LEUCORRHÉES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

On nomme leucorrhées des écoulements normaux ou anormaux perçus à l'extrémité inférieure du vagin et qui ne contiennent pas de sang.

Les leucorrhées physiologiques sont constituées de la glaire cervicale « blanc d'œuf », à laquelle se mêlent les cellules desquamées du col et du vagin, donnant ainsi un enduit blanchâtre. Ce phénomène est plus ou moins accentué selon les périodes du cycle œstral (plus important en phase préovulatoire), et selon les sujets.

Dans une leucorrhée physiologique, aucune thérapeutique n'est à entreprendre en l'absence de lésions. L'électrocoagulation de l'endocol est à proscrire.

Les leucorrhées pathologiques sont un signe d'infection et doivent être analysées avec soin. Elles peuvent être mousseuses, ou caillebotées, ou plus liquides, parfois nauséabondes, ou être blanches, jaunâtres, verdâtres, etc. L'examen au spéculum notera aussi l'aspect du col et l'association éventuelle de pus dans l'endocol, ce qui peut orienter le diagnostic étiologique.

L'aspect clinique et colposcopique peut déjà être évocateur de trichomonase ou de mycose, qui nécessitent un traitement spécifique que l'on pourra entreprendre d'emblée.

Si nécessaire, un examen microscopique direct à l'état frais entre lame et lamelle confirmera le diagnostic conduisant ainsi à l'examen bactériologique en laboratoire pour rechercher des germes ou des parasites responsables. L'existence de polynucléaires altérés en grand nombre, donc de pus, signe l'infection, même si les germes isolés ne sont pas, a priori, pathogènes.

Chez la petite fille, une leucorrhée, associée à une vulvite, est pathologique et doit faire chercher une contamination familiale ou la présence d'un corps étranger intravaginal.

Chez la patiente âgée, la leucorrhée, souvent jaune foncé, s'explique en partie par l'atrophie cervico-vaginale, qui rend les muqueuses moins aptes à se défendre contre les germes : au traitement anti-infectieux on adjoindra donc un traitement hormonal, local en général, qui rendra la guérison rap [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  LEUCORRHÉES  » est également traité dans :

TRICHOMONASES

  • Écrit par 
  • Yves GOLVAN
  •  • 640 mots

Maladies parasitaires provoquées par l'infestation de trois espèces distinctes de Protozoaires flagellés, Trichomonas vaginalis, qui vit dans la sphère urogénitale, Trichomonas intestinalis, hébergé dans l'intestin, et Trichomonas tenax, hôte de la cavité buccale […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/trichomonases/#i_80478

VAGINITE

  • Écrit par 
  • Jules SCEMLA
  •  • 760 mots

Inflammation de la muqueuse vaginale par des agents pathogènes très variés qui conditionnent l'allure clinique, l'évolution et le traitement de cette infection. Toujours bénignes, mais très fréquentes à tous les âges, les vaginites sont tantôt primaires (contaminations sexuelles), tantôt secondaires (infections utérine, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vaginite/#i_80478

Pour citer l’article

Paul-François LEROLLE, « LEUCORRHÉES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/leucorrhees/