POPULISTE HONGROISE LITTÉRATURE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les écrivains du mouvement populiste des années 1930 insistent sur le fait que la paysannerie est exclue de la nation. Ils se chargent donc de la représenter sur le terrain glissant de la politique et luttent pour des réformes agraires. Leurs références : Endre Ady et Dezsö Szabó (1879-1944). Ce dernier, à la fois anti-individualiste, anticapitaliste et antisémite, annonce dans son Village à la dérive (Elsodort falu, 1919) le dépérissement de la « race magyare ».

Le mouvement populiste sera d'une part constitué des écrivains venus du camp de Nyugat (Occident), revue littéraire d'inspiration européenne, d'autre part de ceux qui ont réussi à émerger de la paysannerie ou qui ont vocation de sociologue. Ces derniers écrivent des sociographies visant à l'amélioration des conditions de vie de la population rurale. L'une des plus connues est l'œuvre de Ferenc Erdei (1910-1971), Sable mouvant (Futóhomok, 1937). La méthode rigoureuse du documentaire inspire également le poète de Nyugat, Gyula Illyés (1902-1983), auteur de l'Extinction (Pusztulás, 1933).

Illyés, l'un des fondateurs du mouvement, soutient l'idée de l'indépendance nationale et des changements démocratiques. Fort de sa culture française, il devient le corédacteur de Nyugat avec Mihály Babits et se situe à l'aile gauche des « populistes ». L'autobiographie lyrique et la sociographie se mêlent pour dessiner une authentique image de la paysannerie pauvre dans Ceux des Pusztas (Puszták népe, 1936) qui connaîtra un grand succès dès sa parution dans Válasz (Réponse), l'organe le plus important du mouvement.

Válasz fut créé en 1934 à Debrecen, à l'initiative de László Németh (1901-1975), idéologue des populistes, en rupture avec Nyugat. Celui-ci élabore dans sa revue Tanú (Témoin, 1932-1936) l'idée du « socialisme de qualité » fondé sur les communautés des artisans et des petits propriétaires terriens. Dans sa société utopique les intellectuels constitueraient « la nouvelle noblesse » mue par l'esprit collectif. La Révolte des masses d'Ortega y Gasset l'influence. László Németh prône l'idéologie de la « troisième force », et les écrivains qui participent à


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  POPULISTE HONGROISE LITTÉRATURE  » est également traité dans :

HONGRIE

  • Écrit par 
  • Jean BÉRENGER, 
  • Lorant CZIGANY, 
  • Albert GYERGYAI, 
  • Pierre KENDE, 
  • Edith LHOMEL, 
  • Marie-Claude MAUREL, 
  • Fridrun RINNER
  • , Universalis
  •  • 32 150 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « La littérature, témoin du temps présent »  : […] À partir de 1945, la Hongrie passe sous la domination soviétique. Après l'installation du pouvoir politique, toute la vie culturelle est réorganisée sur le modèle soviétique. La répression menée par le régime Horthy et la guerre avaient déjà causé de lourdes pertes dans le domaine de la littérature : des écrivains antifascistes, comme les poètes Attila József (1905-1937) ou Miklós Radnóti (1909-19 […] Lire la suite

ILLYÈS GYULA (1902-1983)

  • Écrit par 
  • André KARATSON
  •  • 1 606 mots

Dans le chapitre « Du surréalisme au radicalisme paysan »  : […] Les origines de Gyula Illyés et son enfance – il naquit en 1902 à Rácegres – sont décrites dans Ceux des Pusztas ( Puszták népe , 1936), autobiographie élargie en une vaste analyse, sociographique de la vie qu'avait connue, sous le régime semi-féodal, la couche la plus déshéritée de la population, celle des domestiques agricoles. Rédigé dans un style précis, limpide, puissamment évocateur (par son […] Lire la suite

Pour citer l’article

Véronique KLAUBER, « POPULISTE HONGROISE LITTÉRATURE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-populiste-hongroise/