STROZZI LES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Famille florentine, d'origine populaire, connue à partir de la fin du xiiie siècle avec l'« ancêtre », Strozza di Ubaldino. Des Strozzi occupent assez régulièrement des charges importantes dans le gouvernement de la République (93 prieurs, 16 gonfaloniers de justice) ; mais aucun homme politique de grande envergure ne se dégage parmi eux. Leur position était liée, comme toujours dans la Florence médiévale, à leur fortune de grands négociants qui s'était élaborée au cours du xive siècle (surtout après les faillites des compagnies les plus anciennes, en 1345), grâce notamment à la forte position qu'ils avaient acquise à Lyon. Membres, au xve siècle, de l'oligarchie dirigeante, ils sont liés aux Albizzi, adversaires des Médicis : aussi Côme l'Ancien fait-il exiler Palla Strozzi, pourtant fort modéré, dès qu'il prend le pouvoir (1434). Réfugié à Padoue, Palla fait de sa maison un centre du renouveau de l'hellénisme. Son fils, Filippo Ier (1426-1491), rétablit la fortune familiale en fondant une nouvelle banque à Naples : il peut ainsi, une fois rentré à Florence (1466), faire élever le palais Strozzi par Benedetto da Maiano. Au xvie siècle, la rupture avec les Médicis, devenus ducs de Toscane, devient irrémédiable : en 1537, Filippo II, bien que marié à une nièce de Laurent le Magnifique, tente, à la mort du duc Alexandre, de marcher sur Florence avec un petit groupe de républicains, comptant sur un soulèvement populaire contre le nouveau duc, Côme Ier ; battu, il se suicide en prison. Ses enfants, Piero (1510-1558) et Leone (1515-1554), seront l'un maréchal de France, l'autre capitaine général des galères de France et vainqueur d'Andrea Doria devant Marseille (1547).

Assez tôt, la famille s'était divisée en de multiples branches, fixées notamment à Ferrare et à Mantoue. Certains rameaux se sont éteints dès le xve siècle ; d'autres ont duré jusqu'au xviiie siècle, voire jusqu'à 1805 pour l'un d'eux.

—  Gérard RIPPE

Écrit par :

Classification


Autres références

«  STROZZI LES  » est également traité dans :

LORENZACCIO, Alfred de Musset - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Didier MÉREUZE
  •  • 1 112 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un théâtre de la démesure »  : […] La démesure. C'est le premier mot qui vient ici à l'esprit. Jamais représentée dans son intégralité – et par là même à chaque fois « adaptée » –, cette « pièce de théâtre » semble n'ouvrir que des portes qui donnent sur des abîmes. Sans doute, existe-t-il bien un fil rouge : le meurtre du duc de Florence sous les coups de Lorenzaccio, qui joue double jeu et se fait passer pour son compagnon de déb […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lorenzaccio/#i_14940

Pour citer l’article

Gérard RIPPE, « STROZZI LES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-strozzi/