MANCHOT

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Oiseau marin inapte au vol, aux ailes transformées en nageoires, vivant dans les eaux froides de l'hémisphère Sud. Classe : Oiseaux ; ordre : Sphénisciformes ; famille : Sphéniscidés.

En raison de leur nom anglais « penguin » et d'adaptations convergentes, les manchots sont souvent confondus avec les pingouins, ces derniers vivant quant à eux dans l'hémisphère Nord. Les dix-huit espèces de manchots possèdent un plumage généralement noir sur le dos et blanc sur la partie ventrale, avec différentes marques ou plumes colorées permettant de différencier les espèces. Incapables de voler, elles sont toutes adaptées à la nage et au plongeon en eaux froides. Leur corps fuselé est protégé du froid par une épaisse couche de graisse et trois couches de petites plumes. Leurs ailes, plates et étroites, sont transformées en nageoires et mues par une musculature pectorale très développée. Leurs pattes palmées, situées en arrière du corps, et leur queue, courte et rigide, servent de gouvernail. Leurs yeux sont adaptés à la vue sous-marine. La forme de leur bec, composé de plaques cornées, diffère selon le régime alimentaire : il est long et fin chez les piscivores, court et large chez les planctonivores. Leur système sanguin, complexe au niveau des membres, permet au sang veineux d'être réchauffé par le sang artériel.

La taille et le poids des manchots varient de 30 centimètres et 1 kilogramme pour le manchot pygmée (Eudyptula minor) à 1,15 mètre et 40 kilogrammes pour le manchot empereur (Aptenodytes forsteri).

Manchots empereurs

Photographie : Manchots empereurs

Animaux emblématiques de l'Antarctique, les manchots empereurs (Aptenodytes forsteri) montrent d'étonnantes aptitudes au climat rude de ce continent: rassemblement en groupes denses (la «tortue») pour se protéger du vent et du froid, cohésion sociale et «familiale» pour assurer la... 

Crédits : K. Pierre/ IPEV

Afficher

Les manchots ne se rencontrent que dans l'hémisphère Sud : Antarctique, Nouvelle-Zélande, sud de l'Afrique et de l'Amérique. Leur présence dans des régions chaudes est toujours liée aux courants froids. Ils ne viennent à terre que pour muer et se reproduire. Ils nichent le plus souvent sur les côtes et les îles offrant un accès facile à la mer où ils trouvent leur nourriture (poissons, plancton, crustacés, céphalopodes).

Sur terre, les manchots se déplacent à petits pas ou en se laissant glisser sur la glace. En mer, ils utilisent trois sortes de nage : la nage de « surface » quand ils se reposent ou se nettoient, le « vol » sous l'eau lorsqu'ils chassent (le manchot empereur descend jusqu'à 265 mètres et peut rester immergé 18 minutes) et une nage rappelant celle des marsouins avec des sauts hors de l'eau à intervalles réguliers.

Tous les manchots, à l'exception du manchot empereur et du manchot royal (Aptenodytes patagonicus), se reproduisent au printemps ou en été. Étant monogames, les couples se retrouvent d'une année sur l'autre et forment des colonies pouvant regrouper plusieurs milliers d'individus. Les nids sont construits sur un lit de végétaux ou dans un terrier. Deux œufs sont pondus mais, généralement, un seul poussin est élevé. Pendant qu'un des parents part en mer pour se nourrir, l'autre couve sans s'alimenter. Selon l'espèce, l'incubation dure de 33 à 62 jours. Le manchot royal a un cycle reproducteur plus complexe qui s'étend sur seize mois, ce qui fait qu'il ne se reproduit qu'environ deux fois tous les trois ans. Quant au manchot empereur, il se reproduit durant l'hiver antarctique et loin de la mer. Il doit supporter des températures très basses (de l'ordre de – 40 0C à – 50 0C) et des vents très violents. En se regroupant de façon très serrée pour former une « tortue », les manchots empereurs créent un microclimat qui les protègent des vents glaciaux ; les plus jeunes restent au centre et les plus âgés tournent pour être tour à tour abrités. Lorsque la femelle est en mer, le mâle est chargé de l'incubation (deux mois) de l'unique œuf posé sur ses pattes et protégé par un repli de peau abdominale. Durant cette période, il ne s'alimente pas et vit sur ses réserves de graisse. Si l'éclosion a lieu avant le retour de la femelle, le mâle nourrit son petit d'une sécrétion œsophagienne. Les éclosions au sein de la colonie sont simultanées. Les petits, qui naissent avec un épais duvet, se regroupent, bien serrés les uns contre les autres, lorsque les parents partent à la recherche de nourriture ; à leur retour, ils se reconnaissent par les cris. À la fin de l'hiver austral, leur croissance achevée, les petits muent et partent en mer. Parmi les espèces antarctiques, seuls les manchots papous (Pygoscelis papua) continuent de prendre soin des jeunes en mer pendant quelques jours.

Manchots royaux

Photographie : Manchots royaux

Les manchots royaux (Aptenodytes patagonicus) sont des oiseaux marins adaptés à la vie aquatique et peuplant les îles subantarctiques. 

Crédits : Martin Zwick/ REDA&CO/ Universal Images Group/ Getty Images

Afficher

La récolte du guano, les collectes d'œufs, l'utilisation [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Médias de l’article

Manchots empereurs

Manchots empereurs
Crédits : K. Pierre/ IPEV

photographie

Manchots royaux

Manchots royaux
Crédits : Martin Zwick/ REDA&CO/ Universal Images Group/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : chargée de la valorisation scientifique du département des jardins botaniques et zoologiques du Muséum national d'histoire naturelle

Classification

Autres références

«  MANCHOT  » est également traité dans :

ANTARCTIQUE

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE, 
  • Edmond JOUVE, 
  • Jean JOUZEL, 
  • Gérard JUGIE, 
  • Claude LORIUS
  •  • 16 439 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « Faune et flore »  : […] La rigueur extrême du climat, tout comme l'existence de la vaste coupole de glace entravent sérieusement le développement de la vie sur le continent. En revanche, la mer, qui ne connaît pas de températures aussi basses, est un milieu beaucoup plus favorable : la vie, en Antarctique, se concentre dans les zones maritimes. L'origine de toute la chaîne alimentaire aquatique est dans le plancton, ens […] Lire la suite

POLAIRES MILIEUX

  • Écrit par 
  • Roger COQUE, 
  • François DURAND-DASTÈS, 
  • Yvon LE MAHO
  •  • 8 301 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les écosystèmes marins, moteur de l'évolution »  : […] Le fait que les eaux polaires renferment de grandes quantités de nourriture explique pourquoi mammifères et oiseaux marins ont colonisé des régions aux contraintes environnementales parfois extrêmes. Ainsi, le grand cormoran Phalacrocorax carbo , un oiseau d'origine africaine devenu cosmopolite en environ 60 millions d'années, est capable d'hiverner au Groenland malgré une morphologie de toute évi […] Lire la suite

Pour citer l’article

Emmanuelle GOIX, « MANCHOT », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/manchot/