PUGIN LES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Famille d'architectes anglais. Le père, Auguste Pugin, dit Augustus Charles Pugin (1762-1832) est né en Normandie. Il émigre en Angleterre lors de la Révolution française, et sa carrière de dessinateur, d'aquarelliste et d'architecte s'y déroule. Peu après son arrivée à Londres, en 1798, il entra comme dessinateur chez l'architecte John Nash, dont il fut le collaborateur pendant vingt ans. Il exécuta d'abord une série de vues en couleurs d'édifices gothiques. La précision de son dessin et la vérité de ses couleurs furent bientôt remarquées. Il entra comme élève à la Royal Academy et commença à y exposer en 1809. Membre de la Water Colour Society à partir de 1812, il contribua, par son emploi d'une plus grande variété de couleurs, à l'évolution de la technique de l'aquarelle.

De 1808 à 1811 il collabora, pour la partie architecturale des illustrations, au Microcosm of London, publié par Ackermann. Il fournit aussi de nombreux dessins pour les Views of Islington and Pentonville (1823). De 1821 à 1823, il publia Specimens of Gothic Architecture et, après le voyage qu'il fit en 1825 en Normandie, accompagné de ses élèves, les Antiquities of Normandy (1826-1828), avec un texte de John Britton. Ce livre, traduit en français, devait paraître à Paris en 1854, sous le titre Antiquités architecturales de la Normandie. L'ouvrage capital de Augustus Charles fut Views of Paris and Its Environs (1828-1831).

Il ne pratiqua presque pas l'architecture. Il fut l'associé de sir Marc Isambard Brunel pour le projet du cimetière de Kensal Green, et ses dessins pour l'une des grilles du cimetière furent exposés à la Royal Academy en 1827. Il fut, avec Morgan, l'architecte du diorama proche de Regent's Park, maintenant converti en chapelle, et conçut la décoration intérieure du cosmorama de Regent Street (détruit par un incendie).

Sa notoriété est due à l'enseignement qu'il donna à de jeunes architectes, en particulier Joseph Nash et son propre fils, Augustus Welby Northmore, et surtout à l'influence considérable qu'il exerça sur l'architecture anglaise : ses dessins de monuments favorisèrent une étude systématique de l'architecture gothique et furent à l'origine de la renaissance de ce style.

Augustus Welby Northmore Pugin (1812-1852), architecte et écrivain, commença par dessiner pour son père des vues d'édifices gothiques en France et en Angleterre ; après l'avoir aidé à préparer les plans du cimetière de Kensal Green, il entreprit en 1827 sa première œuvre personnelle, en dessinant les meubles destinés au château de Windsor, C'est alors qu'il rencontra George Dayes, fils du peintre Edward Dayes. C'est ce dernier, écrit Pugin dans son journal, « qui me communiqua le goût des décors de théâtre et des représentations scéniques ». Pugin construisit chez son père un petit théâtre où il présentait un panorama animé du vieux Londres, et prit part à la réorganisation des décors de Drury Lane. En 1831 il exécuta les décors du ballet Kenilworth.

En 1834, il se convertit à la religion catholique et se persuada qu'il était du devoir des catholiques d'encourager l'architecture gothique. Grâce au comte de Salisbury, Pugin commença alors une carrière d'architecte. Il fit pour lui les plans du remaniement des Alton Towers, de l'église de Cheadle, de la chapelle et d'autres bâtiments du St. John Hospital d'Alton, et reconstruisit le château d'Alton Rock. En 1835, il fit ses débuts d'écrivain et de théoricien du néo-gothique avec Gothic Furniture in the Style of the Fifteenth Century. Ce livre fut suivi en 1836 par Ancient Timber House et par Contrasts or a Parallel, publication qui devait soulever une véritable polémique. Dans cet ouvrage, il oppose, en la ridiculisant, l'école « païenne » d'architecture à l'école « chrétienne » et il découvre dans le Moyen Âge des xive et xve siècles un modèle de structure sociale. Sir Kenneth Clarke voit dans Contrasts les germes du socialisme chrétien et de la Guilde de St. George, que fondera Ruskin en 1871. Toujours en 1836, Pugin travailla avec Charles Barry à la reconstruction du Parlement de Londres, qui avait brûlé en 1834, assurant notamment toute la partie décorative, et peut-être en grande partie les plans d'ensemble. Il se spécialisa par la suite dans l'architecture religieuse, et construisit en particulier les églises de St. Chad's à Birmingham, St. Mary à Derby et St. Oswald à Liverpool [...]

Chambre des lords, Londres

Photographie : Chambre des lords, Londres

Chambre des lords, Westminster, Londres. Vue intérieure. Décor : Augustus Pugin. 

Crédits : John Bethell/ Bridgeman Images

Afficher

Big Ben

Photographie : Big Ben

Big Ben et le palais de Westminster, un bâtiment de style néo-gothique construit par C. Barry et A. Pugin, à Londres. 

Crédits : Joe Cornish/ The Image Bank/ Getty Images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Médias de l’article

Chambre des lords, Londres

Chambre des lords, Londres
Crédits : John Bethell/ Bridgeman Images

photographie

Big Ben

Big Ben
Crédits : Joe Cornish/ The Image Bank/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  PUGIN LES  » est également traité dans :

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Architecture

  • Écrit par 
  • Monique MOSSER
  •  • 7 822 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « Renaissance hellénique et néo-gothique : les « revivals » victoriens »  : […] Reprenant certaines analyses de ce que l'on appelle l'historicisme ou l'éclectisme, N. Pevsner a écrit qu'« en Angleterre au début du xix e  siècle, le bal travesti de l'architecture battait son plein ». Mais prendre ainsi position sur l'ensemble de la production d'une époque, n'est-ce pas substituer à l'analyse historique un jugement de valeur a priori reposant à la fois sur un idéal évolutionnis […] Lire la suite

BARRY sir CHARLES (1795-1860)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 347 mots

Architecte britannique né le 23 mai 1795 à Londres, mort le 12 mai 1860 à Londres. Fils d'un papetier, Charles Barry est mis en apprentissage dans un cabinet de géomètres et d'architectes. En 1817, il entreprend un voyage de trois ans en France, Grèce, Italie, Égypte, Turquie et Palestine pour étudier l'architecture. En 1820, il s'installe à Londres. L'une de ses premières réalisations est l'égl […] Lire la suite

HISTORICISME, art

  • Écrit par 
  • Hubert DAMISCH
  •  • 4 675 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Du « grec » au « gothique » »  : […] Les développements de l'architecture de la Renaissance disent assez que la référence – essentiellement culturelle, « humaniste » – à l'Antiquité aura joué dans un sens productif, et sans donner cours, sauf exception, au pastiche, où se complairont au contraire nombre des architectes du xix e  siècle, parmi les meilleurs. Et quant à l'architecture du siècle des Lumières, lors même qu'en réaction co […] Lire la suite

Pour citer l’article

Claude JACQUET, « PUGIN LES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/les-pugin/