RÄIKKÖNEN KIMI (1979- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Pilote automobile finlandais né le 17 octobre 1979 à Espoo. Le 21 octobre 2007, Kimi Räikkönen, au volant de sa Ferrari, est devenu champion du monde de formule 1 à l'issue d'un improbable scénario. En effet, au départ du Grand Prix du Brésil, la dernière course de l'année, il lui faut, pour conquérir le titre, non seulement remporter l'épreuve, mais aussi bénéficier de la défaillance de ses deux rivaux : il compte en effet 7 points de retard au classement sur le Britannique Lewis Hamilton et 4 sur l'Espagnol Fernando Alonso, tous deux sur McLaren. Pour être titré, Räikkönen doit donc s'imposer ; mais Alonso ne doit pas se classer deuxième et Hamilton doit terminer au-delà de la sixième position. Or cet imbroglio mathématique va sourire à Räikkönen, souvent malchanceux dans le passé comme en début d'année 2007. Räikkönen et son coéquipier de la Scuderia Ferrari, le Brésilien Felipe Massa, qui se classe deuxième, remplissent leur contrat, contrairement aux deux pilotes McLaren. Hamilton commet en effet une erreur dès le départ, en tentant de déborder Alonso, puis il est victime d'une défaillance de sa boîte de vitesses. Il sera septième. Alonso, pourtant régulier, ne peut pas rivaliser avec les Ferrari. Il se classera troisième, à 57 secondes de Räikkönen.

Comme nombre de pilotes, Kimi Räikkönen débute par le karting, dès l'âge de huit ans. Il obtient rapidement quelques succès et est vice-champion de Finlande junior de karting en 1993. En 1997, il remporte le titre national en classe A. En 1999, il tâte de la course automobile, participant au Championnat de formule Renault, pour le team Haywood Racing, puis pour l'écurie Manor Motorsport. Il brille et est remarqué par Peter Sauber, qui l'engage en 2001 pour piloter en formule 1 une de ses deux monoplaces. Au volant d'une automobile peu performante, il obtient quelques résultats intéressants. À la fin de cette année-là, son compatriote Mika Häkkinen, pilote de l'écurie McLaren, décide de s'accorder une année sabbatique – en fait, il s'agira d'une retraite définitive. Pour le remplacer chez McLaren, il propose au directeur de l'écurie, Ron Dennis, d'engager Räikkönen. Ron Dennis l'écoute, ce qui va permettre à Räikkönen d'évoluer au sein d'une des meilleures équipes de formule 1.

Néanmoins, les débuts s'avèrent difficiles. En 2002, les performances de la McLaren MP4-17 sont décevantes ; mais Räikkönen prend souvent le meilleur sur son coéquipier, l'expérimenté Britannique David Coulthard.

Le 23 mars 2003, Räikkönen remporte sa première victoire en formule 1 : il s'adjuge le Grand Prix de Malaisie à Sepang. Extrêmement régulier (il monte dix fois sur le podium), le jeune Finlandais est, en cette année 2003, le rival le plus sérieux de Michael Schumacher. Il se classe deuxième du Championnat du monde, derrière le maître allemand. Après une saison 2004 décevante (une victoire, septième place du Championnat du monde), Räikkönen se trouve de nouveau en mesure de lutter pour le titre en 2005. Cette année-là, il remporte sept grands prix. Mais il est plusieurs fois trahi par la mécanique ; en outre, l'écurie McLaren refuse de donner des consignes d'équipe durant les courses, si bien que son « coéquipier », le Colombien Juan Pablo Montoya, est pour lui davantage un rival qu'un allié. Finalement, Räikkönen est devancé par l'Espagnol Fernando Alonso, sur Renault (133 points contre 112), qui s'est pourtant adjugé une victoire de moins que le Finlandais, mais qui a pu bénéficier du soutien total de son écurie et de l'aide de son coéquipier, l'Italien Giancarlo Fisichella.

L'année 2006 est difficile pour le Finlandais (aucune victoire, cinquième place au Championnat du monde). Mais une nouvelle opportunité s'offre à lui : Michael Schumacher prend sa retraite sportive, et la Scuderia Ferrari doit lui trouver un successeur. Attiré par ce challenge – et sans doute déçu par McLaren, qui ne l'a pas véritablement soutenu dans sa quête du titre mondial en 2005 et ne lui a pas fourni une monoplace compétitive l'année suivante –, Räikkönen s'engage avec l'écurie au cheval cabré. Certains pensaient que succéder au « Baron rouge » pourrait s'avérer complexe pour le Finlandais. Il va prouver le contraire. Pourtant, s'il remporte la première course de l'année en 2007, il est par la suite victime de divers inci [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : historien du sport, membre de l'Association des écrivains sportifs

Classification

Autres références

«  RÄIKKÖNEN KIMI (1979- )  » est également traité dans :

SPORT - L'année 2007

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 3 915 mots

Dans le chapitre « Formule 1 »  : […] Le Championnat du monde fut passionnant sur le plan sportif, mais délétère en coulisse. Le Finlandais Kimi Räikkönen, souvent malchanceux dans le passé, a conquis son premier titre mondial lors de la dernière course de l'année, à l'issue d'un improbable scénario – il devait à la fois gagner ce Grand Prix du Brésil, compter sur une grave défaillance du leader, le jeune prodige britannique Lewis H […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre LAGRUE, « RÄIKKÖNEN KIMI (1979- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/kimi-raikkonen/