SEPTEMBRE MASSACRES DE (1792)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Rien de plus ambigu que le cri, lancé à Paris, au mois d'août 1792 : « La patrie en danger ! » Le péril est-il à l'intérieur, où de nombreuses perquisitions, chez les prêtres réfractaires, débusquent des agences royalistes et prouvent les complicités épistolaires avec les émigrés ? Est-il à l'extérieur, d'où parviennent de sinistres nouvelles : passage de la frontière du duc de Brunswick à la tête de 80 000 hommes ; capitulation de Longwy, le 22 août ; Verdun menacé ? La Commune d'un Paris surchauffé par l'arrivée des Marseillais suit le conseil de Marat : liquider les « traîtres » que sont ces prêtres réfractaires, déclarés suspects par la loi du 27 mai 1792, et la panique des patriotes cessera.

Dès le 11 août, la chasse commence ; les rafles se multiplient dans les quartiers à forte densité cléricale : Saint-Sulpice et Saint-Germain-des-Prés. Après un interrogatoire sommaire à la section de l'Hôtel de Ville, les suspects, à qui personne ne fait mention du serment, sont jetés pêle-mêle dans des prisons de fortune : 160 aux Carmes de la rue de Vaugirard, 92 au séminaire de Saint-Firmin, d'autres encore à l'abbaye de Saint-Germain-des-Prés, à la Force, etc. Sur les quelque trois cents prêtres ainsi incarcérés, près de la moitié sont étrangers à la capitale ; on y trouve des séculiers, des religieux et même des assermentés qu'on soupçonne d'incivisme. Aux Carmes, une vie communautaire s'improvise autour du vénérable archevêque d'Arles, au domicile parisien duquel on avait saisi une correspondance compromettante avec ses collègues en émigration. On souffre de la promiscuité, d'une atmosphère rendue irrespirable par la population, de la privation de la messe, d'une attente mystérieusement entretenue par des gardes muets sur le sort éventuel des détenus.

Le samedi 1er septembre, Paris apprend que les Prussiens ont pris Verdun. Un branle-bas de combat, des cris lointains, la garde doublée maintiennent, toute la nuit, en prières les prisonniers. Le dimanche, en début d'après-midi, le tocsin s [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : docteur ès lettres et docteur en théologie, professeur à l'Institut catholique de Paris

Classification


Autres références

«  SEPTEMBRE MASSACRES DE (1792)  » est également traité dans :

COMMUNE DE PARIS (1792)

  • Écrit par 
  • Jean DÉRENS
  •  • 1 030 mots

Municipalité insurrectionnelle qui siégea à l'Hôtel de Ville de Paris du 10 août au 2 décembre 1792, poussa au renversement de la royauté et à diverses mesures révolutionnaires, avant de s'incliner devant la Convention, nouvellement élue. La Commune de 1792 illustre le rôle de Paris dans les moments les plus dramatiques de la Révolution. À l'écart de la municipalité légale, une violente agitation […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/commune-de-paris-1792/#i_41143

RÉVOLUTION FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Jean-Clément MARTIN, 
  • Marc THIVOLET
  •  • 29 477 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La guerre et la « seconde révolution » (été de 1791-septembre 1792) »  : […] Au cours de l'été de 1791, la politisation du pays s'est accélérée après la fuite du roi. Les journaux royalistes prêchent la résistance ouverte tandis que quatre mille lecteurs se proposent en otage à la place du roi et que l'émigration s'accroît (4 000 officiers partent au cours du second semestre de 1791). Tout le pays s'enfonce dans la guerre civile : dans la vallée du Rhône, partisans et adv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revolution-francaise/#i_41143

Pour citer l’article

Bernard PLONGERON, « SEPTEMBRE MASSACRES DE (1792) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/massacres-de-septembre/