MARATHE LITTÉRATURE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le XVIIIe siècle

La popularité de Śrīdhar (1678-1728) surpasse probablement celle de tous les autres écrivains marathes, y compris Tukārām. En des vers simples et pleins de vie, il a conté les vieilles histoires de la tradition indienne. Tantôt animées d'un humour un peu terre à terre, tantôt s'élevant à de hautes digressions morales, ses versions du Rāmāyaṇa (Rāmavijaya, 1703) et du Mahābhārata (Pāṇḍạva-pratāpa, 1712) sont admirablement adaptées aux auditeurs simples et pieux devant qui on les récite. Mahīpatī (1715-1790), dévot et compilateur prolifique, rassembla en de longs ouvrages (Santavijaya, Bhaktalīlāmṛta, etc.) toutes les histoires et légendes ayant trait à ses prédécesseurs, poètes religieux de langue marathe et hindi aussi bien que d'autres langues indiennes. Ces textes, sans beaucoup de valeur sur le plan poétique, offrent le grand intérêt de réunir presque toutes les traditions de son époque relatives à la vie de ces poètes anciens, qui est mal connue par ailleurs.

Au xviie siècle déjà, puis au xviiie siècle surgissent un certain nombre de poètes profanes parmi les auteurs, souvent anonymes, de ballades historiques (povāḍe) et de chants d'amour extrêmement érotiques (lāvaṇī) qui formaient une part importante des représentations dramatiques de type populaire appelées tamāśā. Seul un poète de l'ancienne école, Mōrōpant (1729-1794), est un versificateur prolifique qui produisit, en plus d'un Mahābhārata complet, cent huit courtes versions différentes du Rāmāyaṇa, dont beaucoup sont désignées par le procédé qui les caractérise : par exemple, le Parantu Rāmāyaṇa, dans lequel le mot parantu, qui signifie « mais », revient à chaque vers. Il écrivit, toutefois, des œuvres plus personnelles, notamment Kekāvali (Le Cri du paon), longue poésie qui est une sorte de nunc dimittis, devenue un des poèmes les plus célèbres en marathe.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : professeur de marathi et gujarati, School of Oriental and African studies, université de Londres (Royaume-Uni)

Classification

Autres références

«  MARATHE LITTÉRATURE  » est également traité dans :

EKNĀTH (1548-1600)

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 182 mots

Brahmane du Mahārāśtra (région de Bombay) appartenant à la lignée des « saints » ( sant ) qui donnèrent une grande impulsion à la religion de bhakti non seulement dans leur province, mais aussi dans tout l'ouest de l'Inde. Le principal mérite d'Eknāth fut d'éditer le grand commentaire de la Bhagavad-Gītā intitulé Jñāneśhvarī , qui fut composé trois siècles auparavant par Jñāndèv et devint le liv […] Lire la suite

INDE (Arts et culture) - Langues et littératures

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DURIX, 
  • Jacqueline FILLIOZAT, 
  • François GROS
  •  • 10 533 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le marathe, le bengali et le singhalais »  : […] D'autres langues indo-aryennes ont développé des littératures importantes : le marathe, le bengali, le singhalais. Les débuts de la littérature marathe remontent au xii e  siècle avec le poète Mukundarāja qui vulgarisa les principes du Vedānta . Au xiii e  siècle, Jnañdev, le « Dante du pays marathe », commenta librement en vers la Bhagavadgītā  ; Nāmdev ( xiv e  s.), dans ses chants, exprime en t […] Lire la suite

JÑĀNDEV ou JÑĀNEŚVAR (1275-1296)

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 258 mots

Saint mahrâtte (du Mahârâshtra, région de Bombay) qui, à en croire la tradition, ne vécut que vingt et un ans, mais laissa une œuvre considérable, comprenant plus de mille poèmes et, surtout, un commentaire versifié de la Bhagavad-Gîtâ que l'on nomme Jñānèshwarī (de Jnânèshwar, autre nom de Jnândèv, ayant la même signification : « dieu de la connaissance »). Jnândèv ( jñāndev ), qui appartenait à […] Lire la suite

NĀMDEV (1270?-? 1350)

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 174 mots

L'un des plus célèbres des « saints » (la secte des sant ) du Mahārāshtra (région de Bombay) en raison de l'œuvre qu'il a laissée et des légendes pieuses concernant sa vie. On dit que Nāmdev était de basse caste (de la sous-caste des tailleurs) et qu'il eut une jeunesse orageuse, s'associant à des bandes de voleurs de grand chemin. Un jour pourtant, il rencontra un saint (peut-être Jnāndev) qui le […] Lire la suite

RĀMDĀS (1608-1681)

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 243 mots

Fils d'un brahmane de la région de Nāsik (au nord-est de Bombay), celui qui devait prendre plus tard le nom religieux de Rāmdās ( rāmadāsa , « serviteur de Dieu ») eut très tôt la révélation de sa mission : on raconte qu'au moment de se marier il comprit que son destin n'était pas de mener la vie profane des hommes ordinaires, mais de prêcher partout la dévotion à Viṣṇu. Ce faisant, il contrevenai […] Lire la suite

TENDULKAR VIJAY (1928-2008)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 280 mots

Dramaturge et scénariste indien, Vijay Tendulkar signa plus de trente pièces en langue marathe ainsi que nombre de pièces en un acte, de nouvelles et de scénarios sur des sujets de société, tels que la violence, la pauvreté, les droits des femmes et la corruption. Parmi les pièces les plus célèbres de Tendulkar, signalons Shantata ! Court Chalu Ahe (1967, « Silence ! l'audience est ouverte ») et […] Lire la suite

TUKĀRĀM (1607 env.-env. 1649)

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 285 mots

Auteur mystique appartenant, comme Kabîr ( xv e  s.), au mouvement hindou des « saints » ( sant ) qui se développa dans l'Inde du Nord et de l'Ouest à la fin de ce que l'Occident appelle le Moyen Âge et qui a donné naissance à toute une littérature poétique d'inspiration dévotionnelle ( bhakti ). Tukārām était un pauvre boutiquier de basse caste (il se targuait lui-même d'être un shūdra , un « hom […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Ian RAESIDE, « MARATHE LITTÉRATURE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-marathe/