SOVIÉTIQUE LITTÉRATURE DE GUERRE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans l'histoire des lettres soviétiques, la littérature de guerre proprement dite succède à la littérature de la guerre civile presque sans solution de continuité : Cholokhov publie le dernier livre du Don paisible en 1940 et La Science de la haine en 1942.

Le foisonnement de la littérature de guerre entre 1941 et 1945 relève du sentiment patriotique plus que de la création littéraire : il y a véritablement mobilisation spontanée des écrivains au service du pays. Ehrenbourg se consacre entièrement à la tâche de correspondant de guerre de la Krasnaïa Zvezda. Alexeï Tolstoï écrit Les Récits d'Ivan Soudarev (1941), et Cholokhov les premiers chapitres d'Ils ont combattu pour la patrie (1943-1944). La production de Constantin Simonov est particulièrement féconde : pièces de théâtre, reportages (dont un qui atteint les dimensions d'un livre : Les Jours et les nuits de Stalingrad, 1944) et surtout poésies, entre autres Attends-moi, que tous sauront par cœur. Ce qui est aussi le cas des chansons d'Alexis Sourkov (notamment La flamme palpite dans le poêle). À la radio de Leningrad affamée, la poétesse Olga Bergholtz appelle chaque jour la population à tenir bon. Pasternak, Anna Akhmatova, Marguerite Aliguer, Perets Markisch composent des poèmes de guerre. Écrivains combattants, Alexandre Bek (La Chaussée de Volokolamsk) et Vassili Grossman (Le peuple est immortel, 1942) continuent de publier. De cette littérature, qui se veut seulement de circonstance, une œuvre au moins est à retenir : le grand poème d'Alexandre Tvardovski Vassili Terkine, qui dut son immense popularité à la création d'une figure vraie de soldat russe.

Pasternak

Photographie : Pasternak

Photographie

Le poète russe Boris Leonidovitch Pasternak (1890-1960). Romancier et Prix Nobel en 1958, il fut également le traducteur de six grandes tragédies de Shakespeare. 

Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

La victoire ne met pas un terme à la floraison de la littérature de guerre. C'est au contraire le thème le plus abondamment traité dans la médiocre littérature de la fin de l'ère stalinienne, mais l'élan du cœur a fait place à une exaltation stéréotypée de l'héroïsme. Les conditions du moment ont valu à quelques-uns de ces livres une audience mondiale (ainsi l'Histoire d'un homme véritable de Boris Polevoï, mis e [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  SOVIÉTIQUE LITTÉRATURE DE GUERRE  » est également traité dans :

AKHMATOVA ANNA (1889-1966)

  • Écrit par 
  • Michel AUCOUTURIER
  •  • 2 549 mots

Dans le chapitre « De la Révolution à la Seconde Guerre mondiale »  : […] L'œuvre et la personne d'Akhmatova apparaissent en 1917 comme la quintessence de la culture aristocratique que symbolise Saint-Pétersbourg et dont la Révolution va sonner le glas. Son lyrisme personnel ne paraît guère à la mesure du cataclysme qui sera désormais au centre de la conscience russe. Pourtant, après octobre 1917, elle refusera de quitter son pays et se fera un devoir de partager le sor […] Lire la suite

CHOLOKHOV MIKHAIL (1905-1984)

  • Écrit par 
  • Jean PERROT
  •  • 2 414 mots

Dans le chapitre « La plume et la carabine »  : […] Mikhail Cholokhov est né en 1905 à Kroujilino (près du Don) d'une mère analphabète, descendante de ces serfs fugitifs qui ont peuplé la région. Son père est alors gérant de diverses maisons de commerce. Cholokhov partage la vie des Cosaques dépeinte dans la première partie du Don paisible . La guerre civile l'empêche de terminer ses études au gymnase, et à quinze ans il doit travailler. Successive […] Lire la suite

EHRENBOURG ILIA GRIGORIEVITCH (1891-1967)

  • Écrit par 
  • Jean CATHALA
  •  • 323 mots

Né à Kiev, mais Moscovite dès son plus jeune âge. Arrêté en 1907 pour activités subversives, Ehrenbourg va, après sa libération, s'établir à Paris, fréquente les révolutionnaires russes émigrés et les milieux littéraires parisiens ; il publie ses premiers vers, écrit ses premiers articles et rentre en Russie après la révolution de février 1917. De retour à Paris en 1921 comme correspondant de la p […] Lire la suite

NEKRASSOV VIKTOR PLATONOVITCH (1911-1987)

  • Écrit par 
  • Efim ETKIND
  •  • 1 182 mots

Le futur auteur du roman Dans les tranchées de Stalingrad , alors jeune officier de l'Armée rouge, a été blessé en juillet 1944 ; il s'est mis à écrire ses souvenirs militaires pour exercer sa main droite paralysée. C'est dans la grande revue moscovite Znamia ( Le Drapeau ) que le roman sera publié sous le titre de Stalingrad . Il jouira immédiatement d'une énorme popularité. Mais la critique off […] Lire la suite

POÈME SANS HÉROS, Anna Akhmatova - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Hélène HENRY
  •  • 1 100 mots

Dans le chapitre « Un poème de la chute et de la rédemption »  : […] Pourvu d'un abondant paratexte (épigraphes, préface, triple dédicace, introduction), Poème sans héros se divise en trois parties : « Mille neuf cent treize », « Intermezzo », « Épilogue ». La première partie est la seule à proposer une trame narrative, du reste très dramatisée : Akhmatova projetait d'en tirer un ballet ou un scénario. L'histoire prend comme point de départ un destin emblématique, […] Lire la suite

RUSSIE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Michel AUCOUTURIER, 
  • Marie-Christine AUTANT-MATHIEU, 
  • Hélène HENRY, 
  • Hélène MÉLAT, 
  • Georges NIVAT
  •  • 25 101 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Une littérature d'État »  : […] Les pratiques terroristes du RAPP font cependant obstacle au ralliement volontaire des « compagnons de route », et en particulier de Gorki, que Staline flatte et parvient en 1931 à faire revenir de Sorrente, où il réside depuis 1924. Le RAPP est dissous et désavoué par le parti en avril 1932. Mais l'orthodoxie esthétique qu'il a élaborée est reprise sous la dénomination édulcorée de «  réalisme so […] Lire la suite

SIMONOV CONSTANTIN MIKHAÏLOVITCH (1915-1979)

  • Écrit par 
  • Nicole ZAND
  •  • 754 mots

Né à Petrograd, fils d'un officier tsariste, Constantin Milhaïlovitch Simonov est l'un des plus importants écrivains soviétiques. Au sortir de l'école secondaire, il entre dans une école technique et devient, jusqu'en 1935, tourneur sur métaux. En même temps, pourtant, il publie ses premiers poèmes et, en 1938, termine ses études à l'Institut de littérature Gorki de Moscou, tandis que paraît son p […] Lire la suite

TVARDOVSKI ALEXANDRE TRIFONOVITCH (1910-1971)

  • Écrit par 
  • Jean CATHALA
  •  • 268 mots

Poète soviétique dont l'action personnelle a été déterminante dans l'évolution de la littérature, après le « dégel ». Fils d'un forgeron de village déporté comme koulak pendant la collectivisation, Tvardovski, dès son premier recueil de vers (1935) et avec son grand poème Le Pays de Mouravia , se classe parmi les rares écrivains de l'époque qui ont le sens de la réalité paysanne. À la tête d'un jo […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean CATHALA, « SOVIÉTIQUE LITTÉRATURE DE GUERRE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 janvier 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-de-guerre-sovietique/