BLANC LOUIS (1811-1882)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Madrid, où son père est inspecteur général des Finances du roi Joseph Bonaparte, Louis Blanc se rend à Paris peu après la révolution de 1830, qui ruine sa famille. À Paris, un ami de son père lui donne des cours de droit. Contraint de gagner sa vie, il est précepteur pendant deux ans à Arras où il collabore au Progrès du Pas-de-Calais. Revenu à Paris, il travaille au National et au Bon Sens dont il devient le rédacteur en chef en 1837. Sa réputation commence alors à s'établir, notamment avec la campagne pour l'extension du suffrage universel, qu'il mène dans la Revue du progrès (1839-1842) puis dans le journal La Réforme. Il publie ensuite des travaux historiques — Histoire de dix ans, 1830-1840, Histoire de la Révolution française (dans laquelle il prend la défense de Robespierre) — qui remportent un grand succès.

Journaliste et historien à une époque où ces deux activités constituaient pour un homme de gauche le plus sûr moyen d'accéder à la notoriété, Blanc devient célèbre grâce à sa brochure L'Organisation du travail, publiée en 1839 dans la Revue du progrès, et qui connaîtra dix éditions entre 1841 et 1848. Selon Louis Blanc, trois principes dominent l'histoire des sociétés : l'autorité, vaincue en 1789, l'individualisme, qui lui a succédé, et la fraternité. Pour instaurer celle-ci, il faut supprimer la concurrence sauvage dans l'économie et entre les hommes en créant des coopératives ouvrières de production, les ateliers sociaux. L'État fournirait le capital nécessaire à leur démarrage et nommerait l'encadrement. Le gouvernement jouerait ainsi un rôle de régulateur du marché, qui, lui, ne disparaîtrait pas mais serait assaini. L'importance qu'il accorde à l'intervention de l'État amène Blanc à affirmer l'interdépendance des réformes politique et sociale, « car la seconde est le but, la première le moyen ». Ses conceptions étatistes lui valent l'hostilité déclarée de Proudhon pour qui Blanc « représente le socialisme gouvernemental, la révolution par le pouvoir, comme (lui-même) représente le socialisme démocratique, la révolution par le peuple ». Comme il s'exprime de façon claire et élégante, Blanc parvient à rendre ses idées accessibles à un large public d'ouvriers et d'artisans. La révolution de 1848 le porte au gouvernement provisoire, où il forme avec l'ouvrier Albert l'aile gauche. Il voit alors ses idées « descendre dans la rue ». Il réclame la création d'un ministère du Travail. Vainement. Nommé à la direction de la commission du gouvernement pour les travailleurs, dite commission du Luxembourg, il peut enfin réaliser ses projets, et contribue à la formation des premiers ateliers sociaux. Mais son idée est rapidement dénaturée, et les ateliers nationaux créés par le gouvernement ne sont plus que des sociétés de travaux publics destinées à éloigner de Paris la masse flottante des chômeurs. Les résultats des travaux de la commission sont en définitive assez minces et, selon la formule de Marx, « Pendant qu'au Luxembourg on cherchait la pierre philosophale, on frappait à l'Hôtel de Ville (siège du gouvernement) la monnaie qui avait cours ».

Les socialistes subissent un grave échec lors des élections à l'Assemblée constituante du 18 mars ; Blanc est élu, mais loin derrière Lamartine. Il doit alors quitter le gouvernement. Le 15 mai, il désapprouve l'invasion de l'Assemblée par les manifestants car, pour lui, la révolution doit être pacifique et ne doit pas porter atteinte à la fraternité entre les classes sociales. Mis en accusation par le parti de l'ordre, il prend les devants et s'enfuit en Angleterre. Il demeure à Londres jusqu'à la chute de l'Empire et se consacre à ses travaux historiques ; son Histoire de la révolution de 1848, qui paraîtra en 1870, est une défense de son attitude durant la révolution. Il revient à Paris après le 4 septembre 1870, et prône l'union et la guerre à outrance contre les Prussiens. Élu premier représentant de la Seine en 1871, le « héros de 48 » condamne la Commune de Paris : « Je pense que la Commune a violé la légalité pour laquelle je suis. Je réprouve les actes de la Commune », déclare-t-il à l'Assemblée de Versailles le 26 avril. Il est réélu en 1876 par plusieurs arrondissements. En 1879, il soutient à la Chambre les projets d'amnistie des communards et se rapproche des radicaux. À sa mort des obsèques nationales lui sont faites à Paris.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  BLANC LOUIS (1811-1882)  » est également traité dans :

COMMUNISME - Histoire

  • Écrit par 
  • Annie KRIEGEL
  •  • 13 810 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La naissance du mouvement ouvrier »  : […] Cependant, la transformation industrielle de la société se fait avec de trop violents à-coups – parmi lesquels la baisse généralisée des salaires, la mise au travail des femmes et des enfants, l'extension du paupérisme et l'aliénation à l'outil productif – pour que de premières révoltes, le luddisme en Angleterre ou l'insurrection des canuts de Lyon en 1831, n'accélèrent un phénomène de prise de c […] Lire la suite

JUILLET MONARCHIE DE

  • Écrit par 
  • André Jean TUDESQ
  •  • 8 486 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La situation sociale et les socialismes utopiques »  : […] Ce progrès économique est aussi inégalement réparti entre les groupes sociaux. La bourgeoisie d'affaires, bien que minoritaire parmi les catégories dirigeantes, joue un rôle dynamique qui lui assure de plus en plus la domination sur la politique économique ; ainsi, au nom de la défense du travail national, elle maintient un protectionnisme douanier qui freine l'expansion économique. La bourgeoisie […] Lire la suite

TRAVAIL SOCIOLOGIE DU

  • Écrit par 
  • François VATIN
  •  • 4 464 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « De l'organisation du travail à l'organisation scientifique du travail »  : […] L'idée d'« organisation » est issue du saint-simonisme ; l'expression « organisation du travail » est popularisée par Louis Blanc qui, dans un opuscule portant ce titre, régulièrement réédité entre 1839 et 1848, promouvait un ordre social du travail en lieu et place de l'anarchie marchande (ce qui inspira en partie l'expérience malheureuse des Ateliers nationaux de 1848). Au début du xx e  sièc […] Lire la suite

Les derniers événements

9-21 août 2014 États-Unis. Émeutes raciales à Ferguson

blanc à Ferguson, dans la banlieue de Saint Louis (Missouri), dans des circonstances controversées. L'autopsie révélera que l'adolescent a reçu six balles, dont deux dans la tête. Les jours suivants, des manifestants, qui dénoncent les violences policières et le racisme des autorités, se heurtent aux forces de l'ordre. Ces émeutes s’accompagnent de […] Lire la suite

18 mars 2008 France. Nomination de secrétaires d'État

Blanc chargé du Développement de la région-capitale, auprès de Jean-Louis Borloo ministre d'État, ministre de l'Écologie, de l'Énergie, du Développement durable et de l'Aménagement du territoire; Hubert Falco chargé de l'Aménagement du territoire, auprès du même ministre; Anne-Marie Idrac chargée du Commerce extérieur, auprès de Christine Lagarde ministre […] Lire la suite

10-29 août 2003 France. Surmortalité des personnes âgées en raison de la canicule

blanc » de mobilisation exceptionnelle des moyens hospitaliers disponibles. La mesure sera étendue à toutes les régions le lendemain. Le 14, Jean-François Mattéi parle d'« une véritable épidémie » et estime, à l'issue d'une réunion de coordination présidée par le Premier ministre, entre 1 500 et 3 000 le nombre de décès dus à la canicule. Le 15, les […] Lire la suite

Pour citer l’article

Élisabeth CAZENAVE, « BLANC LOUIS - (1811-1882) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-blanc/