa musique est d'abord profondément enracinée dans la tradition andalouse et nord-africaine : Llanto por Ignacio Sànchez Mejias, sur un poème de Federico Garcia Lorca (1950), Cantigas pour soli, chœur et instruments, sur un texte de poésie médiévale espagnole (1953-1954), les Trois Graphiques pour guitare et orchestre (1950-1957) ou Tiento pour guitare (1955), que jouera Narciso Yepes. Puis elle s'élargit aux moyens d'expression les plus actuels : la percussion, avec les Études chorégraphiques (1955, créées seulement en 1963 par les Percussions de Strasbourg) et Silenciaire (1969) ; les micro-intervalles, grâce auxquels il reconstitue les inflexions mélodiques du cante flamenco et dont il systématise l'emploi dans Le Tombeau de Claude Debussy pour soprano, cithare, piano et orchestre (1962) ; la voix humaine, dont il explore les re [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : chef d'orchestre, musicologue, producteur à Radio-France

Classification


Autres références

«  OHANA MAURICE (1914-1992)  » est également traité dans :

ESPAGNE (Arts et culture) - La musique

  • Écrit par 
  • Luis CAMPODÓNICO, 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 5 636 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Maurice Ohana »  : […] Autour de 1950, un héritier de De Falla autant que de Debussy, Maurice Ohana (1913-1992), musicien d'origine andalouse né à Casablanca et parisien d'adoption, réussit dans son Llanto por Ignacio Sánchez Mejías, sur le poème de García Lorca (1950), puis dans les Cantigas, pour soli, chœur et instruments (1953- […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/espagne-arts-et-culture-la-musique/#i_11682

IBARRONDO FÉLIX (1943-    )

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 1 311 mots

l'influence de la musique française – il voue une profonde admiration à Claude Debussy –, c'est surtout la musique de Maurice Ohana qui le séduit, par son aspect solaire et tellurique, sa singulière inspiration, enracinée dans la terre andalouse, vibrant des résonances transfigurées du cante jondo et s'ouvrant tout naturellement à la dimension […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/felix-ibarrondo/#i_11682

Pour citer l’article

Alain PÂRIS, « OHANA MAURICE - (1914-1992) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/maurice-ohana/