TESSIN LES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La famille suédoise des Tessin offre un cas d'exceptionnelle ascension sociale. Nicodème Ier Tessin (1615-1681) est un architecte, son fils Nicomède II (1654-1728) aussi et son petit-fils Charles-Gustave (1695-1770) devient un grand personnage, diplomate et ministre, tout en restant un amateur d'art fort éclairé.

Nicodème Ier est l'auteur de plusieurs palais pour la cour de Suède ; il élève, en 1653, celui de Riddarholmen et surtout, en 1662-1686, celui de Drottningholm. Sa manière s'inspire visiblement des exemples donnés en France par Le Vau ou François Mansart, en particulier dans la façon d'ordonner de gros pavillons qui articulent vigoureusement le corps des édifices.

Palais de Drottningholm

Palais de Drottningholm

photographie

Palais de Drottningholm, île de Lovön, lac Malären, à l'ouest de Stockholm. Architecte : Nicodème Ier Tessin. 

Crédits : Ken Welsh, Bridgeman Images

Afficher

Nicodème II est nettement plus imbu d'italianisme et semble avoir été spécialement sensible à l'influence de Bernin. C'est à lui qu'il revient de reconstruire le palais royal de Stockholm après l'incendie de 1697. La composition s'ordonne autour d'une très grande cour, pouvant servir au déploiement des fêtes et des défilés ; c'est là un trait que l'on rencontre fréquemment dans les palais que se font édifier les monarchies que l'on pourrait dire nouvelles dans l'Europe du Nord. L'usage d'une gigantesque colonnade destinée à scander la façade constitue une réminiscence manifeste de Bernin. Il est aussi l'auteur du palais Tessin à Stockholm (1703). Dans la grande galerie, décorée avec l'aide d'une équipe d'artistes français, il introduit le style « versaillais ».

Le rôle de Charles-Gustave comme collectionneur a été essentiel pour le patrimoine suédois. Connaissant bien la France, où il avait été ambassadeur, Tessin était lié avec beaucoup d'artistes parisiens, et des plus importants, comme Boucher. Si les musées de Stockholm sont si riches en tableaux et dessins français du xviiie siècle, c'est à Charles-Gustave Tessin qu'ils le doivent. Soucieux d'encourager la pratique des arts dans son pays même, Tessin est d'autre part le fondateur de l'Académie royale de dessin à Stockholm (1735).

—  Georges BRUNEL

Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, agrégé de lettres, conservateur des objets d'art des églises de la Ville de Paris

Classification


Autres références

«  TESSIN LES  » est également traité dans :

BAROQUE

  • Écrit par 
  • Claude-Gilbert DUBOIS, 
  • Pierre-Paul LACAS, 
  • Victor-Lucien TAPIÉ
  •  • 20 831 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « France »  : […] Quand on pense à cet aspect de théâtre populaire et religieux qu'a pris en effet le baroque dans diverses sociétés régionales, on se trouve conduit en France au problème qu'y pose la décoration des églises par des retables aux xvii e et xviii e siècles. Il fait mieux comprendre l'impossibilité d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/baroque/#i_4871

Pour citer l’article

Georges BRUNEL, « TESSIN LES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-tessin/