LI TANG (XIe-XIIe s.) ET MA YUAN (XIIe-XIIIe s.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Étudiés isolément dans leurs manifestations les plus caractéristiques, le paysage des Song du Nord et celui des Song du Sud paraissent aux antipodes l'un de l'autre. Le premier est monumental, équilibré, impassible et classique, il cherche à créer un monde complet, saisi dans sa permanence et son universalité ; le représentant par excellence de cet idéal est Fan Kuan. Le second est plus sentimental et subjectif ; substituant la partie au tout, il suggère d'un pinceau elliptique et nerveux de façon tantôt élégiaque, tantôt dramatique, une réalité fragmentaire et momentanée ; sensible à l'impermanence des choses, il rompt délibérément le serein équilibre des forces naturelles au profit d'un contenu émotionnel plus intense ; cet art, que l'on peut qualifier de romantique, a trouvé son expression la plus accomplie dans l'œuvre de Ma Yuan et de Xia Gui. L'œuvre de Li Tang assure la liaison entre ces deux interprétations du paysage chinois.

Li Tang, un artiste de transition

Entre ces pôles opposés de la conception du paysage, il n'y a cependant pas eu rupture, mais au contraire évolution naturelle et continue. La cassure politique entre les Song du Nord et les Song du Sud fut sans incidence directe sur la peinture : après que Kaifeng fut tombée aux mains des Tartares, plusieurs des membres les plus doués de l'académie de Huizong – Li Tang, Li Di, Xiao Zhao, Su Hanchen – émigrèrent dans le Sud et, dans la nouvelle capitale de Hangzhou, vinrent former le noyau de l'académie réorganisée par Gaozong.

Entre tous ces artistes dont la carrière chevaucha deux âges, assurant ainsi la transition d'une époque à l'autre, Li Tang (actif à la fin du xie et durant le premier tiers du xiie siècle) présente une importance toute particulière : distingué d'abord par Huizong à Kaifeng, honoré dans sa vieillesse par Gaozong à Hangzhou, héritier des premiers grands paysagistes du Sud (Ma Yuan et Xia Gui), sa personne et son œuvre forment un pont au-dessus du fossé creusé par les événements historiques.

À l'intérieur de son œuvre même, une évolution est perceptible ; le Son du vent dans les pins [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : reader, Department of Chinese, Australian National University

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre RYCKMANS, « LI TANG (XIe-XIIe s.) ET MA YUAN (XIIe-XIIIe s.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/li-ma/