FAUVEAU FÉLICIE DE (1801-1886)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Longtemps oubliée, le sculpteur Félicie de Fauveau mérite de retrouver aujourd'hui, dans le courant de réhabilitation de la sculpture française du xixe siècle, la place que ses œuvres, profondément marquées par l'historicisme de l'époque romantique, lui avaient donnée aux yeux de ses contemporains. Première femme sculpteur qui ait vraiment marqué le siècle, elle avait su aussi, par son anticonformisme, ses prises de position politiques, son long exil italien, se créer une légende digne des héroïnes du passé dont elle voulait illustrer l'histoire.

Née à Florence dans une famille de la noblesse de robe financière, ouverte aux idées nouvelles avant la Révolution, Félicie de Fauveau, par un renversement assez fréquent en ce temps, se rallia dès ses jeunes années au monarchisme le plus strict et revendiqua l'héritage glorieux des chevaliers croisés. La ruine de sa famille lui permit de s'affranchir des convenances, de ne pas se marier et de choisir la condition d'artiste. Elle apprit le dessin avec Hersent et, par goût de la difficulté, se consacra à la sculpture. Appartenant à cette génération qui, fascinée par le Moyen Âge, avait découvert la statuaire dans les salles du musée des Monuments français où Alexandre Lenoir avait réuni les œuvres sauvées du vandalisme de la Terreur, elle avait à parts égales une passion d'« antiquaire », de collectionneur, et la volonté de ressusciter dans son œuvre l'époque médiévale qui, pour des raisons politiques et religieuses, constituait son idéal. C'est l'époque où François-Xavier Rio, historien de la peinture, réhabilite « l'art chrétien », où Augustin Thierry rêve parmi les tombeaux des rois en récitant des pages de Chateaubriand. Au Salon de 1827, elle expose, pour la première fois : Christine de Suède refusant de faire grâce à son écuyer Monaldeschi (plâtre au musée de Louviers). Dès 1831, la jeune revue L'Artiste, qui regroupe les romantiques et se montre à l'affût des talents, la resitue dans le groupe de créateurs qui est désormais le sien : « Mlle de Fauveau, M. Henri de Triqueti [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, ancien élève de l'École normale supérieure, maître de conférences à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Autres références

«  FAUVEAU FÉLICIE DE (1801-1886)  » est également traité dans :

TROUBADOUR STYLE

  • Écrit par 
  • Marie-Claude CHAUDONNERET
  •  • 1 386 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une sculpture troubadour ? »  : […] L'équivalent sculpté de la peinture « troubadour » semble quasi inexistant. Une exception cependant : Clémence de Sermézy, élève de Chinard, et amie de Révoil et de Richard. Dans de petits groupes en terre cuite, Clémence de Sermézy transposa en sculpture, dans les années 1814-1828, la scène de genre et choisit des sujets illustrant un Moyen Âge onirique qu'elle découvrit notamment dans les romans […] Lire la suite

Pour citer l’article

Adrien GOETZ, « FAUVEAU FÉLICIE DE - (1801-1886) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/felicie-de-fauveau/