LES VOYAGES DE TURNER(repères chronologiques)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

  • 1794 Première excursion de Turner, dans le centre de l'Angleterre, dans le seul but de trouver des paysages ou des monuments susceptibles d'être gravés. Elle sera suivie de nombreuses autres, toujours en Grande-Bretagne, pays alors en guerre avec la France où il ne lui est pas possible de se rendre comme sur le reste du continent : sud du pays de Galles et île de Wight (1795), nord de l'Angleterre et région des Lacs (1797), Kent et Galles du nord (1798), Lancashire et Galles du nord (1799), Écosse (1801). Toute sa vie il sillonnera les îles Britanniques.

  • 1799 Turner devait partir en Grèce avec lord Elgin pour exécuter sur place des dessins topographiques, mais les deux hommes n'arrivent pas à s'accorder sur les conditions du voyage.

  • 1802 La paix d'Amiens permet à Turner de se rendre pour la première fois de sa vie sur le Continent. Il visite Paris, le Louvre – qui possède des œuvres venues d'Italie et des autres pays vaincus par la France – les ateliers parisiens, en particulier celui de David où sont exposées Les Sabines. Il se dirige ensuite, par Lyon, vers les Alpes françaises et la Suisse, faisant des étapes au retour par Lucerne, Zurich et Bâle.

  • 1803 Turner expose à la Royal Academy le premier tableau commémoratif de son séjour en France, La Jetée de Calais. Désormais chacun de ses voyages sera l'occasion d'une ou de plusieurs toiles plus ou moins en rapport avec ses souvenirs.

  • 1811 Commande d'une série d'aquarelles destinées à la gravure pour le recueil Picturesque Views on the Southern Coast of England, qui sera définitivement achevé en 1823.

  • 1817 Turner traverse la Manche pour la deuxième fois : il visite la Belgique, et le champ de bataille de Waterloo, la vallée du Rhin de Cologne à Mayence (dont il exécute plus de cinquante aquarelles), et enfin les principales villes des Pays-Bas. Il s'inspirera de ces différentes haltes pour des tableaux qui comptent parmi ses plus célèbres, comme l'hommage qu'il rend à la peinture hollandaise dans Dort ou Dordrecht. À la suite de ce voyage l'éditeur W. B. Cooke lui commande douze dessins du Rhin destinés à être gravés, commande portée en 1819 à trente-six compositions.

  • 1819-1820 Turner visite l'Italie, qu'il ne connaissait pas encore. En passant par la France (Calais, Paris et Lyon), il visite de nombreuses villes en Italie : Turin, Milan, Venise, Bologne, Rome, Naples, Pompéi et Paestum. À son retour, il passe par Florence et Turin puis il rentre en France par le col du Mont-Cenis. Il enregistre ses impressions dans des croquis et des notes dont il se servira ensuite dans de nombreux sujets classiques, s'appuyant en même temps sur les peintures de Poussin et de Claude Lorrain. Il reviendra plusieurs fois en Italie, en 1828-1829 (Gênes, Florence, Rome, Ancône et Turin), en 1833 (Venise), en 1836 (Val d'Aoste), en 1840 (Venise).

  • 1821 Turner remonte la Seine de Rouen à Paris. Il reviendra plusieurs fois en France dans les années suivantes, souvent aux mêmes endroits tout en explorant de nouveaux paysages, notamment en 1826 (Normandie, Picardie, Val de Loire, Bretagne), en 1829 (Paris et vallée de la Seine, Normandie et îles Anglo-Normandes), en 1832 (Paris et la Seine). La France est un des pays qu'il a le plus visités.

  • 1822 En août, Turner se rend à nouveau en Écosse, et notamment à Édimbourg, afin de préparer un ensemble de peintures destinées à la gravure, pour commémorer la visite du roi George IV. Il s'y était déjà rendu en 1818 pour discuter, avec Walter Scott, des illustrations destinées aux Provincial Antiquities of Scotland.

  • 1823 Les premières gravures des Rivers of England, d'après les dessins de Turner, sont publiées. Des recueils de gravure à partir des dessins exécutés par l'artiste durant ses différents voyages en Grande-Bretagne paraîtront ensuite régulièrement : Picturesque Views in England and Wales, 1825 ; Ports of England, 1826.

  • 1825 Turner, qui visite de nouveau les Pays-Bas, découvre pour la première fois les vallées de la Meuse et de la Moselle. Il voyage également en Belgique (Liège, Anvers, Bruges). Il fera à peu de choses près les mêmes haltes en 1834.

  • 1833 Par la Baltique, Stettin, Berlin, Dresde, Prague et Vienne, Turner se rend à Venise. L'éditeur Charles Heath annonce la série des Great Rivers of Europe ou River Scenery of Europe dans la série des Annual Tours que l'on publiait régulièrement à partir des dessins faits par Turner pendant ses voyages. Mais comme beaucoup d'entreprises analogues, celle-ci avorta rapidement, puisqu'on ne publia en fait que deux volumes, le voyage sur la Loire puis le voyage sur la Seine, en juin et en décembre 1833.

  • 1836 Turner se déplace en France et surtout en Suisse, qui va devenir pour lui une source d'inspiration privilégiée.

  • 1840 Par Rotterdam, Turner remonte le Rhin avant de se rendre à Venise ; il revient par la Bavière.

  • 1841 Turner passe la fin de l'été et le début de l'automne en Suisse. Il y reviendra à plusieurs reprises en 1842, 1843 et 1844.

  • 1845 Dernier voyage de Turner en dehors de la Grande-Bretagne, il se rend à Dieppe et sur les côtes de Normandie du nord et de Picardie. Reconnu alors qu'il voyageait incognito, il est invité par le roi Louis-Philippe dans son château d'Eu.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Pour citer l’article

Barthélémy JOBERT, « LES VOYAGES DE TURNER - (repères chronologiques) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/les-voyages-de-turner-reperes-chronologiques/