SUSPECTS LOI DES (1793)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Votée le 12 août 1793, en pleine Terreur dont elle devient le meilleur instrument, la loi des suspects voit son champ d'application, déjà fort vaste, singulièrement élargi par le décret du 17 septembre. Elle permet l'arrestation immédiate, sans motif comme sans preuve, de tous ceux qui « n'ont pas constamment manifesté leur attachement à la Révolution » ou de ceux qui « n'ayant rien fait contre la Liberté, n'ont rien fait pour elle ».

D'abord dirigée contre les nobles, les prêtres, les émigrés, les possédants, elle finit par englober dans la catégorie des suspects tous ceux qui, par leurs manières, leurs propos, leurs façons de penser ou de s'habiller, ne donnent pas l'exemple quotidien d'un enthousiasme militant pour l'idéal révolutionnaire. Sont suspects non seulement les riches ou les anciens notables, mais les tièdes, les égoïstes, les peureux, les indifférents, les insouciants, et, finalement, les révolutionnaires eux-mêmes, qui finissent par tomber à leur tour sous le coup de cette loi à double tranchant qu'ils ont faite pour se débarrasser de leurs ennemis. Ainsi que s'écrie l'un d'eux, Carrier, à la Convention : « Tout le monde est coupable, jusqu'à la sonnette du président ! » La loi des suspects, après avoir rempli les prisons, est adoucie dans son application après le 9-Thermidor, puis abrogée le 4 octobre 1795.

—  Ghislain de DIESBACH

Écrit par :

Classification

Autres références

«  SUSPECTS LOI DES (1793)  » est également traité dans :

MERLIN DE DOUAI PHILIPPE ANTOINE MERLIN dit (1754-1838)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 388 mots

Fils d'agriculteur, reçu avocat à Douai, Merlin est déjà conseiller juridique et financier du duc d'Orléans avant la Révolution. Député à la Constituante, il y soutient le parti patriote ; député à la Convention, il siège à la Plaine, mais vote presque toujours avec la Montagne, notamment pour la mort de Louis XVI. Il reçoit diverses missions dans les départements et travaille surtout au Comité de […] Lire la suite

POLICE SOUS LA RÉVOLUTION ET L'EMPIRE

  • Écrit par 
  • Vincent DENIS
  •  • 3 209 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La Terreur et le retour de la « police générale » (1792-1794) »  : […] Les oppositions croissantes, l'entrée en guerre contre les monarchies européennes, l'insurrection du 10 août 1792 – qui aboutit à la chute de la monarchie – puis la dictature jacobine (1792-1794) entraînent une double évolution. C'est le renouveau d'une conception traditionnelle et extensive de la police, assimilée à l'exercice du gouvernement tout entier, sous la dénomination de « police générale […] Lire la suite

RÉVOLUTION FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Jean-Clément MARTIN, 
  • Marc THIVOLET
  •  • 29 477 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'exacerbation des conflits de l'été de 1793 »  : […] Les Montagnards s'engagent dans une nouvelle politique. Le 24 juin 1793, ils promulguent une nouvelle Constitution (dite de l'an I). Celle-ci, très démocratique et très décentralisatrice, donne un pouvoir considérable aux assemblées d'électeurs ; cependant ils en réservent l'application à la paix. Leur pouvoir est renforcé par l'entrée de Robespierre au Comité de salut public le 27 juillet. L'emb […] Lire la suite

TRIBUNAL RÉVOLUTIONNAIRE

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 872 mots

Entre 1792 et 1794, pendant la Terreur, le Tribunal révolutionnaire de Paris fut l'un des organismes les plus célèbres. Un premier tribunal révolutionnaire, connu sous le titre de tribunal criminel extraordinaire, avait été institué le 17 août 1792. Formé de juges et de jurés, élus par les sections parisiennes, il eut à s'occuper de soixante et une affaires et prononça vingt et une condamnations à […] Lire la suite

Les derniers événements

Chine. Condamnation des leaders du mouvement prodémocratie à Hong Kong. 9-28 avril 2019

dizaines de milliers de personnes manifestent à Hong Kong contre un projet de loi visant à faciliter l’extradition de suspects vers la Chine continentale, qui contrevient selon elles aux spécificités juridiques dont bénéficie la région administrative spéciale dans le cadre du principe « un pays, deux systèmes ». Il s’agit de la plus importante manifestation à Hong Kong depuis le mouvement Occupy Central. […] Lire la suite

Union européenne. Durcissement face à la crise migratoire. 4-28 janvier 2016

projet de loi qui durcit le droit d’asile. Celui-ci prévoit notamment d’accélérer l’examen des demandes d’asile provenant de ressortissants de « pays sûrs » et d’inclure dans ces derniers le Maroc, l’Algérie et la Tunisie – dont sont originaires nombre de suspects des agressions du Nouvel An. […] Lire la suite

États-Unis. Nouvelle législation concernant les prisonniers suspects de terrorisme. 6-28 septembre 2006

de la C.I.A., permettant de détenir et d'interroger des «ennemis combattants» en dehors du territoire américain. Le 28, le Sénat adopte le projet de loi sur la détention et le jugement des prisonniers de la guerre contre le terrorisme, approuvé la veille par la Chambre des représentants. Maintenues […] Lire la suite

Libye. Transfert aux Pays-Bas des Libyens suspects de l'attentat de Lockerbie. 5-20 avril 1999

que les deux suspects soient jugés dans un pays tiers – les Pays-Bas –, mais selon la loi écossaise. L'O.N.U. suspend aussitôt ses sanctions. Le 20, l'Union européenne fait de même. […] Lire la suite

États-Unis. Attentat meurtrier à Oklahoma City. 19-25 avril 1995

sont des terroristes en puissance. Deux autres suspects seront arrêtés le 25. Le 23 est organisée une journée nationale de deuil. Bill Clinton participe, à Oklahoma City, à une cérémonie en hommage aux victimes. Il annonce le prochain dépôt d'un projet de loi antiterroriste qui vise à renforcer les prérogatives du F.B.I. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Ghislain de DIESBACH, « SUSPECTS LOI DES (1793) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 décembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/loi-des-suspects/