MARTELLANGE ÉTIENNE ANGE MARTEL dit (1569-1641)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le nom de Martellange, qui serait une contraction de Ange-Étienne Martel, était en fait déjà porté par le grand-père de l'architecte. Entré dans la Compagnie de Jésus en 1590, il est envoyé à Rome où il réside jusqu'en 1604. Là, le père Martellange s'initie à l'architecture, et subit l'influence de Vignole. Nommé coadjuteur temporel de la Compagnie, il établit des plans pour de nombreux collèges et églises, dans les différentes provinces de France, travaillant à Sisteron (1605), à Vienne pour Saint-André-le-Haut, à Carpentras, à Lyon (collège et noviciat), à Rennes (église de la Toussaint). Il organise les modifications du collège de Dôle et élève celui de la Flèche (1612) qui servit longtemps de prytanée militaire. À Paris, il donne sans doute les plans pour le collège de Clermont (aujourd'hui lycée Louis-le-Grand), construit le noviciat (détruit) et l'église de la maison professe (Saint-Paul-Saint-Louis) dont la façade, élevée par le père Derand, n'obtiendra pas son approbation. Quelques-uns de ses plans ne sont réalisés qu'après sa mort. On lui attribue encore, à Orléans, la façade de Saint-Maclou et le transept de la cathédrale Sainte-Croix (1627).

Saint-Paul-Saint-Louis

Saint-Paul-Saint-Louis

photographie

L'église Saint-Paul-Saint-Louis, rue Saint-Antoine, à Paris. Œuvre de Martellange et de Derand. 

Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

Afficher

Suivant la conception courante dans la Compagnie, il accole, la plupart du temps, une riche façade à une église très simple, même pauvre. Les plans, parfois dérivés de l'église du Gesù de Rome (église Saint-Paul-Saint-Louis de Paris), présentent beaucoup de liberté dans le plan (croix grecque à Saint-Pierre de Nevers, 1912), comme dans les élévations. Certaines des chapelles qu'il dessine seront même de style gothique. L'approbation de Rome, nécessaire pour que la réalisation des projets soit effective, n'a jamais entraîné une soumission à un style déterminé qui serait le « style jésuite ».

—  Renée PLOUIN

Écrit par :

  • : maître assistant à la faculté des lettres et sciences humaines de Paris

Classification


Autres références

«  MARTELLANGE ÉTIENNE ANGE MARTEL dit (1569-1641)  » est également traité dans :

JÉSUITE ART

  • Écrit par 
  • Pierre CHARPENTRAT
  •  • 2 287 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Y a-t-il un style jésuite ? »  : […] La part une fois faite à une mythologie pittoresque et singulièrement vivace, le séculaire écheveau politico-littéraire tant bien que mal dénoué, ou du moins dénoncé, reste un vrai problème. Car la Compagnie, c'est un fait, a joué un rôle énorme pendant toute cette époque d'intense construction religieuse que fut l'époque de la Contre-Réforme. Les églises bâties directement par elle se comptent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-jesuite/#i_9280

Pour citer l’article

Renée PLOUIN, « MARTELLANGE ÉTIENNE ANGE MARTEL dit (1569-1641) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/martellange/