LIECHTENSTEIN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

quelques données-clés.
Nom officielPrincipauté de Liechtenstein (LI)
Chef de l'Étatle prince Hans Adam II (depuis le 13 novembre 1989) 1
Note : Le 15 août 2004, le prince Hans Adam II a transmis à son fils aîné, le prince Aloïs, la gestion des affaires courantes, tout en conservant le titre de prince régnant.
Chef du gouvernementAdrian Hasler (depuis le 27 mars 2013)
CapitaleVaduz
Langue officielleallemand
Unité monétairefranc suisse (CHF)
Population39 200 (estim. 2021)
Superficie (km2)161

Le Liechtenstein est un État de 160 kilomètres carrés, situé entre les cantons suisses de Saint-Gall et des Grisons et la province autrichienne du Vorarlberg. Le Rhin lui sert de frontière commune avec la Suisse sur près de 30 kilomètres ; les Alpes, prolongement de la chaîne rhétique, forment une dorsale nord-sud culminant au Grausspitze (2 599 m). Sa population est de 36 800 habitants en 2013, dont 34 p. 100 d'étrangers (et, parmi ceux-ci, 30 p. 100 de Suisses). La capitale, Vaduz (5 070 hab.), est dominée par le « Burg » princier.

Liechtenstein : carte physique

Carte : Liechtenstein : carte physique

Carte physique du Liechtenstein. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Liechtenstein : drapeau

Dessin : Liechtenstein : drapeau

Liechtenstein. Les couleurs bleue et rouge des bandes horizontales s'inspirent de celles de la livrée du Prince. La couronne princière, d'or, a été ajoutée à ce drapeau en 1937 pour le distinguer de celui d'Haïti.N.B. Si le drapeau est suspendu verticalement, le bleu doit être vu à... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Vestige du Saint Empire, élevé au rang de principauté en 1719, le Liechtenstein, qui doit sa souveraineté à Napoléon Ier, est une monarchie constitutionnelle ; le prince régnant est assisté d'un gouvernement collégial de cinq membres, dirigé par un chef de gouvernement, véritable détenteur du pouvoir, et d'une diète de vingt-cinq membres. L'allemand y est la langue nationale et le catholicisme, religion d'État.

Au point de vue international, le Liechtenstein s'est uni par des liens très étroits à la Suisse (union douanière, monétaire et postale), qui en assure la représentation extérieure, mais il est néanmoins un État souverain.

Naissance de l'État

Peuplé à l'origine par les Rhètes, tribu celtique, le pays tombe, vers l'an 15 avant J.-C., sous la domination de Coire (Curia Rhaetorum), puis des Alamans (261). En 843, le traité de Verdun l'incorpore au duché de Souabe. Passant successivement entre les mains des familles de Montfort, Brandis, Sulz et Hohenems, les deux seigneuries de Schellenberg et Vaduz (aujourd'hui Oberland et Unterland), devenues « possessions immédiates d'Empire » en 1696, sont acquises par le prince Hans Adam de Liechtenstein, respectivement en 1699 et 1712. Le 23 janvier 1719, l'empereur Charles VI élève les deux seigneuries au rang de principauté d'Empire sous le nom de Liechtenstein, trois cent quarante-troisième État du Saint Empire. Les guerres de la Révolution et de l'Empire n'épargnent pas le pays ; en 1799 notamment, le général Masséna l'envahit et livre bataille aux Impériaux dans l'Unterland ; quatre mille morts restent sur le champ de bataille.

En l'incluant dans la Confédération du Rhin, en 1806, Napoléon lui donne la souveraineté. Incorporé, en 1818, dans la Confédération germanique, le Liechtenstein s'appuie de plus en plus sur la monarchie austro-hongroise et signe avec elle un traité d'union douanière en 1852. Le long règne de Johann II (1858-1929) est marqué par une lente modernisation du pays. Le dernier conflit auquel il participe – la guerre de 1866 entre l'Autriche et la Prusse, qui se termine par la défaite de Sadowa – met fin à la Confédération germanique, à la suite de quoi il supprime son armée. De la paix de Prague (1866) à l'effondrement de la Double-Monarchie en 1918, le Liechtenstein vit dans la dépendance de son puissant voisin ; malgré sa neutralité pendant la Première Guerre mondiale, sa symbiose économique et administrative avec l'Autriche lui apporte, vers la fin du conflit, la ruine et l'hostilité des puissances alliées et, par voie de conséquence, la révolution de 1921, l'introduction du franc suisse comme monnaie nationale et la prise du pouvoir par le Volkspartei, parti favorable à la rupture des liens étroits avec l'Autriche et à un rapprochement avec la Suisse.

Par une série d'accords passés de 1919 à 1923, le pays s'intègre dans la sphère économique et politique de la Suisse, qui assure sa représentation diplomatique à l'étranger, ainsi que son service postal. Il est alors incorporé au territoire douanier helvétique. Son existence et ses frontières sont officiellement reconnues par le traité de Saint-Germain (1919), mais sa candidature à la Société des Nations est rejetée.

Les inondations catastrophiques du Rhin au cours de l'hiver 1927, dues au manque d'entretien des turcies, et le krach de la Caisse d'épargne nationale de 1928 discréditent le Volkspartei qui doit céder la place au Bürgerpartei.

Peu de temps après l'annexion de l'Autriche au Reich allemand en 1938, le prince Franz Ier, qui a succédé à Johann II en 1929, abdique en faveur d'un neveu, Franz Josef II (1938-1989), dont le fils, Hans Adam II, est le souverain actuel.

Malgré la menace d'un mouvement nazi et une tentative de putsch en mars 1939, le peuple liechtensteinois, dans une très grande majorité, reste fidèle au prince et à son idéal de liberté. Profitant de sa neutralité, le Liechtenstein traverse l'époque du conflit mondial sans trop de dommage. À partir de 1950, le Liechtenstein connaît un développement industriel considérable (instruments de précision, technique du vide, chaudières, dents artificielles, industries alimentaires et textiles) ; corrélativement, la population agricole tombe de 30 à 1,4 p. 100. Des ressources substantielles proviennent également du tourisme et de la vente de timbres-poste. Mais l’essentiel des revenus de la principauté provient de ses organismes bancaires et financiers, et de l'imposition de sociétés étrangères attirées par un régime fiscal favorable. Le P.I.B. par habitant, de près de 140 000 dollars au début des années 2010, fait des citoyens du Liechtenstein une des populations parmi les plus riches au monde. La Suisse verse au Liechtenstein, au prorata de la population, les recettes provenant de l'impôt sur le chiffre d'affaires (I.C.H.A.) ainsi que les taxes douanières, en vertu de l'accord douanier.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

Liechtenstein : carte physique

Liechtenstein : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Liechtenstein : drapeau

Liechtenstein : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : docteur en droit (Paris), ancien juriste principal de l'Office des Nations unies à Genève

Classification

Autres références

«  LIECHTENSTEIN  » est également traité dans :

VADUZ

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 199 mots
  •  • 1 média

Capitale du Liechtenstein, située dans la vallée du Rhin, Vaduz compte 5 070 habitants (estim. 2006). Siège de l'une des deux seigneuries qui, avec Schellenberg, furent réunies pour former la principauté du Liechtenstein en 1719, Vaduz est un site touristique florissant où réside le prince régnant, dont le château surplombe le bourg. Mentionné dans un document datant de 1322 environ, détruit pend […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

20-28 mai 2021 Union européenne. Accord sur un « Certificat Covid numérique européen ».

Liechtenstein, membres de l’espace Schengen, ont également signé cet accord. Le 28, l’AEM autorise l’administration du vaccin Pfizer-BioNTech aux enfants de douze à quinze ans. Ce vaccin avait également été le premier à être autorisé pour les personnes de plus de seize ans, en décembre 2020. […] Lire la suite

7 mars 2021 Suisse. Votations fédérales sur la dissimulation du visage, l'identité numérique et l'accord avec l'Indonésie.

Liechtenstein) et l’Indonésie signé en décembre 2018. Enfin, ils rejettent, par 64,4 % des suffrages, la loi fédérale de septembre 2019 sur les services d’identification électronique, qui prévoyait la certification d’une identité numérique reconnue par l’État, mais délivrée par des organismes privés. Le taux de participation est légèrement supérieur […] Lire la suite

7 février 2021 Liechtenstein. Élections législatives.

Liechtenstein, qui en sont issus, obtiennent 11,1 % des suffrages et 2 députés. Le taux de participation est de 78 %.  […] Lire la suite

18 mai 2020 Royaume-Uni. Adoption de la loi réformant l'immigration des Européens.

Liechtenstein – et de la Suisse. Les nouvelles conditions d’immigration ne sont pas précisées. Une procédure de visa accélérée pour les personnels de santé est toutefois mise en place. […] Lire la suite

2-22 avril 2020 O.N.U. Adoption de résolutions relatives à la Covid-19 par l'Assemblée générale.

Liechtenstein et le Ghana est finalement soutenu par cent quatre-vingt-huit pays sur cent quatre-vingt-treize. Les cinq pays restants – la Russie, la République centrafricaine, Cuba, le Nicaragua et le Venezuela – soutiennent un texte allant dans le même sens, proposé par Moscou, qui réclame implicitement une levée des sanctions internationales qui […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre RATON, « LIECHTENSTEIN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/liechtenstein/