LOPHOPHORIENS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Diversité des Lophophoriens Prostomiens

Les Kamptozoaires, les Phoronidiens, les Bryozoaires, les Brachiopodes (auxquels on rattache les Chétognathes), au contraire, ne peuvent être rapprochés aussi aisément : les Lophophoriens Prostomiens sont bâtis selon des plans d'organisation différents.

Kamptozoaires

Les Kamptozoaires ont une larve trochosphérienne qui les rattache aux Polychètes annélides. Ils en dérivent par néoténie. Après la fixation de la larve, au cours de leur métamorphose qui consiste essentiellement en une rotation de 1800, ils conservent toute l'organisation larvaire y compris les deux protonéphridies, en la complétant toutefois par un lophophore dont la structure et le développement sont très différents de ce que l'on en connaît chez la Phoronis et les Bryozoaires. Gonochoriques, les Kamptozoaires acquièrent des organes génitaux que ne possèdent ni la Phoronis ni les Bryozoaires. Enfin, ils se distinguent des Bryozoaires non seulement par leur organisation, leur embryogenèse, mais aussi par leur bourgeonnement et par leur comportement.

Phoronidiens

Les Phoronidiens sont des Lophophoriens cœlomates, comme le sont les Ptérobranches. Ils sont tubicoles, sédentaires, solitaires ou groupés en associations plus ou moins denses sur des pierres ou des coquilles. Leur larve, l'actinotroque, a aussi la structure trochosphérienne. Au cours de son embryogenèse et aux dépens de l'endoblaste, se différencient des cœloblastes qui se regroupent pour délimiter les feuillets pariétopleural et splanchnopleural du cœlome. Celui-ci est réparti en deux segments, une cavité métacœlienne postérieure, une cavité mésocœlienne antérieure, l'une et l'autre séparées par un septum oblique, assimilable à un dissépiment.

La larve présente cependant trois régions, un épistome, une région moyenne correspondant au lophophore larvaire (paratroque tentaculé) et le corps de la larve. L'ectoderme ventral de la larve forme une invagination qui devient un tube interne. Lors de la fixation, le tube interne s'évagine comme l'inflexion postérieure de l'en [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : professeur honoraire de l'université de Bruxelles, membre correspondant de l'Institut de France

Classification

Autres références

«  LOPHOPHORIENS  » est également traité dans :

KAMPTOZOAIRES

  • Écrit par 
  • Paul BRIEN
  •  • 1 339 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Organisation »  : […] Le zoïde des Kamptozoaires par exemple chez Pedicellina a la forme d'une massue à symétrie bilatérale, dont le pédoncule s'évase progressivement ou brusquement en un calice contenant tous les organes. La partie apicale du calice s'incline dans le plan sagittal vers l'une des faces dite ventrale ou frontale ; elle est en outre très fortement déprimée en une « cavité atriale », encore appelée vesti […] Lire la suite

PHYLOGÉNIE ANIMALE

  • Écrit par 
  • Michaël MANUEL
  •  • 11 672 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Synapomorphies et relations internes des trois grands clades de Bilateria »  : […] Outre la croissance par mue, le clade des ecdysozoaires est soutenu par un assez grand nombre de synapomorphies morpho-anatomiques (Schmidt-Rhaesa et al . , 1998). Il s'agit tout d'abord de caractères liés à la cuticule : la perte de la ciliature épidermique, la présence de chitine alpha dans la cuticule (au moins dans certaines régions du corps et à certains stades), l'organisation en trois couch […] Lire la suite

Pour citer l’article

Paul BRIEN, « LOPHOPHORIENS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 juin 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/lophophoriens/