MANAUS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ville du nord-est du Brésil, capitale de l'État d'Amazonas, Manaus (anciennement Manáos) est située sur le rio Negro, affluent principal de l'Amazone, près de son confluent avec cet immense fleuve. Elle se trouve à près de 1 450 kilomètres de l'Atlantique, au milieu d'une très vaste zone qui, sur plus de 4 millions de kilomètres carrés, était couverte par la forêt pluviale d'Amazonie avant les déforestations extensives entreprises depuis les années 1970. À l'origine, elle n'est qu'un fort portugais, édifié dès la fin du xviie siècle pour assurer la protection de la navigation sur le fleuve Amazone. Mais la ville est restée très longtemps un centre modeste, parce que sans activités économiques. L'ancienne Manáos ne comptait encore que 29 000 habitants en 1872. C'est à partir de 1890 et jusqu'en 1911 que la ville connaît une phase d'essor extrêmement rapide, grâce à une nouvelle activité de sa région, la cueillette du caoutchouc sauvage dans la forêt amazonienne. À ce moment s'édifient de très grandes fortunes, et Manaus se développe de façon spectaculaire ; développement symbolisé, par exemple, par la construction d'un opéra, réplique, en plus petit, de l'Opéra de Paris (cet opéra a été restauré dans les années 1990). Mais, très vite, cette activité de cueillette du caoutchouc s'effondre, avec la concurrence victorieuse des plantations d'hévéas de Malaisie et celles d'autres régions. Manaus perd alors sa fonction principale et connaît une phase de stagnation qui dure jusqu'à ce que d'autres activités extractives, jointes à un début de mise en valeur agricole de sa zone d'influence, lui redonnent une fonction de centre commercial qui s'ajoute à sa fonction, traditionnelle, de capitale d'État, avec les administrations correspondantes. Manaus est également une ville universitaire.

Brésil : carte administrative

Carte : Brésil : carte administrative

Carte administrative du Brésil. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Opéra de Manaus, Brésil

Photographie : Opéra de Manaus, Brésil

Un opéra au cœur de la jungle amazonienne. À Manaus, le Teatro Amazonas, construit en 1896, est le symbole de l'âge d'or du caoutchouc. 

Crédits : Flavio Varricchio/ Brazil Photos/ LightRocket/ Getty Images

Afficher

En 2007, la population de Manaus est estimée à 1,64 million d'habitants. Son économie ne repose plus seulement sur ses fonctions commerciales et bancaires, mais surtout sur une activité industrielle intense (encouragée par la création d'une zone franche, en 1967) de transformation du bois, de produits alimentaires fournis par les nouvelles zones agricoles gagnées sur la forêt. Il s'y ajoute une raffinerie de pétrole, des industries mécaniques, électroniques, pétrochimiques, textiles, de construction navale. Par ailleurs, Manaus, qui ne fut longtemps reliée au reste du monde que par l'avion ou la navigation fluviale (son port est accessible aux navires de haute mer), a connu un essor spectaculaire après l'achèvement de la route transamazonienne. La ville possède un aéroport international. Le tourisme s'est, par voie de conséquence, accru. La ville, construite sur le bord du fleuve, a été pendant longtemps caractérisée par un quartier flottant de maisons qui n'étaient, en fait, que des barques ; mais l'urbanisation l'a fait disparaître. L'ensemble urbain de Manaus a grandi d'abord en fonction d'un plan élaboré au moment de l'essor spectaculaire de la fin du xixe siècle, puis s'est étendu de façon plus ou moins anarchique après les déforestations de la fin du xxe siècle.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Médias de l’article

Brésil : carte administrative

Brésil : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Opéra de Manaus, Brésil

Opéra de Manaus, Brésil
Crédits : Flavio Varricchio/ Brazil Photos/ LightRocket/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  MANAUS  » est également traité dans :

AMAZONE, fleuve

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE
  •  • 2 327 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Rôle économique »  : […] L'Amazone et ses affluents ouvrent, à travers l'impénétrable forêt équatoriale, d'admirables voies de communication. La profondeur et la lenteur des eaux, la pondération de leur débit font de ce réseau le plus navigable du monde. D'une manière paradoxale, l'exploitation en est plus aisée dans la partie intérieure du bassin qu'à l'aval. Les grands affluents du cours inférieur, le Tocantins, le Xing […] Lire la suite

BRÉSIL - Géographie

  • Écrit par 
  • Martine DROULERS
  •  • 9 981 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La vallée centrale de l'Amazone »  : […] La grande vallée du fleuve Amazone se caractérise par une population traditionnelle de riverains (pêcheurs et agriculteurs) et un chapelet de villes, Parintins, Santarém, Gurupá, relié par un trafic fluvial non négligeable. La plus grande voie navigable relie l'agglomération de Belém, qui commande l'embouchure, à la ville intérieure de Manaus. Les transatlantiques, en toute saison, remontent l […] Lire la suite

ÉLASTOMÈRES ou CAOUTCHOUCS

  • Écrit par 
  • Christian HUETZ DE LEMPS, 
  • Françoise KATZANEVAS
  •  • 7 914 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « De l'objet de curiosité à la matière première de l'industrie »  : […] Le caoutchouc naturel est fourni surtout par des plantes d'origine américaine. Cortés lui-même avait été séduit par les balles rebondissantes avec lesquelles jouaient les Aztèques. Ceux-ci utilisaient en fait le latex d'un arbuste, Castilloa elastica , que les Espagnols utilisèrent pour imperméabiliser vêtements et chaussures. La première observation scientifique du caoutchouc est due à Charles […] Lire la suite

GUYANES BOUCLIER DES

  • Écrit par 
  • Emmanuel LÉZY
  •  • 5 375 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La Guyane économique « utile » »  : […] Outre l'agriculture de plantation, les activités économiques de la région concernent l'extraction (or, diamants, pétrole, fer, manganèse, bauxite, bois, eau), la propulsion (lancements de fusées à Kourou à partir de 1968) et la distribution. Elles sont concentrées autour des villes principales (Manaus, Macapá, Ciudad Guayana, Ciudad Bolívar, Georgetown, Paramaribo, Cayenne ), anciens comptoirs fo […] Lire la suite

MAYARO FIÈVRE ET VIRUS

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 2 018 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le passage à un cycle urbain ? »  : […] En 2017, la maladie a peu de conséquences mais, du fait de la rareté des cas, la véritable pathogénicité du virus reste mal définie et ne pourrait être connue que si une épidémie étendue intervenait. C’est ce qui s’est passé pour le virus Zika et l’observation de cas de microcéphalie qui n’avaient pas été notés auparavant. La crainte est le passage d’un cycle sylvatique, responsable de petites épi […] Lire la suite

Les derniers événements

2-15 janvier 2017 Brésil. Affrontements meurtriers dans des prisons.

Le 2, dans la prison d’Anísio Jobim à Manaus (Amazonie), des affrontements entre membres de gangs impliqués dans le trafic de cocaïne font cinquante-six morts. La présidente de la Cour suprême Cármen Lúcia dénoncera, le 4, une situation carcérale « grave et qui va exploser » ‒ le taux d’occupation des prisons est de 167 p. 100 ‒, tandis que le président Michel Temer annoncera, le 5, la construction de nouveaux établissements. […] Lire la suite

9-11 juillet 2003 Brésil – Colombie. Échec d'une opération française de libération d'Ingrid Betancourt

Le 11, l'avion français quitte Manaus, une fois confirmée l'annulation du projet de libération d'Ingrid Betancourt. L'affaire ne sera révélée par la presse brésilienne que plusieurs jours plus tard.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michel ROCHEFORT, « MANAUS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/manaus/