ILLYÈS GYULA (1902-1983)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Homme du peuple, barde de la nation, peu d'écrivains pourraient briguer aussi légitimement ces titres que le Hongrois Gyula Illyés dont l'œuvre de poète, de prosateur et de dramaturge s'est, depuis un demi-siècle, identifiée aux drames de conscience vécus par sa patrie. L'une des plus largement écoutées de ses compatriotes, cette œuvre, qu'anime sans défaillance la foi en sa mission civilisatrice, constitue à la fois l'exemplaire document d'une destinée littéraire aux prises avec l'histoire et le monument de la fidélité d'Illyés envers la paysannerie dont il est issu et dont il n'a cessé de vouloir incarner l'espoir d'accéder, intellectuellement et socialement, à une vie digne d'être vécue dans la réalité du socialisme.

Du surréalisme au radicalisme paysan

Les origines de Gyula Illyés et son enfance – il naquit en 1902 à Rácegres – sont décrites dans Ceux des Pusztas (Puszták népe, 1936), autobiographie élargie en une vaste analyse, sociographique de la vie qu'avait connue, sous le régime semi-féodal, la couche la plus déshéritée de la population, celle des domestiques agricoles. Rédigé dans un style précis, limpide, puissamment évocateur (par son aisance à mettre l'image au service de l'expression intellectuelle, la prose d'Illyés incarne l'intégration du génie paysan à la culture lettrée), ce livre devait consacrer l'auteur comme le chef de file des écrivains « populistes » engagés à dénoncer la misère rurale. Entre l'éveil à un monde d'injustice et l'offensive idéologique en vue de sa transformation, il y eut cependant les années d'expérimentation poétique et de prise de conscience révolutionnaire dont Hunok Párizsban (1946, Les Huns à Paris), constitue la chronique lucide et nostalgique. Fuyant un mandat d'arrêt que lui valut sa participation à la Commune hongroise de 1919, Illyés s'installa à Paris, s'y lança dans l'activité syndicaliste, fit ses débuts poétiques à l'ombre des chapelles d'avant-garde et retourna, en 1926, en Hongrie où il allait renouer avec la tradition réaliste et classicisante du xixe siècle. Synthèse [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Lille

Classification

Autres références

«  ILLYÈS GYULA (1902-1983)  » est également traité dans :

HONGRIE

  • Écrit par 
  • Jean BÉRENGER, 
  • Lorant CZIGANY, 
  • Albert GYERGYAI, 
  • Pierre KENDE, 
  • Edith LHOMEL, 
  • Marie-Claude MAUREL, 
  • Fridrun RINNER
  • , Universalis
  •  • 32 150 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « L'affranchissement des idéologies »  : […] Depuis les années 1980, la disparition progressive des contraintes idéologiques, qui va de pair avec les bouleversements qui aboutiront à la chute du régime communiste, favorise le pluralisme de la vie littéraire et artistique. Ainsi, bien avant les changements décisifs intervenus dans les années 1991-1992, les écrivains de valeur vont chercher leur place dans les rangs des contestataires, ou tout […] Lire la suite

POPULISTE HONGROISE LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • Véronique KLAUBER
  •  • 767 mots

Les écrivains du mouvement populiste des années 1930 insistent sur le fait que la paysannerie est exclue de la nation. Ils se chargent donc de la représenter sur le terrain glissant de la politique et luttent pour des réformes agraires. Leurs références : Endre Ady et Dezsö Szabó (1879-1944). Ce dernier, à la fois anti-individualiste, anticapitaliste et antisémite, annonce dans son Village à la d […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

André KARATSON, « ILLYÈS GYULA - (1902-1983) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/gyula-illyes/