HAMILTON LEWIS (1985- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le 2 novembre 2008, à l'issue d'un Grand Prix du Brésil au dénouement incroyable, le Britannique Lewis Hamilton est devenu, à vingt-trois ans, neuf mois et vingt-six jours, le plus jeune champion du monde de formule 1. Il est également devenu le premier pilote de couleur à conquérir le plus prestigieux des titres du sport automobile. Tous les ingrédients pour évoquer une incroyable success-story sont certes réunis, mais ce triomphe n'a rien d'un conte de fées : il est le fruit d'années de travail acharné, sous la houlette de Ron Dennis et Martin Whitmarsh, deux hommes qui ont permis au talent du jeune homme de s'épanouir tout en lui évitant de brûler les étapes.

Lewis Hamilton est né le 7 janvier 1985 à Stevenage (Hertfordshire), à une cinquantaine de kilomètres au nord de Londres. Le garçon débute par le karting à l'âge de huit ans et se distingue rapidement. Le gamin rencontre Ron Dennis et n'hésite pas à déclarer en 1996 au patron de l'écurie McLaren : « Un jour, je piloterai pour vous. » Impressionné, Ron Dennis lui fera signer par la suite un contrat de longue durée et McLaren investira pour lui 4 millions de dollars avant de le faire débuter en formule 1.

Lewis Hamilton fait ses débuts de pilote automobile en 2002, dans le Championnat de formule Renault. Dennis et Whitmarsh le couvent. Le père du jeune homme, Anthony Hamilton, souhaiterait que son fils tâte déjà de la formule 3, mais Whitmarsh refuse, estimant que Lewis Hamilton est trop jeune. En 2003, Hamilton dispute donc de nouveau le Championnat de formule Renault, et le remporte. 2004 est l'année de ses débuts en formule 3 Euroseries (une victoire). Une nouvelle fois, Whitmarsh estime qu'il est trop tôt pour lui faire franchir un palier, c'est-à-dire disputer le Championnat GP 2 (une compétition qui a remplacé la formule 3000 et constitue l'antichambre de la formule 1). McLaren le confie à l'écurie ART. Grand Prix, dirigée par Frédéric Vasseur. Ce choix est le bon, puisque Lewis Hamilton remporte quinze victoires et est champion du monde de formule 3 Euroseries en 2005. En 2006, Hamilton remporte le Championnat GP 2 (5 victoires), toujours au volant d'une monoplace du team ART Grand Prix.

Le soutien de McLaren s'est donc avéré essentiel dans la progression du pilote. Dès ses débuts, Hamilton s'est vu déchargé de tout souci financier, sa formation de pilote et tous les frais liés à la compétition étant pris en charge par l'écurie britannique. Mais, chaque nouveau palier correspondait à un nouveau contrat tacite : un an pour apprendre, un an pour remporter le titre.

Selon cette formule établie depuis longtemps, son succès en GP 2 en 2006 lui permettait déjà de franchir le palier suivant et lui ouvrait donc les portes de la formule 1. Une nouvelle fois, rien n'est laissé au hasard : ses patrons le logent dans un appartement situé près de Woking, siège de McLaren ; mécaniciens et ingénieurs lui enseignent la technique et les réglages d'une formule 1 ; il suit une préparation physique intense. Jamais, sans doute, un débutant n'avait été aussi bien préparé à la formule 1.

En 2007, ses débuts sont tonitruants. Son coéquipier se nomme Fernando Alonso et est tout simplement champion du monde en titre. Dans l'esprit de Ron Dennis et Martin Whitmarsh, l'expérience d'Alonso doit aider Hamilton à progresser. Alonso prendra ombrage du peu de considération que lui valent ses deux titres mondiaux et du statut quasi privilégié dont bénéficie Hamilton au sein de l'écurie britannique. Le titre mondial aurait pu échoir à Hamilton dès cette année-là. Il se trouve en tête du classement avant la dernière course de la saison, le Grand Prix du Brésil (4 points d'avance sur Alonso, 7 par rapport à Räikkönen). Mais il commet une erreur dès le premier virage en tentant de déborder Alonso, puis est victime d'une défaillance de sa boîte de vitesses, termine finalement septième de cette course remportée par Räikkönen et laisse échapper le titre pour un point (110 points pour le Finlandais, 109 pour Hamilton comme pour Alonso). L'année « pour apprendre », sans doute, comme depuis le début de sa carrière...

La saison 2008 voit donc sa consécration. Il remporte cinq victoires, mais il aurait néanmoins, une nouvelle fois, pu laisser filer la couronne mondiale à l'occasion du Grand Prix du Brésil. Il compte alors 94 points, contre 87 au Brésilien Felipe Massa, sur Ferrari. L'équation est simple : une [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : historien du sport, membre de l'Association des écrivains sportifs

Classification

Autres références

«  HAMILTON LEWIS (1985- )  » est également traité dans :

RÄIKKÖNEN KIMI (1979- )

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 1 192 mots

Pilote automobile finlandais né le 17 octobre 1979 à Espoo. Le 21 octobre 2007, Kimi Räikkönen, au volant de sa Ferrari, est devenu champion du monde de formule 1 à l'issue d'un improbable scénario. En effet, au départ du Grand Prix du Brésil, la dernière course de l'année, il lui faut, pour conquérir le titre, non seulement remporter l'épreuve, mais aussi bénéficier de la défaillance de ses deux […] Lire la suite

SPORT - L'année 2020

  • Écrit par 
  • Félicien BONCENNE
  •  • 7 540 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Sport automobile : Hamilton au septième ciel »  : […] La 71 e  édition du Championnat du monde de formule 1 n’a pas échappé aux perturbations liées à la pandémie de Covid-19. Prévue à partir du 15 mars en Australie, elle a finalement commencé le 5 juillet en Autriche. Dix-sept Grands Prix seulement se sont courus, sur les vingt-deux initialement prévus, et tout le Championnat s’est déroulé sans public. La très grande majorité des courses a eu lieu en […] Lire la suite

SPORT - L'année 2019

  • Écrit par 
  • Félicien BONCENNE
  •  • 11 707 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Sport automobile : le règne sans partage de Lewis Hamilton et la révélation Charles Leclerc »  : […] Lewis Hamilton, déjà sacré champion du monde à cinq reprises, a une fois encore dominé ses adversaires sur les circuits de formule 1 en 2019 : avec onze victoires, le pilote britannique a remporté plus de la moitié des Grand Prix disputés. Une domination rendue possible grâce à la supériorité de son écurie Mercedes face à ses principaux concurrents, notamment Ferrari au sein de laquelle la rivali […] Lire la suite

SPORT - L'année 2018

  • Écrit par 
  • Félicien BONCENNE
  •  • 10 001 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Sport automobile : Lewis Hamilton dans la légende »  : […] Marquée par l’apparition d’un nouveau système sur les monoplaces de protection frontale du cockpit baptisé « halo » pour optimiser la sécurité des pilotes, quelques années après le décès du Français Jules Bianchi à la suite d’un traumatisme crânien, la soixante-neuvième édition du Championnat du monde de formule 1 a vu triompher, comme la saison passée, le Britannique Lewis Hamilton sur Mercedes . […] Lire la suite

SPORT - L'année 2017

  • Écrit par 
  • Félicien BONCENNE
  •  • 11 328 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Formule 1 : quatrième titre pour Lewis Hamilton »  : […] Sacré en 2016 au volant d’une Mercedes, l’Allemand Nico Rosberg a décidé dans la foulée et à la surprise générale de mettre un terme à sa carrière de pilote. Le Championnat du monde de formule 1 2017 s’est donc couru en l’absence du champion en titre, une première depuis 1994 et la retraite d’Alain Prost. Dépossédé de la couronne mondiale par son rival, qui était aussi son coéquipier au sein de l’ […] Lire la suite

SPORT - L'année 2016

  • Écrit par 
  • Félicien BONCENNE
  •  • 7 837 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Formule 1 : les Mercedes intouchables, première et dernière couronne pour Nico Rosberg »  : […] L’écurie Mercedes, dominatrice depuis son premier titre de champion du monde des constructeurs en 2014, a encore étouffé la concurrence en 2016. Les « flèches d’argent » ont démontré leur supériorité tout au long de l’année, ne laissant échapper que deux victoires en vingt et un grand prix disputés, tout en y ajoutant vingt pole positions. Ces résultats constituent deux nouveaux records pour l'écu […] Lire la suite

SPORT - L'année 2008

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 3 998 mots

Dans le chapitre « Formule 1 »  : […] Il n'est certes pas inédit que le titre mondial se joue dans le dernier grand prix de l'année. Mais c'est la première fois qu'un pilote récupère la couronne dans l'ultime virage de la dernière course de la saison. À Interlagos (Brésil), Lewis Hamilton a obtenu une cinquième place qui lui offrait le titre, en dépassant Timo Glock, en difficulté avec ses pneumatiques sous la pluie, à quelques hect […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre LAGRUE, « HAMILTON LEWIS (1985- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/lewis-hamilton/