HOLBERG LUDVIG (1684-1754)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Histoire et « philosophie »

En 1730, Holberg abandonna sa chaire de professeur de littérature pour une chaire d'histoire. Il avait, en 1729, publié une Description du Danemark et de la Norvège ; parurent ensuite : Histoire du royaume de Danemark (3 volumes, 1732-1735), Histoire de l'Église (1738), Histoire des Juifs (1742). Comme Voltaire, mais avant lui, Holberg mit au point une façon d'écrire l'histoire où la culture, les institutions, la paix ne se tiennent pas dans l'ombre des guerres.

Comme Voltaire encore, Holberg s'entendait aux questions d'argent. Il acheta peu à peu deux domaines, et du fait qu'il était resté sans héritiers – il ne s'était pas marié – il céda de son vivant ses biens à Sorø, un nouvel établissement d'enseignement supérieur pour les disciplines modernes, les sciences politiques, l'économie, l'histoire contemporaine.

Comme Montesquieu et Voltaire, il combattit l'intolérance religieuse, particulièrement dans son roman, Le Voyage souterrain de Niels Klim (1741), écrit en latin pour que sa diffusion, en Europe soit assurée ; le livre fut rapidement traduit en allemand, hollandais, français, anglais et, à la fin du xviiie siècle, en russe et en hongrois. Dans des essais, Pensées morales (1744, traduction française 1748) et Épîtres (1748-1754), Holberg discute toutes les questions de l'époque, sans négliger la critique des notions religieuses qui avait été suscitée par le Dictionnaire de Pierre Bayle. Quand le théâtre danois rouvrit, en 1747, Holberg écrivit quelques comédies philosophiques pour la nouvelle scène, comme Plutus ou le Procès entre Pauvreté et Richesse. Mais ses efforts pour prendre part au dialogue européen sont plus intéressants, et son interlocuteur principal fut Montesquieu. Contre les Considérations sur les causes de la grandeur des Romains et de leur décadence (1734), Holberg écrivit directement en français Conjectures sur les causes de la grandeur des Romains (1752). Il y fait valoir que la cause première de l'extraordinaire ascension de Rome fut de caractère spirituel : une indomptab [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  HOLBERG LUDVIG (1684-1754)  » est également traité dans :

DANEMARK

  • Écrit par 
  • Marc AUCHET, 
  • Frederik Julius BILLESKOV-JANSEN, 
  • Jean Maurice BIZIÈRE, 
  • Régis BOYER, 
  • Georges CHABOT, 
  • Lucien MUSSET, 
  • Claude NORDMANN
  • , Universalis
  •  • 19 538 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « La Réforme, Renaissance et « classicisme » »  : […] Avec le passage du catholicisme au luthéranisme, au début du xvi e  siècle, le paysage mental va changer. Toute une littérature pamphlétaire va voir le jour. L'œuvre la plus solide reste pourtant la traduction danoise de la Bible, qui parut en 1550. Au cours de ce siècle, les manuels de théologie de Niels Hemmingsen (1515-1600), élève de Melanchto […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/danemark/#i_11544

NORVÈGE

  • Écrit par 
  • Marc AUCHET, 
  • Régis BOYER, 
  • Georges CHABOT, 
  • Lucien MUSSET, 
  • Claude NORDMANN
  •  • 24 720 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « De la Réforme au romantisme »  : […] La Réforme n'aura d'abord que peu d'effets sur la Norvège : venue du Danemark, elle ne faisait que renforcer le joug étranger. Le xvi e  siècle s'intéresse certes à l'humanisme, dans la mesure en particulier où il affectionne les inventaires de connaissances scientifiques, historiques ou géographiques, mais il se préoccupe beaucoup plus de nationa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/norvege/#i_11544

Pour citer l’article

Frederik Julius BILLESKOV-JANSEN, « HOLBERG LUDVIG - (1684-1754) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ludvig-holberg/