MOLINA LUIS DE (1536-1600)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Jésuite espagnol, célèbre par la querelle qu'il déclencha à propos de la liberté et de la grâce, Luis Molina, né dans une illustre famille, entra à dix-huit ans dans la Compagnie de Jésus, à Alcalá, où il avait fait ses études ; après son noviciat à Lisbonne, il fut envoyé à Coïmbre (Portugal) pour son scolasticat de philosophie, où il eut peut-être Pedro da Fonseca comme professeur. Puis il enseigna la philosophie à Coïmbre pendant quatre années avant d'étudier, à Évora et à Coïmbre, la théologie. Pendant vingt ans, Molina fut professeur de théologie à Évora ; puis il retourna en Espagne. Il y mourut l'année même où il était appelé à occuper la chaire de théologie morale de Madrid.

Esprit curieux, âpre à la dispute scolatique, Molina aurait mené une vie universitaire sans éclat et ses traités de morale, ainsi que son Commentaire de la Somme théologique (Commentaria in primam partem divi Thomae, 1592), ouvrages estimables, ne lui auraient guère valu de gloire posthume, si sa Concorde du libre arbitre avec les dons de la grâce (Concordia liberi arbitrii cum gratiae donis, 1588) n'avait, dès sa parution, soulevé les objections des théologiens dominicains de Salamanque. Molina se défendit habilement et publia en 1589 un Appendice de quarante-quatre pages (parfois relié avec l'édition originale de la Concordia). Autour de ce livre dont l'auteur publia à Anvers, en 1595, une édition remaniée, s'est développé le conflit sur la grâce et la liberté humaine qui anima les controverses théologiques du xviie siècle, notamment avec les congrégations de auxiliis, réunies pour examiner et discuter les principales thèses du molinisme, que les Jésuites défendirent contre l'école thomiste représentée par les Dominicains.

—  Jean-Robert ARMOGATHE

Écrit par :

Classification


Autres références

«  MOLINA LUIS DE (1536-1600)  » est également traité dans :

JANSÉNISME

  • Écrit par 
  • Louis COGNET, 
  • Jean DELUMEAU, 
  • Maurice VAUSSARD
  •  • 4 137 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'« Augustinus » et Port-Royal »  : […] Le jansénisme fut d'abord une doctrine théologique fondée sur les écrits antipélagiens de saint Augustin. Après Baïus (1513-1589), le Hollandais Jansen (1585-1638) , évêque d'Ypres, affirma que, depuis le péché originel, la volonté de l'homme sans le secours divin n'est capable que du mal. Seule la grâce efficace peut lui faire préférer la délecta […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jansenisme/#i_9507

LES PROVINCIALES, Blaise Pascal - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 416 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Contre la « nouvelle morale » »  : […] Il s'agit donc, en dix-huit lettres mordantes, de mettre en dialogue les questions qui séparent les deux courants opposés du catholicisme, de démontrer que les jésuites sont le fer de lance d'une religion dévoyée et de faire triompher les thèses de Port-Royal. Les quatre premières lettres portent sur la question de la grâce, en réponse directe aux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-provinciales/#i_9507

JÉSUITES ou COMPAGNIE DE JÉSUS

  • Écrit par 
  • Jean DELUMEAU, 
  • Universalis
  •  • 4 381 mots

Dans le chapitre « Les débats sur la grâce »  : […] Au cours des xvii e et xviii e  siècles, trois grands débats opposèrent la Compagnie de Jésus à ses adversaires. Le premier porta sur la grâce, donc sur la gravité du péché originel. Pour les nombreux augustiniens de l'âge classique – les jansénistes n'étant que les extrémistes de ce camp –, « ce n'est pas en vertu de nos mérites que la grâce de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jesuites-compagnie-de-jesus/#i_9507

MOLINISME

  • Écrit par 
  • Jean-Robert ARMOGATHE
  •  • 768 mots

On appelle communément molinisme la doctrine de la liberté et de la grâce enseignée par l'ouvrage de Luis de Molina intitulé Concordia liberi arbitrii cum gratiae donis (1588). Mais il existe un molinisme d'avant Molina ; le fond du débat est bien antérieur à l'ouvrage du jésuite espagnol et, sans qu'il soit nécessaire de remonter aux controverses […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/molinisme/#i_9507

Pour citer l’article

Jean-Robert ARMOGATHE, « MOLINA LUIS DE - (1536-1600) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/luis-de-molina/