ERIKA MARÉE NOIRE DE L' (déc. 1999)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le 12 décembre 1999, vers 6 heures, le Centre régional opérationnel de surveillance et de secours (CROSS) reçoit un appel de détresse de l'Erika. Ce pétrolier de moyen tonnage, alors à une trentaine de milles (50 km) de la pointe de Penmarc'h (Finistère), demande l'évacuation de ses vingt-six hommes d'équipage. Parti trois jours plus tôt de Dunkerque à destination de Livourne (Italie), il comporte quatorze cuves remplies de 31 000 tonnes de fioul lourd, appelé fioul no 2. Un nouveau message annonce une fissure énorme sur la coque et une forte gîte tribord. La veille, en début d'après-midi, dans des conditions météorologiques déjà très mauvaises, l'Erika avait fait état de difficultés (forte gîte), avant de déclarer la situation sous contrôle et de choisir Donges (Loire-Atlantique) comme port refuge.

Les opérations aéronavales de secours seront très délicates, en raison des rafales de vent et de l'état de la mer. L'équipage s'est réfugié près du château arrière et sur une chaloupe. L'hélitreuillage, avec l'unique Super Frelon de la Marine nationale, relayé par un Lynx, commence vers 8 heures et durera près de trois heures. À 8 h 9, le pétrolier commence à se briser en deux, la partie avant se dresse vers le ciel. Un tiers de la cargaison se déverse dans l'océan ; le reste se répartit dans les deux tronçons, qui continuent de flotter. Le puissant remorqueur Abeille Flandre s'efforce de contrôler la partie arrière qui dérive vers Belle-Île, cherchant à l'éloigner des côtes. L'avant coulera dans la nuit et l'arrière, le lendemain. Séparées d'une dizaine de milles, la poupe et la proue de l'Erika reposent par 120 mètres de fond au large de Belle-Île, avec 20 000 tonnes de fioul dans les soutes, dont une partie s'écoule en mer durant le naufrage.

Vingt et un ans après le naufrage de l'Amoco Cadiz (1978), l'incompréhension et le doute replongent la France dans le désarroi. Très vite, alimentées par des incohérences de communication, se développent des zones d'ombre portant sur tous les aspects : nature de la cargaison, état du bâtiment, responsabilités des intervenants, déroulement précis du drame dont des versions contradictoires seront fournies, etc. La multiplication et l'internationalisation des acteurs principaux constituent une première complication : affréteur français (TotalFina), qui décline toute responsabilité, pavillon maltais « de complaisance », armateur italien bien difficile à retrouver, société de classification également italienne, équipage et capitaine indiens... Apparaissent ensuite des dysfonctionnements dans la gestion de la crise par les autorités françaises. C'est ce que révèle, par exemple, un rapport rendu public le 28 mars 2000 par le Conseil économique et social. Le Cedre, l'organisme d'étude, de documentation et de recherche en matière de marées noires, déclare d'abord que le fioul libéré ne peut pas venir polluer les côtes ; le modèle de déplacement des nappes de Météo France, habituellement performant, donne des résultats imprécis, le fioul n'étant pas toujours visible en surface ; enfin, le plan Polmar Terre est apparu peu opérationnel, faute d'une coordination générale des moyens, éparpillés entre différentes administrations et organismes.

Malgré les barrages flottants et les opérations de pompage, peu efficaces, les premières nappes, souvent très fragmentées, atteignent les côtes à Noël, touchant 100 kilomètres du littoral de la Loire-Atlantique. Puis, inexorablement, la pollution s'étendra au Morbihan et à la Vendée. Le bilan est lourd. D'un point de vue écologique, sur environ 32 000 oiseaux mazoutés recueillis vivants, seuls 6 p. 100 environ ont pu être relâchés, le taux de survie restant inconnu. On estime à 150 000 au moins le nombre total d'oiseaux morts. D'un point de vue économique, et bien que la plus grande partie des zones de pêche et d'élevage de coquillages aient été épargnées, le recul des consommateurs ne s'est pas fait attendre. Touchées deux semaines plus tard par les tempêtes de décembre 1999, beaucoup de petites entreprises se sont retrouvées en situation très grave. De même, la répercussion de la pollution sur le tourisme estival s'est avérée importante.

Enfin, le fioul encore contenu dans les cuves de l'Erika constituait une véritable bombe écologique en puissance. Un consortium formé par les groupes Coflexip, Stena, Comex et Stolt Offshore a été chargé par Total de le pomper, au prix de moyens très lourds et d'un coût élevé (900 millions d'euros). Ces opérations se sont achevées, pour l'essentiel, au cours de l'été 2000. Au total, plus de 11 200 tonnes de fioul lourd ont été récupérées dans l'épave : 10 080 lors du pompage principal et 1 165 lors du pompage de finition. Les 260 000 tonnes de déchets recueillis contenaient environ 19 000 tonnes de fioul.

Le 16 janvier 2008, le tribunal correctionnel de Paris condamnait solidairement, en première instance, Total SA (pour « faute d'imprudence »), le Rina (Registro italiano navale), qui avait fourni les certificats de navigation de l'Erika, le propriétaire du navire et son gestionnaire à 192 millions d'euros de réparation. Ce jugement innove en reconnaissant l'existence d'un préjudice d'« atteinte à l'environnement » dont peuvent demander réparation certaines collectivités territoriales (les départements, mais pas les régions ni les communes) ainsi que les associations de défense de l'environnement.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : docteur en sciences de la Terre, concepteur de la collection La Science au présent à la demande et sous la direction d'Encyclopædia Universalis, rédacteur en chef de 1997 à 2015

Classification

Autres références

«  ERIKA MARÉE NOIRE DE L' (déc. 1999)  » est également traité dans :

ALTERMONDIALISME

  • Écrit par 
  • Christophe AGUITON, 
  • Isabelle SOMMIER
  •  • 5 468 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Contre la mondialisation libérale »  : […] La notion de « mondialisation » telle qu'elle est ici entendue renvoie aux formes actuelles du capitalisme, en y incluant ses aspects politiques, tant sont liées les mutations du capitalisme, l'ouverture des marchés, la position hégémonique acquise par la puissance américaine et le rôle des institutions internationales, – O.M.C., F.M.I. ou Banque mondiale –, qui en sont les vecteurs. Les mouvemen […] Lire la suite

ÉVALUATION ET QUANTIFICATION DES RISQUES SANITAIRES

  • Écrit par 
  • William DAB
  •  • 4 264 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L’évaluation quantitative des risques »  : […] Pour gérer un risque sanitaire, sa quantification est une condition sinon nécessaire, du moins importante. Faute de quantification, la décision est binaire : on interdit ou on autorise. Dès qu’un risque est quantifié, même approximativement, sa gestion s’en trouve facilitée, en particulier parce que cela permet un raisonnement de type risque/bénéfice appliqué à différents scénarios jugés pertinent […] Lire la suite

MARÉES NOIRES

  • Écrit par 
  • Lucien LAUBIER
  •  • 7 600 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le « paquet Erika 1 » de l'Union européenne »  : […] La Commission européenne s'est intéressée à la sécurité maritime des pétroliers à la suite du naufrage de l' Erika , en décembre 1999, et d'une demande du Parlement européen. Elle a présenté, le 21 mars 2000, le « paquet Erika 1 », soit trois propositions visant à renforcer la prévention des accidents et à améliorer la protection de l'environnement marin. Ces propositions, amendées par le Parlemen […] Lire la suite

PÉTROLE - Le transport

  • Écrit par 
  • Pierre HOUSSIN, 
  • Georges WESSELS
  •  • 6 969 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre «  Évolution de la réglementation internationale »  : […] La sauvegarde de la vie humaine en mer, la sécurité sous tous ses aspects et la protection contre la pollution de la mer et des côtes par les hydrocarbures font l'objet de conventions internationales élaborées sous l'égide de l' O.M.I. Les pollutions très importantes qui se sont produites, telles que celles dont furent responsables le Torrey-Canyon (1967), l' Amoco-Cadiz (1978) , l' Exxon-Valdez […] Lire la suite

POLLUTION

  • Écrit par 
  • François RAMADE
  •  • 20 855 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Les rejets d'hydrocarbures »  : […] Le pétrole répandu en mer constitue une pollution encore plus préoccupante à l'échelle globale. Plus du tiers des quelque 3,8 milliards de tonnes de pétrole extraites annuellement emprunte les grandes voies maritimes sous forme brute ou raffinée. En outre, une proportion importante de la production pétrolière mondiale est extraite de gisements offshore . En conséquence, les accidents survenus pen […] Lire la suite

Les derniers événements

25 septembre 2012 France. Arrêt de la Cour de cassation dans l'affaire de l'« Erika »

Erika au large des côtes bretonnes en décembre 1999. Le préjudice écologique de marée noire est avalisé, et la responsabilité pénale de l'affréteur Total, de l'armateur, du gestionnaire et de l'organisme de certification est reconnue – Total doit payer une amende de 375 000 euros. La Cour y ajoute la responsabilité civile. Elle rejette l'argument de […] Lire la suite

1er-14 décembre 2002 Espagne. Conséquences de la marée noire du « Prestige »

marée noire causée par le naufrage du pétrolier le Prestige, en novembre, ainsi que pour protester contre l'inorganisation des secours et le manque d'informations. Le 2, le roi Juan Carlos se rend en Galice. Le 3, la Commission européenne demande que les États membres accélèrent la mise en œuvre des mesures de sécurité maritime adoptées à la suite  […] Lire la suite

13-26 novembre 2002 Espagne. Marée noire après le naufrage du « Prestige »

Le 13, l'équipage du pétrolier le Prestige, en difficulté au large de la Galice, est évacué, tandis que des remorqueurs tentent d'éloigner le navire des côtes. Battant pavillon des Bahamas et affrété par une société russe, le navire est la propriété d'un armateur grec. Il transporte 77 000 tonnes de fioul lourd de Lettonie vers l'Asie via Gibraltar […] Lire la suite

12-24 décembre 1999 France. Pollution des côtes atlantiques à la suite du naufrage du pétrolier « Erika »

Le 12, le pétrolier Erika appartenant à un armateur italien, battant pavillon maltais et affrété par la compagnie française TotalFina, qui transportait 28 000 tonnes de fioul lourd de Dunkerque à Milazzo, en Italie, fait naufrage à 40 milles au sud de la pointe de Penmarch (Finistère). Les conditions météorologiques et la nature visqueuse du fioul […] Lire la suite

Pour citer l’article

Yves GAUTIER, « ERIKA MARÉE NOIRE DE L' (déc. 1999) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/maree-noire-de-l-erika/