BARRY sir CHARLES (1795-1860)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Architecte britannique né le 23 mai 1795 à Londres, mort le 12 mai 1860 à Londres.

Fils d'un papetier, Charles Barry est mis en apprentissage dans un cabinet de géomètres et d'architectes. En 1817, il entreprend un voyage de trois ans en France, Grèce, Italie, Égypte, Turquie et Palestine pour étudier l'architecture. En 1820, il s'installe à Londres. L'une de ses premières réalisations est l'église Saint-Peter de Brighton, qu'il commence dans les années 1820. En 1832, il achève le Travellers' Club de Pall Mall, premier bâtiment londonien construit dans le style des palais de la Renaissance italienne. Il édifie dans le même style, mais en plus grandiose, le Reform Club (1837-1841). Barry participe également à de nombreux projets de résidences privées londoniennes, notamment la Bridgewater House achevée dans les années 1850. L'un de ses plus beaux ouvrages, la King Edward's School de Birmingham (1833-1837), s'inspire du gothique perpendiculaire anglais. Il réalise à Manchester la Royal Institution of Fine Arts (1824-1835) et l'Athenaeum (1836-1839), ainsi que l'hôtel de ville de Halifax (achevé au début des années 1860).

En 1836, Barry remporte le concours d'architecture pour la reconstruction du palais de Westminster, abritant le Parlement de Londres, qui avait été détruit par un incendie en 1834. Ce projet l'occupera jusqu'à la fin de sa vie. En collaboration avec Augustus Welby Northmore Pugin, Barry conçoit une composition au décor néogothique arborant deux tours dissymétriques. L'ensemble des bâtiments du Parlement (1837-1860) est le chef-d'œuvre de Barry.

Il est élu membre associé de la Royal Academy of Arts en 1840 et académicien l'année suivante et couvert d'honneurs à l'étranger. Nommé chevalier en 1852, sir Charles Barry est inhumé à l'abbaye de Westminster.

C'est son fils, Edward Middleton Barry (1830-1880), également architecte de renom, qui terminera le palais de Westminster.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  BARRY sir CHARLES (1795-1860)  » est également traité dans :

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Architecture

  • Écrit par 
  • Monique MOSSER
  •  • 7 812 mots
  •  • 28 médias

Dans le chapitre « Renaissance hellénique et néo-gothique : les « revivals » victoriens »  : […] Reprenant certaines analyses de ce que l'on appelle l'historicisme ou l'éclectisme, N. Pevsner a écrit qu'« en Angleterre au début du xix e  siècle, le bal travesti de l'architecture battait son plein ». Mais prendre ainsi position sur l'ensemble de la production d'une époque, n'est-ce pas substituer à l'analyse historique un jugement de valeur a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anglais-art-et-culture-architecture/#i_94161

Pour citer l’article

« BARRY sir CHARLES - (1795-1860) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/barry-sir-charles/