MANAGUA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Capitale du Nicaragua, Managua compte plus d'un million d'habitants en 2005 (dont 937 489 hab. pour la municipalité). Elle est située dans une dépression entre les deux grands lacs du pays, à 50 kilomètres de l'océan Pacifique. La ville est bordée, au nord, par le lac Managua (ou Xolotlán), très pollué et peu mis en valeur, et s'étend au sud vers la Sierra de Managua (à 600 m).

Nicaragua : carte administrative

Nicaragua : carte administrative

carte

Carte administrative du Nicaragua. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Ville coloniale peu importante, elle a été élevée au rang de capitale en 1852 pour apaiser les tensions entre les cités rivales de León et de Granada. Outre ses fonctions politiques, Managua est le principal centre commercial, industriel et culturel du pays, et se localise sur l'axe majeur de la route Panaméricaine. Si sa croissance se ralentit depuis les années 1980, la ville reste le pôle de convergence principal des flux de migrants internes et concentre une forte proportion de populations démunies qui peuplent les bidonvilles de l'agglomération.

La grande fragilité de la ville est d'être exposée au risque sismique. Deux tremblements de terre l'ont détruite, en 1931 et en 1972. À la suite de ce dernier, les travaux de reconstruction ont tardé et la gestion corrompue de l'aide internationale reçue a été mise en cause. Le centre de la ville n'a jamais été reconstruit et quelques bâtiments, telle la cathédrale, sont conservés en l'état, comme témoins de la catastrophe. La croissance urbaine s'est effectuée de manière non planifiée et extensive, suivant les axes routiers, selon une forme allongée sur vingt kilomètres le long du lac, de la lagune d'Asososca à l'ouest jusqu'à l'aéroport international Augusto César Sandino à l'est, et vers le sud le long de la route de Masaya. Managua est une métropole originale qui se caractérise par la juxtaposition d'espaces urbains, séparés les uns des autres par de vastes terrains vagues arborés.

—  Lucile MÉDINA-NICOLAS

Écrit par :

Classification


Autres références

«  MANAGUA  » est également traité dans :

CARAÏBES - L'aire des Caraïbes

  • Écrit par 
  • Christian GIRAULT
  •  • 4 982 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Le climat et les risques naturels »  : […] Le bassin des Caraïbes est situé dans le domaine tropical, caractérisé par des moyennes de température élevées, qui présentent un écart faible entre le jour et la nuit et entre les saisons et une pluviosité répartie entre une saison humide et une saison sèche. Certaines régions, placées « sous le vent » par rapport aux alizés (vents dominants qui viennent de l'est dans les Antilles), souffrent de […] Lire la suite

NICARAGUA

  • Écrit par 
  • Marie-Chantal BARRE, 
  • David GARIBAY, 
  • Lucile MÉDINA-NICOLAS, 
  • Alain VIEILLARD-BARON
  •  • 8 794 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « La période somoziste  »  : […] Placé à la tête de la Garde nationale par les États-Unis, Anastasio « Tacho » Somoza va transformer cette troupe apolitique de supplétifs en véritable milice à son service. Dans le contexte de la crise économique mondiale des années 1930, il est élu président, en 1937, face au président sortant, le libéral Juan Bautista Sacasa. Il instaure un régime d'ordre qui repose sur la Garde nationale et qu […] Lire la suite

Les derniers événements

16-20 mars 2019 • Nicaragua • Suspension des négociations entre l’opposition et le pouvoir.

Le 16, à Managua, la police réprime une manifestation en faveur de la libération des prisonniers politiques, arrêtant, avant de les relâcher, cent soixante-quatre personnes parmi lesquelles des figures de l’opposition. Contesté dans la rue depuis avril 2018, le régime du président Daniel Ortega a [...] Lire la suite

17 juillet 2018 • Nicaragua • Assaut contre la ville insurgée de Masaya.

La police et les forces paramilitaires reprennent le contrôle de la ville de Masaya, au sud de Managua, épicentre du mouvement de contestation dirigé contre le président Daniel Ortega qui secoue le pays depuis avril. Masaya était également le bastion de la révolution sandiniste de 1979 menée par Daniel Ortega. La répression de la contestation a fait près de trois cents morts en trois mois.  [...] Lire la suite

18-28 avril 2018 • Nicaragua • Vague de contestation.

Le 18, des manifestations menées par des étudiants, à Managua et dans les grandes villes, dénoncent la réforme des retraites imposée par décret présidentiel, qui prévoit d’augmenter les cotisations salariales et patronales et de réduire les pensions. La contestation continue les jours suivants [...] Lire la suite

19-26 août 1993 • Nicaragua • Menaces sur le pouvoir de Violeta Chamorro.

soldats sandinistes passés dans la clandestinité prêts à déposer les armes. Le 20, des militants sandinistes retiennent en otage, à Managua, le vice-président Virgilio Godoy et une cinquantaine d'autres membres de l'Union nationale de l'opposition (U.N.O.), la coalition qui a porté Violeta Chamorro [...] Lire la suite

9-28 février 1990 • Nicaragua • Défaite de Daniel Ortega à l'élection présidentielle.

de quatorze partis, depuis les communistes jusqu'aux conservateurs, rassemble plus de cent mille personnes dans les rues de Managua pour une manifestation de protestation contre le régime sandiniste. Le 25, Violeta Chamorro, candidate de l'U.N.O., remporte l'élection présidentielle avec 54,7 p. 100 des voix [...] Lire la suite

15 décembre 1989 - 3 janvier 1990 • Panamá - États-Unis • Intervention militaire des États-Unis au Panamá.

Américains avant d'être incarcéré aux États-Unis. À partir du 25, le calme revient à Panamá. De source américaine, le nombre des morts est évalué à deux cent trente civils et trois cent trente-sept militaires, dont vingt-trois G.I. Le 29, les soldats américains pénètrent dans la résidence de l'ambassadeur du Nicaragua pour y chercher des armes. Les autorités sandinistes ripostent en expulsant vingt diplomates américains en poste à Managua.  [...] Lire la suite

3-5 octobre 1989 • Panamá • Échec d'une tentative de coup d'État contre le général Noriega.

Le 3, à Managua, environ deux cents rebelles menés par le commandant Moïses Giraldi s'emparent de la caserne de la Chorillo, quartier général de Manuel Antonio Noriega, et réclament sa destitution ainsi que la tenue de nouvelles élections. Après six heures de combats, les troupes loyalistes [...] Lire la suite

24 mars 1989 • États-Unis - Nicaragua • Reconduction de l'aide humanitaire à la Contra.

militaires aux rebelles nicaraguayens, sera maintenue au rythme de 4,5 millions de dollars par mois jusqu'aux élections nicaraguayennes, prévues en février 1990. Ce compromis s'accompagne d'une sévère mise en garde à l'U.R.S.S., qui est appelée à cesser son aide militaire au régime de Managua.  [...] Lire la suite

1er-30 avril 1988 • Nicaragua • Piétinement des négociations entre sandinistes et Contra après le cessez-le-feu

Le 1er, les combats cessent entre l'armée sandiniste et les forces rebelles de la Contra, conformément à l'accord du 23 mars conclu à Sapoa. Mais deux séries de négociations, du 15 au 18 puis du 28 au 30, à Managua, ne permettent pas de progresser sur les modalités pratiques [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Lucile MÉDINA-NICOLAS, « MANAGUA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/managua/