GUMPLOWICZ LUDWIG (1838-1909)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Cracovie dans une famille juive de la classe moyenne, Ludwig Gumplowicz participe au soulèvement de la Pologne (1863). Après des études à l'université de Vienne où il passe son doctorat de philosophie de l'histoire, il enseigne le droit public à l'université de Graz (Autriche), de 1875 à sa mort (il se suicide le 20 août 1909).

Influencé par l'école positiviste française (Auguste Comte, Adolphe Quételet), Gumplowicz, qui cherche à dégager la sociologie aussi bien de l'histoire et de la philosophie que de la biologie, peut être considéré comme l'un des fondateurs de la sociologie. Sa recherche d'un critère unique de l'analyse sociale le conduit à privilégier la notion de « groupes sociaux » ; le fondement de la vie sociale est l'interaction (le conflit) entre groupes : communautés, nations, classes, groupes ethniques et races. Les groupes sociaux sont essentiellement homogènes (ils sont liés par un réseau d'« influences sociales » ; ce concept est proche de celui de « liens naturels » étudié par Tönnies, mais Gumplowicz ne le limite pas à une forme d'organisation sociale) parce qu'ils ont en commun les mêmes intérêts concrets. Le changement social intervient lorsque plusieurs groupes hétérogènes entrent en contact (c'est l'essence du sozialer Prozess).

De son analyse générale de l'action sociale (Grundriss der Soziologie, 1885), Gumplowicz tire une analyse des conflits sociaux (Der Rassenkampf, 1883) où l'on retrouve l'influence de Gobineau, et qui lui valut longtemps d'être classé parmi les auteurs « racistes », et une analyse du conflit de classe, proche à la fois de celles de Marx et du sociologue italien Mosca (« Der Klassenkampf », in Ausgewählte Werke, 1926).

Redécouverte par la sociologie américaine grâce aux efforts de Lester Ward, de Harry Barnes, de Schumpeter et de l'école de Chicago, l'œuvre de Gumplowicz reste étonnamment moderne, annonçant l'étude de la dynamique des petits groupes, l'étude de la fonction du pouvoir et de l'organisation dans la structure sociale (Histoire des théories de l'État, Geschichte der Staatstheorien, 1905), et prenant en considération la base non rationnelle des croyances collectives et des conduites de masse.

—  François VIEILLESCAZES

Écrit par :

Classification


Autres références

«  GUMPLOWICZ LUDWIG (1838-1909)  » est également traité dans :

INTERACTION, sciences humaines

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 3 847 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Sources kantiennes, épistémologie comparée et genèse phénoménologique »  : […] Ainsi que le soulignent encore Park et Burgess, c'est de la Critique de la raison pure , rompant avec le système leibnizien des monades, que la notion d'interaction a reçu ses lettres de noblesse. « Le concept d'interaction universelle, écrivent les auteurs, a été formulé en premier par la philosophie. Kant rangeait la communauté ou la réciprocité parmi les catégories dynami […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/interaction-sciences-humaines/#i_16074

MITTELEUROPA

  • Écrit par 
  • Jacques LE RIDER
  •  • 8 386 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'affirmation des nationalités »  : […] Seule une vision optimiste et, en l'occurrence, déformante peut interpréter le voisinage des langues, les littératures et des cultures en Europe centrale comme un gage de fécondité du dialogue interculturel. Ce type de « métissage culturel » existe dans quelques cas heureux. Mais l'autre processus, hélas ! tout aussi fréquent, a été analysé par Ludwig Gumplowicz, qui nous présente le monde habsbo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mitteleuropa/#i_16074

Pour citer l’article

François VIEILLESCAZES, « GUMPLOWICZ LUDWIG - (1838-1909) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ludwig-gumplowicz/