STARHEMBERG LES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Famille d'aristocrates autrichiens, originaire de l'actuelle Haute-Autriche, qui appartient à ce groupe de grands seigneurs possessionnés dans le pays avant l'établissement des Habsbourg : les apôtres. Deux des Starhemberg se sont illustrés dans l'histoire générale du pays, l'un au xviie siècle, l'autre au xxe siècle. Ernst Rüdiger (1638-1701) passe pour le défenseur de Vienne lors du siège turc de 1683. Gouverneur de la ville, il a, certes, galvanisé le courage des habitants et des soldats, mais l'historiographie autrichienne a exagéré son rôle au détriment d'autres généraux (en particulier le Tchèque Kaplirš). Quelques années plus tard, en 1702, l'un de ses cousins devient président de la Chambre des comptes, c'est-à-dire responsable des finances de l'empereur ; on rencontre en effet fréquemment des Starhemberg dans les offices de finances (en dépit de leur naissance). Mais, à la différence de bien d'autres familles, les Starhemberg feront parler d'eux en Autriche après la chute de la monarchie. En effet, à partir de 1927 le prince Ernst (1899-1956) prend la tête d'une milice armée, les Heimwehren, dont le but avoué est l'écrasement de la social-démocratie autrichienne. Soutenu par les milieux patronaux, il organise des « syndicats indépendants ». Par le serment de Kornenburg, du 18 mai 1930, le mouvement prend un caractère fasciste et antiparlementaire. La crise mondiale et les maladresses de ses partenaires font du prince Ernst Starhemberg un soutien essentiel du chancelier Dollfuss, dont il partage la haine pour l'Allemagne nazie. Après l'assassinat de Dollfuss, le rôle de Starhemberg va en diminuant. Refusant l'Anschluss, il part pour l'Argentine et ne regagnera l'Autriche qu'en 1955.

Ernst Starhemberg

photographie : Ernst Starhemberg

photographie

Le prince autrichien Ernst Starhemberg (1899-1956). Leader d'une milice au caractère fasciste et antiparlementaire, il refusera pourtant l'Anschluss et s'exilera en 1938. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

—  Jean BÉRENGER

Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Autres références

«  STARHEMBERG LES  » est également traité dans :

AUTRICHE

  • Écrit par 
  • Roger BAUER, 
  • Jean BÉRENGER, 
  • Annie DELOBEZ, 
  • Christophe GAUCHON, 
  • Félix KREISSLER, 
  • Paul PASTEUR
  •  • 34 054 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « La Marche orientale de l'Empire germanique (Xe-XIIIe s.) »  : […] Un des meilleurs historiens de l'Autriche, le bénédictin H. Hantsch, fait commencer l'histoire du pays à la création de la Marche orientale par l'empereur allemand Otton I er , aussitôt après sa victoire décisive sur les Hongrois au Lechfeld, en Bavière (955). Otton I er opte en effet pour la création d'une marche frontière et pour le maintien de l'État hongrois qui commence à s'organiser dans la […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean BÉRENGER, « STARHEMBERG LES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 avril 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/les-starhemberg/