RABEL LES

Jean Rabel, le père, né à Beauvais, fut de ces artistes qui s'installèrent à Paris avant 1575 pour y exploiter le succès de la gravure commerciale. Il choisit donc de faire surtout des portraits et employa, pour reproduire au burin ses propres dessins, des artistes qui lui devront leur célébrité : Thomas de Leu et Charles Mallery, puis, dans une seconde génération, Léonard Gaultier et Jacques Granthomme. Ces portraits sont souvent grossiers, mais ils constituent une « galerie » des célébrités du temps d'un grand intérêt iconographique. Il faut souligner l'importance de cette école qui fut, en effet, le berceau de l'école française du portrait gravé dont la suprématie incontestée s'exerça pendant deux siècles. Jean Rabel, devenu peintre du roi et portraitiste de la famille royale, avait sa boutique sur le pont Saint-Michel. Il publia de nombreuses planches, en particulier les Antiquités et singularités de Paris en 1588.

Son fils Daniel (1578-1637) devint encore plus célèbre que son père, mais non pas tant comme éditeur d'estampes et comme graveur que comme peintre officiel : il alla à Madrid peindre Anne d'Autriche, la fiancée de Louis XIII. Il fut un dessinateur abondant et délicat (Suite de fleurs, 1624, Cabinet des estampes de la Bibliothèque nationale, Paris ; Ballet de la douairière de Bilbao, 1626, au Louvre). Comme graveur il continua la tradition paternelle, dans le genre nordique, mais avec une préférence pour les scènes de mœurs et les paysages.

—  Michel MELOT

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : directeur de la bibliothèque publique d'information, Centre Georges-Pompidou

Classification


Autres références

«  RABEL LES  » est également traité dans :

MINIATURE

  • Écrit par 
  • Roseline BACOU
  •  • 2 146 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « XVIe et XVIIe siècles »  : […] au début du xviie siècle, à Daniel Rabel, subtil peintre sur parchemin de fleurs et de costumes de ballets. La technique de l'émail, qui jouit en France d'une ancienne tradition, fut étudiée et améliorée par Jean Ier Toutin, né à Châteaudun en 1578, et par ses fils Henri et Jean II ; dans cette technique s'illustrèrent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/miniature/#i_23314

Pour citer l’article

Michel MELOT, « RABEL LES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 septembre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-rabel/