RICHIER LIGIER (1500 env.-av. 1567)

Médias de l’article

Squelette de Bar, L. Richier

Squelette de Bar, L. Richier
Crédits : Peter Willi/ The Bridgeman Art Library/ Getty

photographie

Sépulcre, L. Richier

Sépulcre, L. Richier
Crédits : Peter Willi/ The Bridgeman Art Library/ Getty

photographie


Né à Saint-Mihiel en Lorraine sans doute dans les dernières années du xve siècle, Ligier Richier acquit, semble-t-il, très rapidement une grande réputation de sculpteur puisque, selon un texte de 1532, on le tenait alors pour « le plus expert et meilleur ouvrier en dict art que l'on vit jamais ». Sa première œuvre conservée serait le Retable de l'église d'Hattonchâtel (1523) ; par comparaison avec la Crucifixion qui forme le groupe central de ce retable, on lui a attribué les trois figures du Calvaire de Génicourt, le Christ entre les larrons de Saint-Pierre de Bar-le-Duc, et de façon peut-être imprudente un Christ à Notre-Dame de Bar-le-Duc. La Vierge de pitié d'Étain (Meuse) que l'on peut dater de 1528 (mais la signature que l'on y voit actuellement est apocryphe) est sans doute antérieure au Calvaire de Saint-Mihiel, dont il subsiste deux admirables morceaux (la Pâmoison de la Vierge, église Saint-Michel à Saint-Mihiel, et la Tête du Christ au Louvre). Le Calvaire de Briey (1534 ?), mieux conservé, est surtout connu pour la figure de la Madeleine agenouillée. Mais en 1533 Ligier Richier résidait à Nancy, au service de la famille ducale de Lorraine ; il semble avoir bénéficié de la protection du duc Antoine et de sa mère Philippe de Gueldre qui lui aurait commandé le Christ portant sa croix de Pont-à-Mousson et un crucifix conservé actuellement à la cathédrale de Nancy. C'est sans doute à la chapelle des Princes de la collégiale de Bar-le-Duc (1554) que l'artiste donna le meilleur de lui-même, mais il ne reste plus que quelques fragments de cet ensemble (dont une Tête de saint Jérôme et un Enfant Jésus, au Louvre) et c'est surtout le fameux « squelette de Bar », le « transi », emblème de la Résurrection dressé sur le tombeau de René de Chalon, prince d'Orange (mort en 1544) qui a rendu l'art [...]


pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : conservateur général chargé du département des Sculptures, musée du Louvre

Classification

Pour citer l’article

Jean-René GABORIT, « RICHIER LIGIER (1500 env.-av. 1567) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 septembre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ligier-richier/