LI SHANGYIN [LI CHANG-YIN] (813-858)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Li Shangyin a été longtemps quasi ignoré des sinologues occidentaux et même des chercheurs modernes chinois, il était trop à part de la poésie classique chinoise, trop difficile aussi pour être étudié autrement que de façon superficielle. Mais voici que depuis quinze ans plusieurs dizaines d'ouvrages et d'articles lui ont été consacrés en Extrême-Orient, et plusieurs sinologues occidentaux ont à la fois entrepris de lui vouer leurs recherches. Pourquoi cet intérêt ? Sans doute à cause de tous les problèmes qu'il pose.

Les raisons d'un échec

Li Shangyin n'a pas mené une existence très remarquable ; plusieurs points de sa biographie demeurent obscurs. Il vécut au dernier siècle des Tang, à une époque où la dynastie, déjà bien engagée sur la pente de la décadence, aux prises avec les luttes des factions, les intrigues des eunuques et les guerres intérieures et extérieures, essaie de subsister et parfois de reprendre une route ascendante. Né dans une famille de petit mandarinat, orphelin de bonne heure, Li Shangyin connut une adolescence pauvre et indépendante. Il se fait remarquer par sa culture et, à l'âge de seize ans, entre au service d'un personnage important de l'empire, membre du clan de la nouvelle classe dirigeante parvenue au pouvoir par la voie des examens. Après quatre années seulement dans ce milieu et plusieurs essais infructueux aux examens impériaux, il finit par voir son nom sur les listes des « lettrés accomplis » et entre dans l'entourage d'un nouveau protecteur qui est, lui, de l'autre faction, celle des grandes familles, et dont il épousera la fille : on a beaucoup discuté pour savoir si ce changement correspondait à une évolution de l'attitude politique du jeune poète. Il n'en est rien, semble-t-il, mais cela sera l'occasion pour les historiens anciens de condamner son instabilité et même son absence de principes. La carrière de Li Shangyin sera, en fait, peu brillante et restera soit aux échelons les plus bas de la hiérarchie mandarinale, à [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-VII, directeur de l'Institut des hautes études chinoises au Collège de France

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Yves HERVOUET, « LI SHANGYIN [LI CHANG-YIN] (813-858) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/li-shangyin-li-chang-yin/