ORLÉANS MARIE D' (1813-1839)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La renommée de Marie d'Orléans sculpteur a sans doute souffert d'une parenté glorieuse. Marie-Christine-Caroline-Adélaïde-Françoise-Léopoldine d'Orléans, fille de Louis-Philippe et de Marie-Amélie, née à Palerme en 1813, épousa en 1837 le duc Alexandre de Wurtemberg, général au service de la Russie comme l'avait été son père et dont la mère était Saxe-Saalfeld-Cobourg, et mourut deux ans plus tard à Pise, laissant un fils en bas âge. L'histoire des cours n'a rien retenu d'autre. Or Marie d'Orléans laisse une œuvre, restreinte, mais passionnante pour l'évolution de la sculpture romantique. Elle compte parmi les femmes pionnières dans l'histoire de la sculpture, comme Félicie de Fauveau, farouche légitimiste, ou, à la fin du siècle et dans un autre style, Camille Claudel.

Les enfants de Louis-Philippe ont été élevés dans le goût des arts et parmi les collections de leur père, notamment la célèbre galerie espagnole du Palais-Royal : l'héritier, Ferdinand, est ami de nombreux peintres, notamment Ary Scheffer ; François, prince de Joinville, pratique l'aquarelle et le duc d'Aumale collectionne les trésors qu'il installera plus tard à Chantilly avant de les léguer à l'Institut de France.

C'est précisément sous la direction d'Ary Scheffer que Marie apprend le dessin dès l'âge de douze ans. Le peintre, à qui les convenances ne permettent pas de faire travailler la petite altesse royale devant le modèle vivant, en vient à lui conseiller le modelage, pour lequel elle se passionne. Fier des succès de son élève, Ary Sheffer fit le portrait de Marie d'Orléans dans son atelier (Museum of Art, Cleveland), où elle pose dans une robe très simple, le ciseau à la main. Ses premières œuvres illustrent l'Ahasvérus d'Edgar Quinet, inspiré par la légende du juif errant (Ahasvérus retrouve Rachel au milieu du chœur des femmes ressuscitées, musée de Brou, Bourg-en-Bresse). Ses œuvres historiques connaissent un grand succès, en partie politique, qui [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, ancien élève de l'École normale supérieure, maître de conférences à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Autres références

«  ORLÉANS MARIE D' (1813-1839)  » est également traité dans :

MARIE D'ORLÉANS, 1813-1939, PRINCESSE ET ARTISTE ROMANTIQUE (exposition)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 1 086 mots

L'exposition monographique consacrée à Marie d'Orléans, 1813-1839, princesse et artiste romantique, présentée conjointement au musée du Louvre à Paris (18 avril-21 juillet 2008) et au musée Condé à Chantilly (9 avril-21 juillet 2008), ne cherchait pas seulement à ajouter à notre connaissance de la nombreuse famille du roi-citoyen […] Lire la suite

Les derniers événements

11-27 mars 2001 France. Des élections municipales aux résultats mitigés

Orléans, Rouen, Blois, Quimper, Nîmes, Châteauroux, Lisieux, Épinay-sur-Seine, Colombes, Argenteuil, Drancy...; l'extrême droite ne contrôle plus que trois villes, perdant Toulon. Quatre autres ministres sont battus: Élisabeth Guigou à Avignon, Jack Lang à Blois, Pierre Moscovici à Montbéliard et Alain Richard à la cantonale de Cergy-Nord (Val-d'Oise […] Lire la suite

2-27 février 1981 France. Nomination de Mgr Lustiger comme archevêque de Paris

Jean-Marie Lustiger, évêque d'Orléans depuis novembre 1979, au siège de Paris, laissé vacant par le départ du cardinal François Marty. Cette nomination met fin à plus de deux ans d'attente : le cardinal Marty ayant atteint la limite d'âge avait proposé sa démission en 1978. La personnalité et l'itinéraire du nouvel archevêque suscitent l'intérêt :  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Adrien GOETZ, « ORLÉANS MARIE D' - (1813-1839) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/marie-d-orleans/