SINGH MANMOHAN (1932- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Économiste, homme politique et Premier ministre de l'Inde de 2004 à 2014.

Né le 26 septembre 1932 à Gah, dans le Pendjab occidental (aujourd'hui au Pakistan), le sikh Manmohan Singh fait ses études à l'université du Pendjab puis à Cambridge, au Royaume-Uni. Il obtient un doctorat en économie à l'université d'Oxford.

Dans les années 1970, il est nommé à plusieurs postes de conseiller en économie au sein du gouvernement indien et devient l'un des consultants attitrés des Premiers ministres.

Manmohan Singh travaille également à la Banque centrale indienne, en tant que directeur (de 1976 à 1980), puis comme gouverneur (de 1982 à 1985).

Lorsqu'il est nommé ministre des Finances, en 1991, le pays est au bord de la faillite. Manmohan Singh procède à la dévaluation de la roupie, à la réduction des impôts, à la privatisation des industries gérées par l'État et encourage les investissements étrangers : ces réformes changent radicalement l'économie du pays et permettent un véritable boom économique.

Membre du Parti du Congrès, il est élu, en 1991, à la Chambre haute du Parlement. Il est ministre des Finances jusqu'en 1996 et se présente trois ans plus tard à la députation, en vain. En mai 2004, le Parti du Congrès remporte les élections législatives, mettant en minorité le Bharatiya Janata Party (B.J.P.), le parti nationaliste hindou de la coalition sortante. Sonia Gandhi (veuve de l'ancien Premier ministre Rajiv Gandhi), leader du Parti du Congrès, renonce au poste de Premier ministre au profit de Manmohan Singh. Il est le premier homme politique non hindou à exercer cette charge. Il se donne pour objectifs d'améliorer les conditions de vie des plus pauvres – qui n'ont pas bénéficié de la croissance économique du pays –, de consolider la paix avec le Pakistan voisin et de rapprocher les diverses communautés religieuses présentes en Inde.

Le mandat de Manmohan Singh se déroule sur fond de boom économique, mais la hausse du prix du carburant génère une forte inflation qui entrave l'action du gouvernement en faveur des plus pauvres. Afin de répondre aux besoins énergétiques grandissants de l'Inde, Manmohan Singh lance en 2005 des négociations avec le président américain, George W. Bush, en vue de nouer un pacte de coopération nucléaire. Un tel accord permettrait à l'Inde d'acheter du combustible sur le marché mondial et d'obtenir la technologie nécessaire à son retraitement dans ses centrales. À l'étranger, ce projet de collaboration suscite l'opposition de ceux qui se sont indignés du refus de l'Inde de signer le traité de non-prolifération ; dans le pays même, le Premier ministre est critiqué pour ce rapprochement potentiel, trop important, avec les États-Unis, qui, selon ses détracteurs, pourraient en profiter pour accroître la pression sur le gouvernement indien. En 2008, les avancées réalisées dans la coopération nucléaire indo-américaine amènent les membres de la majorité parlementaire – en particulier les partis communistes – à dénoncer le gouvernement de Manmohan Singh et, finalement, à déposer une motion de censure devant le Parlement à la fin du mois de juillet. Le gouvernement obtient la confiance de justesse, mais le scrutin est entaché par des allégations – émanant des deux bords – de corruption ainsi que par l'achat de voix. Lors des élections législatives d'avril-mai 2009, le Parti du Congrès renforce sa représentation, et Manmohan Singh est confirmé dans ses fonctions de Premier ministre. Le ralentissement de la croissance économique et des allégations de corruption à l’encontre de responsables du Parti du Congrès viennent compromettre le second mandat de M. Singh et entraînent une érosion de la popularité du parti. Au début de 2014, Manmohan Singh annonce qu'il ne briguera pas un troisième mandat en tant que Premier ministre lors des élections du printemps. Il quitte ses fonctions le 26 mai, date à laquelle Narendra Modi (B.J.P.) le remplace.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Classification

Autres références

«  SINGH MANMOHAN (1932- )  » est également traité dans :

INDE (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Christophe JAFFRELOT, 
  • Jacques POUCHEPADASS
  • , Universalis
  •  • 22 901 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Le retour du Congrès, et des Gandhi »  : […] En 2004, le retour du Congrès ne s'explique pas seulement par l'impopularité du BJP, qui n'est que relative. Le fait que Sonia Gandhi, la veuve de Rajiv, ait accepté la présidence du parti après les désastres électoraux à répétition des années 1990 et qu'elle se soit beaucoup impliquée dans la campagne a joué un grand rôle, tout comme sa décision de fonctionner en coalition, de présenter le Con […] Lire la suite

INDE (Le territoire et les hommes) - L'économie contemporaine

  • Écrit par 
  • Gilbert ÉTIENNE, 
  • Joël RUET
  •  • 11 951 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Les réformes de 1991 »  : […] Mais ces premières réformes ont permis à l'industrie de commencer à renouveler ses équipements vétustes. Les accords de transfert de technologie se font plus nombreux. Dans le cas exemplaire de l'automobile, l'accord pionnier entre Maruti et Suzuki, qui renouvellera un secteur qui se fondait sur des modèles de voiture des années 1950, ouvre la voie à tous les grands mondiaux dans les années 1990, […] Lire la suite

INDE - Les institutions

  • Écrit par 
  • Samuel BERTHET
  •  • 4 387 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le Premier ministre »  : […] Le pouvoir exécutif est exercé par le gouvernement central, avec à sa tête le Premier ministre ( Prime M inister ). Membre du Parlement, le chef du gouvernement est désigné par le parti qui remporte la majorité aux élections parlementaires ou qui réussit à réunir autour de lui une coalition disposant de la majorité des 545 sièges du Lok Sabha (Assemblée du peuple). Il soumet alors sa nomination au […] Lire la suite

Les derniers événements

4-7 décembre 2010 France – Inde. Visite du président Nicolas Sarkozy en Inde

Manmohan Singh signent un accord-cadre relatif à la livraison à l'Inde de deux réacteurs nucléaires de type E.P.R. pour un montant d'environ 7 milliards d'euros. Paris revendique la conclusion de contrats civils et militaires pour quelque 15 milliards d'euros au total.  […] Lire la suite

26-29 novembre 2008 Inde. Attaque terroriste meurtrière à Bombay

Manmohan Singh. L'initiative sera toutefois torpillée par les dirigeants de l'armée pakistanaise. Le 29, la police annonce la fin des opérations contre les terroristes islamistes. Le bilan des attaques s'établit à au moins 172 morts, dont au moins 29 étrangers et 9 des 10 assaillants.  […] Lire la suite

25-26 janvier 2008 France – Inde. Visite officielle du président Nicolas Sarkozy en Inde

Manmohan Singh le renforcement de la coopération franco-indienne dans les domaines de la lutte contre le terrorisme, notamment islamiste, et du nucléaire civil. Il déclare qu'il défendra l'élargissement du G8 à l'Inde ainsi que l'octroi à New Delhi d'un siège permanent au Conseil de sécurité de l'O.N.U.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

« SINGH MANMOHAN (1932- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/manmohan-singh/