CATILINA LUCIUS SERGIUS (-108 env.--62)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les périodes de guerre civile engendrent toujours des hommes dénués de scrupules et prêts à profiter de toutes les situations. La République romaine, au milieu du ~ ier siècle, n'échappe pas à cette loi et sécrète pour sa propre ruine Lucius Sergius Catilina, célèbre surtout pour sa conspiration de ~ 63, déjouée par Cicéron et racontée par Salluste. Catilina n'a pas attendu l'année ~ 63 pour commencer une carrière d'escroc et d'assassin. Issu d'une vieille famille patricienne, il appartient à la jeunesse dorée de Rome. Excellent meneur d'hommes, il rassemble autour de lui de jeunes nobles oisifs et endettés et profite de la guerre civile sous Sylla pour se faire la main, en tuant sa première femme et son fils et en faisant la chasse aux partisans de Marius. Mais il a d'autres ambitions, de caractère politique. Dans un premier temps, il pense accéder au consulat par les voies légales en franchissant les étapes du cursus honorum.

Propréteur en la province d'Afrique en ~ 68, il se signale par ses rapines. Accusé de malversations criminelles, il est absous sous la pression de ses partisans qu'il recrute à présent parmi les chômeurs de la plèbe urbaine. Il subit deux échecs aux élections pour le consulat en ~ 64 et en ~ 63. Il ne lui reste plus que la voie de l'illégalité pour parvenir à la première magistrature de la République romaine. Manipulé, de la coulisse, par César qui n'encourage ses projets que pour mieux affaiblir le régime, Catilina prépare avec soin un complot contre Cicéron, consul de l'année ~ 63. L'orateur, qui sait qu'on veut attenter à sa vie, prononce de novembre ~ 63 à janvier ~ 62 les quatre Catilinaires dans lesquelles, mêlant l'emphase et la menace, il exhorte les sénateurs terrorisés à prendre leurs responsabilités. Il échappe au couteau des conjurés ; Catilina s'enfuit. Ses complices sont arrêtés, puis étranglés dans le Tullianum sur l'ordre de Cicéron qui pense avoir sauvé la République. Annonçant la fin des conjurés, Cicéron prononce simplement cette phrase laconique : « Vixerunt » (« Ils ont vécu »). Catilina devait périr le 6 janvier ~ 62 à la tête d'une armée composée de ses derniers partisans. Autour de Catilina, homme de main ténébreux dans un État en décomposition, se meuvent partisans et adversaires de la République, sénateurs et plébéiens, patriciens et démagogues, légalistes et illégalistes ; son succès, fût-il éphémère, est un des signes avant-coureurs d'une guerre civile qui menace.

—  Joël SCHMIDT

Écrit par :

  • : diplômé d'études supérieures d'histoire, directeur de collections historiques

Classification


Autres références

«  CATILINA LUCIUS SERGIUS (~108 env.-~62)  » est également traité dans :

CICÉRON ET CATILINA - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Xavier LAPRAY
  •  • 465 mots

— 106 Naissance de Cicéron à Arpinum dans une famille de l'ordre équestre.— 81 Durant la proscription de Sylla, le jeune Catilina se fait remarquer en traquant les condamnés à travers toute l'Italie, empochant la récompense lorsqu'il ramène leur tête à Rome.— 80 Procès de Roscius d'Amérie, qui rend Cicéron cé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ciceron-et-catilina-reperes-chronologiques/#i_6517

CONJURATION DE CATILINA

  • Écrit par 
  • Xavier LAPRAY
  •  • 223 mots
  •  • 1 média

Catilina, noble ruiné et corrompu, fomente, après plusieurs échecs au consulat, le projet de s'emparer de l'État romain par la force. Fédérant pour cela divers mécontentements, il envisage d'incendier la ville de Rome et de massacrer une partie de l'aristocratie, tout en abolissant les dettes ; mais l'un des consuls alors en charge, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/conjuration-de-catilina/#i_6517

CÉSAR (-101--44)

  • Écrit par 
  • Claude NICOLET, 
  • Michel RAMBAUD
  •  • 7 689 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les débuts »  : […] Caius Julius Caesar (en français Jules César) est né à Rome, sans doute en juillet 101 avant J.-C., d'une famille patricienne qui prétendait descendre de Iulus, fils d'Énée, et par là même de Vénus. Cette famille pourtant n'appartenait pas au cercle des très grandes dynasties ; elle n'apparaît en pleine lumière qu'à la fin du iii e  siècle : l'arri […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cesar-101-44/#i_6517

CICÉRON (-106--43)

  • Écrit par 
  • Alain MICHEL, 
  • Claude NICOLET
  •  • 5 896 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Défenseur de la légalité »  : […] En 77, il épouse Terentia, d'une famille de la noblesse, et aborde la carrière des honneurs. Il est élu questeur en 76, à l'âge légal, et exerce cette magistrature en Sicile : c'est le début d'une magnifique carrière d'homme nouveau, qui doit l'essentiel de sa réussite au mérite personnel et non au jeu des clientèles. Le parti démocratique, décimé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ciceron/#i_6517

SALLUSTE (-87 env.--35)

  • Écrit par 
  • Pierre GRIMAL
  •  • 1 927 mots

Dans le chapitre « La « Conjuration de Catilina » »  : […] Dans le prologue de la Conjuration de Catilina , Salluste se justifie d'écrire des ouvrages historiques, exaltant la prééminence de l'esprit sur le corps. On décèle l'influence du stoïcisme romain sur la distinction établie ici entre ce qui relève de la mortalité et ce qui est impérissable. Dans ces développements, peut-être influencés par Posidon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/salluste/#i_6517

Pour citer l’article

Joël SCHMIDT, « CATILINA LUCIUS SERGIUS (-108 env.--62) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/lucius-sergius-catilina/