NEKRASSOV VIKTOR PLATONOVITCH (1911-1987)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le futur auteur du roman Dans les tranchées de Stalingrad, alors jeune officier de l'Armée rouge, a été blessé en juillet 1944 ; il s'est mis à écrire ses souvenirs militaires pour exercer sa main droite paralysée. C'est dans la grande revue moscovite Znamia (Le Drapeau) que le roman sera publié sous le titre de Stalingrad. Il jouira immédiatement d'une énorme popularité. Mais la critique officielle se déchaîne : peut-on parler de la grande guerre patriotique en ne la voyant que d'une petite colline, du point de vue d'un simple fantassin ? Est-il permis d'ignorer les grands états-majors et de ne mentionner ni le rôle dirigeant du Parti communiste, ni celui du grand guide des peuples, du généralissime Staline ?

Victor Nekrassov n'avait pas encore l'habitude et l'expérience des bagarres littéraires : né en 1911, il avait fait, avant la guerre, ses études d'architecture à Kiev (jusqu'en 1936), sa ville natale, puis, après quelques années de conservatoire dramatique, il avait été comédien dans plusieurs théâtres de Kiev, de Vladivostok, de Kirov et de Rostov-sur-le-Don. Le jeune écrivain fut donc obligé de changer le titre de son roman : Stalingrad devint Dans les tranchées de Stalingrad. Mais, un beau jour de 1947, Nekrassov trouva avec stupéfaction son portrait dans La Pravda : le prix Staline lui était attribué... Il paraît que c'est le dictateur lui-même qui ajouta le nom de Nekrassov à la liste des lauréats. Dans une autobiographie publiée trente-cinq ans plus tard en Occident, Nekrassov raconte sans essayer d'expliquer l'irrationnel : « À partir de ce jour, mon livre devint un modèle. Toutes les maisons d'édition se mirent à l'éditer et le rééditer, les traducteurs à le traduire en toutes les langues imaginables, les critiques à chanter ses louanges, ayant parfaitement oublié qu'hier encore ils avaient accusé l'auteur de „pacifisme“ et de „remarquisme“ » (du nom de l'écrivain allemand Erich Maria Remarque, auteur du célèbre livre À l'Ouest rien de nouveau, 1929). Malgré ce succès officiel, une nouvelle édition du roman ne p [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur honoraire à l'université de Paris X-Nanterre, docteur d'État ès lettres et sciences humaines.

Classification


Autres références

«  NEKRASSOV VIKTOR PLATONOVITCH (1911-1987)  » est également traité dans :

RUSSIE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Michel AUCOUTURIER, 
  • Marie-Christine AUTANT-MATHIEU, 
  • Hélène HENRY, 
  • Hélène MÉLAT, 
  • Georges NIVAT
  •  • 25 103 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Du dégel à la dissidence »  : […] L'étouffement de toute création authentique entraîne une désaffection du public à laquelle le pouvoir lui-même est sensible. Seule la revue Novy Mir ( Nouveau Monde ), dirigée depuis 1950 par Tvardovski, parvient à offrir une image reconnaissable de la réalité soviétique, notamment dans les Rajonnye budni ( Jours de semaine du district , 1952) de V […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/russie-arts-et-culture-la-litterature/#i_91141

Pour citer l’article

Efim ETKIND, « NEKRASSOV VIKTOR PLATONOVITCH - (1911-1987) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/viktor-platonovitch-nekrassov/