MARTOV IOULI OSSIPOVITCH CEDERBAUM dit (1873-1923)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Constantinople, Iouli Martov est avec Plekhanov et Axelrod un des créateurs du Parti ouvrier social-démocrate russe et fondateur de la première Iskra (L'Étincelle). Au congrès du parti en 1903 (qui se tient à Bruxelles, puis à Londres), il est l'animateur de la fraction qui s'oppose à Lénine et à Plekhanov sur la question des statuts de l'organisation : il s'agit essentiellement de savoir quelles seront les conditions d'adhésion au parti ; Martov défend la thèse du parti le plus ouvert possible. Battue, sa fraction prendra le nom de menchevik (minoritaire).

La rupture s'accroît avec les années, malgré une tentative de réunification après la révolution de 1905 : Martov défend alors l'idée de la nécessité pour la révolution russe de passer par une étape de démocratie bourgeoise avant d'aller au socialisme. Cependant, pendant la Première Guerre mondiale, Martov, qui se situe parmi les mencheviks internationalistes, tente d'organiser l'opposition à la guerre des milieux russes émigrés. Installé en Suisse, il participe aux côtés de Lénine à la Conférence de Zimmerwald (sept. 1915).

De retour en Russie après février 1917, Iouli Martov reprend avec les bolcheviks l'ancienne polémique et, avec la fraction menchevique, apporte son soutien au gouvernement provisoire et refuse l'insurrection armée. Cependant, après octobre 1917, il est parmi les mencheviks qui refusent de condamner en bloc l'expérience léniniste et critique ceux qui sont passés à la lutte ouverte contre le pouvoir bolchevique.

Malgré leurs divergences profondes, Lénine et Martov sont restés très liés. C'est pourquoi, lorsqu'en 1920 les mencheviks sont menacés de déportation, Lénine facilitera le départ de Martov en lui faisant accorder un passeport. Celui-ci se retire à Berlin, où il publie Le Courrier socialiste, organe des mencheviks en exil.

—  Paul CLAUDEL

Écrit par :

Classification


Autres références

«  MARTOV IOULI OSSIPOVITCH CEDERBAUM dit (1873-1923)  » est également traité dans :

ISKRA

  • Écrit par 
  • Vladimir Claude FISERA
  •  • 1 018 mots

Journal du Parti social-démocrate ouvrier russe (P.O.S.D.R.), l' Iskra ( L'Étincelle ) paraît du 11 décembre 1900 au 8 octobre 1905. En tout 112 numéros seront publiés à un rythme mensuel puis bimensuel à partir de 1902. Son histoire se confond avec celle de la social-démocratie russe, et l'on doit distinguer la vieille Iskra , dirigée conjointemen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/iskra/#i_4954

LÉNINE (1870-1924)

  • Écrit par 
  • Nicolas WERTH
  •  • 6 879 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre «  Le fondateur du bolchevisme »  : […] En 1902, Lénine publie un texte fondamental, Que faire ? , premier manifeste de ce qui deviendra, l'année suivante, le bolchevisme. Lénine y expose sa conception d'un parti révolutionnaire d'avant-garde, discipliné et centralisé, composé d'un noyau de révolutionnaires professionnels, chargés d'encadrer les masses ouvrières trop facilement tentées […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lenine/#i_4954

MENCHEVISME

  • Écrit par 
  • Georges HAUPT
  •  • 2 710 mots
  •  • 1 média

Tout comme la dénomination de bolchevisme, celle de menchevisme est issue du II e congrès du Parti ouvrier social-démocrate de Russie ( P.O.S.D.R.) qui siégea pendant un mois à Bruxelles puis à Londres en août 1903 et établit un nouveau clivage fondamental à l'intérieur du mouvement ouvrier russe. Les mencheviks ( menchinstvo = minorité) doivent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/menchevisme/#i_4954

Pour citer l’article

Paul CLAUDEL, « MARTOV IOULI OSSIPOVITCH CEDERBAUM dit (1873-1923) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/martov/