LIAISONS CHIMIQUESVue d'ensemble

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le diamant lui doit sa dureté, le caoutchouc son élasticité, et la pâte à choux sa consistance. Cohésions, textures, adhérences, fluidités ou au contraire rigidités en dérivent toutes. Les attractions qui s'exercent entre les atomes, quels que soient ces derniers et quel qu'en soit le nombre, relèvent de l'unique appellation de liaison chimique.

La notion de forces s'exerçant entre les grains de matière pour les solidariser est ancienne. Au moment de l'essor de la chimie, aux xviie et xviiie siècles, les philosophes étaient conscients de l'impuissance de la physique newtonienne à rendre compte de l'affinité chimique, comme on disait alors. Ils devinaient l'existence d'une force à courte portée, mais n'en savaient pas plus.

Dans le premier tiers du xixe siècle, l'enthousiasme suscité par la pile électrique d'Alessandro Volta et la puissance de l'outil qu'y trouve la science expérimentale font concevoir cette mystérieuse force chimique comme une union des contraires, ces contraires étant électriques. Le Suédois Jöns Jacob Berzelius (1779-1848), avec son dualisme électrochimique, se fit le chantre de ce retour de l'archétype platonicien, selon lequel tout objet naturel recherche son complément. Encore aujourd'hui, cette notion de l'attraction de charges électriques de signes opposés conserve toute sa vigueur. Néanmoins, et déjà du vivant de Berzelius, les contre-exemples se multiplièrent. Comment expliquer la liaison entre les deux atomes identiques de chlore Cl dans Cl2 ? Dès les années 1840, tel est le défi posé aux chimistes. L'avènement des formules structurales dans la période 1850-1860, le fait que chacune des molécules de la chimie organique comporte des liaisons carbone-carbone ne firent qu'aggraver l'impuissance à expliquer un très grand nombre de faits non redevables de l'union des contraires, cet état de choses perdurant jusqu'à l'époque de la Première Guerre mondiale.

Gilbert Newton Lewis, professeur à l'université de Californie, bâtit en 1916, sur la toute nouvelle physique atomique, une conceptualisation de la liaison chimique. Il émit l'idée de la paire d [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur honoraire à l'École polytechnique et à l'université de Liège (Belgique)

Classification

Autres références

«  LIAISONS CHIMIQUES  » est également traité dans :

LIAISONS CHIMIQUES - Liaison et classification

  • Écrit par 
  • André JULG
  •  • 8 330 mots
  •  • 7 médias

Le problème de la nature de la liaison chimique s'est posé dès que fut entrevue la structure discontinue de la matière. Depuis l'Antiquité, chaque époque s'y est intéressée, proposant des solutions adaptées à ses connaissances. Démocrite munissait les particules de petits crochets afin de leur permettre de se lier entre elles. Le Moyen Âge, abandonnant une description aussi simpliste, introduisit […] Lire la suite

LIAISONS CHIMIQUES - Liaison hydrogène

  • Écrit par 
  • André JULG
  •  • 3 324 mots
  •  • 2 médias

Les propriétés chimiques des composés possédant des groupements OH mettent en évidence l'existence d'associations entre les molécules par l'intermédiaire de ces groupements. L'énergie de ces associations est en général beaucoup plus faible que les énergies rencontrées pour les liaisons entre les divers atomes dans les molécules, si bien que les deux molécules associées, tout en étant perturbées, r […] Lire la suite

LIAISONS CHIMIQUES - Liaisons biochimiques faibles

  • Écrit par 
  • Antoine DANCHIN
  •  • 5 907 mots
  •  • 9 médias

La biologie a vu s'effacer depuis le début de ce siècle ce qui la séparait de la physique du fait que l'on s'est accordé à reconnaître qu'une modélisation en termes physico-chimiques pourrait, sans doute, expliquer les architectures et les processus qui caractérisent le vivant. Et plus particulièrement, c'est à la fin du premier quart du siècle que la description d'édifices atomiques complexes, le […] Lire la suite

ACIDES & BASES

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER, 
  • Pierre SOUCHAY
  •  • 12 609 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Liaisons chimiques »  : […] Le caractère acide d'une molécule HA repose principalement sur la nature de la liaison chimique entre H et le reste A de la molécule. […] Lire la suite

ADSORPTION

  • Écrit par 
  • Xavier DUVAL
  •  • 4 807 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Chimisorption »  : […] En chimisorption, les liaisons dans les molécules sont profondément modifiées par suite de la formation de liaisons chimiques avec l'adsorbant. L'objectif des recherches concerne principalement la description des espèces adsorbées et l'étude de leur stabilité, en relation avec leur rôle essentiel d'intermédiaires dans les réactions catalysées par les solides. La chimisorption traduit l'affinité ch […] Lire la suite

AMINOACIDES ou ACIDES AMINÉS

  • Écrit par 
  • Pierre KAMOUN
  • , Universalis
  •  • 3 481 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Propriétés individuelles des acides aminés »  : […] Dans un polypeptide et une protéine, il peut s'établir des liaisons très nombreuses non covalentes, de faible énergie, entre les liaisons peptidiques elles-mêmes et entre les radicaux, qui donnent au polypeptide leur conformation dans l’espace. Ces possibilités d’interactions sont dues aux radicaux R dont les propriétés distinguent nettement les acides aminés les uns des autres en leur conférant […] Lire la suite

ANTIMOINE

  • Écrit par 
  • Jean PERROTEY
  • , Universalis
  •  • 3 892 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Cortège électronique. Modes de liaison »  : […] Le cortège électronique de l'antimoine se compose de 2 électrons K, 8 électrons L, 18 électrons M et 18 électrons N qui constituent le cœur chimiquement inerte de l'atome. La couche externe O, de valence, possède cinq électrons répartis entre un doublet 5 s et 3 électrons non appariés, chacun sur une orbitale 5 p . L'atome d'antimoine est difficile à ioniser. Les antimoniures métalliques ont des […] Lire la suite

AROMATICITÉ

  • Écrit par 
  • André JULG
  •  • 4 724 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Structure électronique des molécules aromatiques »  : […] Avant d'aborder le problème de la structure des molécules aromatiques elles-mêmes, il est nécessaire de rappeler quelques résultats généraux obtenus par la mécanique ondulatoire dans l'interprétation de la liaison chimique. Dans un atome, les électrons ne peuvent avoir une énergie arbitraire, mais se placent au contraire sur des niveaux atomiques auxquels correspondent des énergies et des foncti […] Lire la suite

ARSENIC

  • Écrit par 
  • Jean PERROTEY
  •  • 4 537 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Cortège électronique, modes de liaison »  : […] Le cortège électronique de l'arsenic se compose de deux électrons K, huit électrons L et dix-huit électrons M, qui constituent le cœur chimiquement inerte de l'atome. La couche de valence possède cinq électrons, répartis en un doublet 4 s et trois électrons non appariés, chacun sur une orbitale 4 p (cf. tableau ). Ce cortège électronique offre plusieurs possibilités théoriques de liaison avec d […] Lire la suite

ATOME

  • Écrit par 
  • José LEITE LOPES
  •  • 9 238 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Atomes et forces atomiques »  : […] Tous les atomes et molécules neutres, suffisamment éloignés l'un de l'autre, s'attirent avec une force dont l'énergie potentielle varie comme l'inverse de la sixième puissance de la distance mutuelle. Ce sont les forces d'attraction de Van der Waals , responsables de la cohésion des atomes des liquides ou des gaz rares solidifiés, par exemple dans les cristaux moléculaires d'hydrogène solide. Ces […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre LASZLO, « LIAISONS CHIMIQUES - Vue d'ensemble », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/liaisons-chimiques-vue-d-ensemble/